NEWSLETTER

Suivez le JPV sur

© JPV 2016 | Tous droits réservés.

Réalisé par Centrech

Journal d'un Pigeon Voyageur | HOTEL MONTECRISTO,UNE ENVOÛTANTE INVITATION AU VOYAGE AU CŒUR DU 5 EME ARRONDISSEMENT PARISIEN
Un passeport virtuel pour découvrir le Monde hors des sentiers battus.
JPV, Voyages, Destinations, journal d'un pigeon voyageur, pigeon voyageur, le pigeon voyageur, Voyages en Afrique, Voyages en Europe, Voyages en Asie, Voyages en Amérique, gastronomie, îles, Art, Culture, Hôtels d'exception, Hôtes atypiques.
31435
post-template-default,single,single-post,postid-31435,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,qode-theme-ver-3.10,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
 

Blog

HOTEL MONTECRISTO,UNE ENVOÛTANTE INVITATION AU VOYAGE AU CŒUR DU 5 EME ARRONDISSEMENT PARISIEN

  |   ARCHITECTURE, ART & CULTURE, EUROPE, FRANCE, GASTRONOMIE, HOTELS, HOTELS ATYPIQUES, HOTELS D' EXCEPTION, Paris, VOS ENVIES   |   2 Comments

 

bar 1802

 

 

Un ensorcelant voyage au cœur d’une ère culturellement riche, le 19 eme siècle français, et dans les pas de l’un de ses Grands Hommes, Alexandre Dumas, enterré au Panthéon voisin, attend les hôtes qui franchiront le seuil de l’hôtel Monte Cristo.

 

 

 

Confidentiel boutique-hôtel, niché dans le 5 ème arrondissement parisien, ayant, depuis l’été 2018, investi, avec tant d’élégance, la paisible rue Pascal.

 

Derrière les murs de cette seconde adresse du groupe Les Hôteliers Impertinents, où le Temps apparaît suspendu, j’ai, il y a quelques jours, en effet goûté aux charmes d’un cadre spatio-temporel auquel Delphine Sauvaget et Pauline D’Hoop, (architectes d’intérieur)  Christoff  Debusschere (peintre) et Coralie Cintrat (directrice artistique) ont redonné vie, avec brio, à travers un décor à l’irrésistible cachet .

 

 

 

Qui, en puisant son inspiration dans la taxidermie, dans l’orientalisme,

 

 

 

dans la conception d’un design mariant objets d’époque chinés

 

 

 

et mobilier réalisé sur mesure  

 

 

 

, dans une végétation luxuriante aux airs d’ Ailleurs lointain,

 

 

 

dans une ode à la couleur et, bien évidemment, dans l’univers d’Alexandre Dumas, éternel voyageur s’il en est,

 

 

 

confère, in fine, à l’Hotel Monte Cristo une incomparable identité.

 

Multipliant les hommages à l’auteur du Comte de Cristo, ouvrage après lequel il a d’ailleurs été baptisé, l’hôtel éponyme signe, dès le rez-de-chaussée, sa singularité.

 

Ainsi, au portrait de l’illustre écrivain veillant sur le lobby

 

 

et à l’exemplaire du Comte de Monte Cristo trônant en majesté sur le desk de la réception,

 

 

 

répond l’intimiste bar 1802, clin d’œil, là encore, à l’année de naissance d’Alexandre Dumas, jouxtant l’entrée de l’établissement.

 

 

 

Premier bar à rhum de la capitale,

 

 

 

il propose, dans une atmosphère résolument feutrée, d’éveiller les papilles, fussent elles néophytes ou averties, aux délices de cette eau-de-vie, née dans les Caraïbes, que les grands-parents d’Alexandre Dumas produisaient, jadis, dans leur plantation de Saint Domingue.

 

Sélectionnées selon leur âge, leur nature (vieux, blanc, arrangé) et leur provenance  (de Cuba à la Martinique en passant par Haïti , la Jamaïque, la Guadeloupe, le Vénézuela, le Nicaragua, Salvador, l’Indonesie, l’Ile Maurice, Fiji ou le Japon notamment),

 

 

les centaines de références, pour certaines millésimées,  exposées au bar entrent donc dans la composition d’exquis cocktails,  revisitant les classiques attendus ou exprimant toute la créativité  des barmen dans d’originales recettes.

 

 

 

Autant de chefs d’œuvres gustatifs que l’on prend plaisir, une fois installés au bar ou dans les splendides fauteuils de velours, à siroter puis à accompagner de l’un  (burrata, planche de fromages ou de charcuteries) ou l’autre ( tartelette) des encas disponibles à la carte.

 

 

 

Généreusement imbibé d’un rhum à la vanille de Marie-Galante, le baba à damner un saint, servi avec une aérienne crème chantilly et deux extraordinaires cuillères en …chocolat, reste, à mon sens, définitivement un must eat.

 

 

 

 

Mais c’est assurément dans les 50, uniques, cocons, à l’esthétique léchée traduisant une attention aux moindres détails, du Monte Cristo que toute la quintessence de l’éveil des sens, débuté avec bonheur au 1802, se révèle avec maestria.

 

 la spectaculaire suite Edmond

 

 

Véritables îlots de romantisme, de confort, de quiétude, de raffinement et de luxe non ostentatoire, imprégnés d’une atmosphère un brin surannée,

 

 

que l’on aimerait ne jamais avoir à quitter.

 

Même brièvement.

 

Succomber à cette délicieuse tentation vous ferait, pourtant, non seulement passer à côté de la spectaculaire piscine et de l’inattendu sauna cachés au sous-sol, indiscutables odes au lâcher prise et à déconnexion,

 

 

mais vous priverait, en outre, des jolies parenthèses culinaires que constituent :

 

le gargantuesque et savoureux petit déjeuner, mettant à l’honneur des produits frais, servi au rez-de-chaussée

 

 

 

outre l’escale au Grand Dictionnaire.

 

 

 

L’intimiste restaurant de la maison, doté d’une petite terrasse,

 

 

ayant, début juillet 2019, ouvert ses portes sur le trottoir d’en face.

 

Là encore, assises en velours, plantes luxuriantes, vitrines dévoilant des bouteilles de rhum, design incontestablement léché et clin d’œil au Grand Dictionnaire de la Cuisine, ouvrage de recettes, paru en 1873, dont on doit la rédaction au cuisinier Denis-Joseph Vuillemot et à Alexandre Dumas, traduisent en effet avec brio la magnifique identité visuelle mise en exergue au cœur de l’Hôtel MonteCristo.

 

 

Cette recherche de l’esthétique se retrouve ensuite dans les assiettes graphiques, célébrant le terroir culinaire français, conçues par le chef Jean-Baptiste Ascione.

 

Qui, à partir de produits artisanaux et de saison choisis avec soin, élabore, tous les mois, une carte contemporaine, courte et à prix doux, dévoilant d’inoubliables tapas servis en portion individuelle ou à partager.

 

Saumon gravlax fumé accompagné d’un rafraîchissant sorbet à la betterave,

 

 

poitrine de porc confite à la bière,

 

 

mini carotte confite-quinoa-sabayon,

 

 

ou baba à imbiber d’un rhum choisi parmi les milles et une références de l’adjacent bar 1802

 

 

figurent ainsi parmi mes coups de cœur à y tester en cette rentrée.

 

Et quand à ces plaisirs gustatifs s’ajoute la chaleurosité du service prodigué aux hôtes, le Grand Dictionnaire se hisse d’emblée, selon moi, au rang de ces adresses parisiennes à ne pas manquer.

 

Qu’il s’agisse d’un encas,  dîner ou  brunch dominical.

 

 

En conjuguant, avec la manière , Littérature, Art, Design et multiples plaisirs sensoriels , l’Hôtel Monte Cristo peut donc s’ enorgueillir de faire partie de ces inoubliables enclaves parisiennes possédant un supplément d’âme  et racontant, en outre, une histoire hors du temps.

 

A laquelle nul ne saurait résister.

 

Mon coup de cœur du second trimestre 2019 for sure !

 

 

 

 

Le Pigeon Voyageur

AUTEUR - Le Pigeon Voyageur

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez également partager avec moi vos impressions, émotions et pourquoi pas interrogations après lecture de cet article et découverte de ces photos (toutes prises par mes soins). Alors à vos plumes !

2 Commentaires
  • Avatar

    Pop K'Nel | Août 13, 2019 at 10 h 25 min

    Qu’est-ce-que c’est beau !

    • Le Pigeon Voyageur

      Le Pigeon Voyageur | Août 13, 2019 at 14 h 54 min

      Assurément ! Une véritable pépite 😉

Faire un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.