NEWSLETTER



Suivez le JPV sur

© JPV 2016 | Tous droits réservés.

Réalisé par Centrech

Journal d'un Pigeon Voyageur | A LA DECOUVERTE D’HOI AN, L’UNE DES PERLES DU VIETNAM
Un passeport virtuel pour découvrir le Monde hors des sentiers battus.
JPV, Voyages, Destinations, journal d'un pigeon voyageur, pigeon voyageur, le pigeon voyageur, Voyages en Afrique, Voyages en Europe, Voyages en Asie, Voyages en Amérique, gastronomie, îles, Art, Culture, Hôtels d'exception, Hôtes atypiques.
130
single,single-post,postid-130,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.1.2,vc_responsive
 

Blog

p1150244

A LA DECOUVERTE D’HOI AN, L’UNE DES PERLES DU VIETNAM

  |   ARCHITECTURE, ASIE, GASTRONOMIE, HISTOIRE & DEVOIR DE MEMOIRE, HOTELS ATYPIQUES, MOMENTS D EVASION, NATURE, PATRIMOINE DE L'UNESCO, TOUS, VIETNAM, VOS ENVIES   |   Aucun commentaire
  

 

Maison Phung Hung, vieille ville, Hoi An

 

 
   Après presqu’une journée rythmée par plusieurs étapes entre les villes d’Hué et de Danang (relatées ici), je suis enfin arrivée à Hoi An
 
 
Cette petite ville, qui fut, au 16 ème siècle, un grand port marchand connu sous le nom de Faifo, lequel attira notamment chinois et japonais en grand nombre, est désormais, après avoir été longtemps abandonnée au profit de la ville de Danang, l’une des villes les plus touristiques du Vietnam.
 
 
Et pour cause !
 
   Son centre historique, classé au patrimoine de l’Unesco, est un véritable musée à ciel ouvert où se mêlent de magnifiques demeures et bâtiments colorés.
 
 
Grâce à ses tailleurs, réputés pour être les meilleurs de tout le pays, Hoi An fait également figure de capitale vietnamienne des vêtements sur-mesure.
 
 
Mais ne pas mentionner la renommée de sa gastronomie serait un sacrilège impardonnable !
 
 
J’en veux pour preuve l’existence des nombreux cours de cuisine proposés par plusieurs restaurants de la ville.
 
 
Ils permettent, de l’achat des ingrédients au marché, en passant par la préparation des mets sous la houlette de chefs plus ou moins réputés jusqu’à la dégustation, tant attendue, d’en apprendre davantage sur la délicieuse cuisine vietnamienne.
 
 
 
Comme partout, il y’a à boire et à manger et je ne saurais que trop vous recommander de vous tourner vers les restaurants qui ont pignon sur rue, gages de la délivrance d’un cours qui en vaille la peine.
 
 
En ce qui me concerne, je n’ai malheureusement pas eu le temps de participer à ces ateliers de cuisine, qui peuvent durer jusqu’à une demie journée, trop occupée que j’étais à vouloir découvrir tous les trésors d’Hoi An.
 
 
Ce n’est donc que partie remise !
 
 
Et que dire de ses jolies et multicolores lanternes, lesquelles une fois la nuit tombée, l’éclairent et lui confèrent un charme romantique irrésistible ?
 
 
Mais Hoi An ne saurait se résumer à sa pittoresque vieille ville.
 
En effet pour décompresser et ou profiter d’une légère brise marine, ses plages sont l’endroit idéal !
 
 
En outre, comment ne pas mentionner les attraits de sa campagne environnante avec notamment ses nombreuses rizières et ses buffles alanguis au soleil ?
 
 
Bref, vous l’aurez compris l’engouement manifesté pour Hoi An est amplement justifié !
 
 
Sous réserve, néanmoins, de ne pas être confronté, en tant que touriste, aux trop nombreuses sollicitations, lesquelles sont largement plus importantes qu’ailleurs dans le pays.
 
 
 
Celles des vendeurs de souvenirs en tout genre, de certains tailleurs en mal de clients,  d’étudiants peu scrupuleux qui sous couvert d’initier innocemment la conversation finissent par vous demander, tout sourire, de leur donner quelques Dongs voire US dollars.
 
 
 
Elles finissent, lorsque l’on ne s’y attend pas, par agacer quelque peu.
 
Maintenant que vous en avez conscience, il vous suffira de passer votre chemin avec un grand sourire, l’arme la plus efficace :)
 
 
Et rassurez vous, il n’y a tout de même pas de quoi gâcher le plaisir de la découverte de la charmante Hoi An.
 
 
Prêts pour le voyage ?
 
 
UN CENTRE HISTORIQUE A NE PAS MANQUER
 
 
  L’atout majeur d’Hoi An est l’architecture de sa vieille ville, uniquement parcourable à pied , qui comme je vous le disais a été classée au patrimoine de l’Unesco.
 
 
Pour la découvrir,  il faut, au préalable, acheter un pass, valable pour la journée, dont les 5 coupons détachables donnent accès à 5 sites touristiques de la ville !
 
 
Quand on sait que la ville en compte un certain nombre (18 de mémoire), vous n’aurez donc pas dix mille alternatives.
 
 
Soit vous comptez en explorer tous les sites et auquel cas vous devrez, une fois vos 5 premières visites écoulées, acheter d’autres pass.
 
 
Soit vous estimez que les 5 visites incluses dans votre forfait sont amplement suffisantes et il vous faudra alors faire face au dilemme cornélien suivant : que dois je visiter ?
 
 
Car oui, pour ne pas ultérieurement regretter, comme ce fut malheureusement mon cas, d’avoir manqué un joyau d’Hoi An pour cause de mauvaise sélection des lieux à visiter, je vous recommande, préalablement à votre arrivée, d’effectuer des recherches minutieuses.
 
 
Elles vous permettront de repérer les 5 sites qui sont pour vous incontournables !
 
 
A titre informatif et pour les petits malins qui me liraient, ne pensez pas pouvoir visiter, muni d’un seul pass, plus de 5 sites !
 
 
En effet les agents de l’office du Tourisme, postés à l’entrée de chaque lieu touristique, vérifient en un seul coup d’œil s’ils vous restent encore des coupons ou si vous avez déjà épuisé votre quota.
 
 
Yes, Big brother is watching you :)
 
 
Vous voila prévenus.
 
 
J’ai, pour ma part, arpenté, pendant près de trois heures et sous une chaleur torride, les axes principaux, parallèles et perpendiculaires à la rivière Thu Bon qui traverse Hoi An, du quartier historique.
 
 
J’ai tout d’abord visité le charmant petit pont japonais, construit au 16ème siècle pour relier les quartiers japonais et chinois, et sa petite pagode puis j’ai découvert avec beaucoup de bonheur plusieurs demeures de marchands  qui sont construites selon un même modèle architectural : un rez de chaussée abritant la boutique et l’étage servant de lieu d’habitation à la famille.
 
 
Tout d’abord celle de Phung Hung, qui appartient depuis plusieurs siècles à la même famille, dont l’architecture mêle avec brio les influences sino (notamment la galerie) japonaises ( avec le toit ).
 
 
Une incursion à l’étage permet de découvrir l’autel des ancêtres et de profiter du petit balcon pour admirer, sous un autre angle, le pont japonais tout proche On peut également y acheter de superbes nappes de table en coton et aux motifs en soie brodées, introuvable ailleurs !
 
 
Puis celle de Quan Trang, une vieille maison construite par un chinois originaire de la région de Fujian, dont j’ai apprécié les boiseries sculptées et le petit autel rouge.
 
 
J’ai ensuite marqué un arrêt à la chapelle de la famille Nguyen Tuong, dédiée au culte de leurs ancêtres.
 
 
J’ai clôturé cette visite de la vieille ville en découvrant deux des 4, que compte encore Hoi An, maisons communes de congrégations, c’est à dire des communautés destinées à l’époque à accueillir des immigrants chinois.
 
 
 
La première, celle de Quang Dong, également appelée maison commune de la congrégation de Canton, est située à proximité du pont japonais.
 
Elle surprend par ses grandes portes rouges et ses mosaïques.
 
 
La seconde,  celle de Fujian ou Phuc Kien, consacrée à la déesse de la Mer, a été mon coup de cœur.
 
 
C’est d’ailleurs celle que les touristes visitent en priorité :)
 
 
Je vous laisse découvrir tout cela en images à présent.
 

 

le pass pour visiter la vieille ville
le pont japonais

 

 

les façades colorées typiques de la vielle ville
un chien gardant l’entrée du pont
des fiancés qui se font shooter avant leur mariage sur le pont
l’entrée de la pagode du pont

 

le pont

 

quelques photos à l’intérieur de la pagode
 

 

 

 

 

 

 

quelques photos de la maison de Phung Hung
 

 

 

 

  

 

 

A l’étage
Au rez-de-chaussée

 

 

 

 

une boutique de la vieille ville

 

direction la chapelle des Nguyen Tuong
 

 

 

 

 

 

la chapelle
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

les rues colorées d’Hoi An
 

 

 

 

 

 

quelques photos de la maison commune de la congrégation de Canton
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

un bâtiment en face de la maison cantonaise
quelques photos de la maison privée de Quan Thang
 

 

 

 

 

 

 

quelques photos d’un temple, situé près de Quan Thang, dont je ne me souviens plus du nom
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la maison commune de la congrégation de Fujian
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

des vœux sont accrochés à ces rouleaux d’encens

 

 

 

 

  J’étais exténuée après la visite de Phuc Kien,  la dernière de mon pass.
 
 
Le temps était donc venu de faire une pause gourmande pour me requinquer.
 
 
Si plusieurs restaurants m’avaient fait de l’œil quand je flânais dans les rues et ruelles de la vieille ville, je ne voulais pas céder à la tentation de m’y attabler.
 
 
En effet,  j’en avais repéré un,  lequel m’avait  de surcroît été recommandé par le chauffeur  qui m’avait déposée en fin de matinée près du quartier historique, se situant face à la rivière Thu Bon.
 
 
Sur le chemin, je n’ai pas manqué de jeter un œil aux différentes enseignes de couturiers où se pressaient déjà beaucoup de touristes, ravis de pouvoir s’offrir un costume ou une belle robe sur mesure avant leur départ.
 
 
De nombreuses boutiques étalaient également leurs marchandises, au rang desquelles figuraient les incontournables lanternes, sur le trottoir.
 
 
Des femmes vendaient de la soupe pho ou d’autres mets que je ne connaissais pas et, pour qui voulait marcher un petit peu, le marché situé à quelques encablures de là promettait des encas sans doute tout aussi délicieux.
 
 
Le long des quais du fleuve,des restaurants avaient installé des chaises et tables en plastique où des clients terminaient leur repas en buvant leur jus de coco.
 
 
L’atmosphère semblait détendue et l’air frais.
 
 
Tout en me dirigeant à grand pas vers le restaurant où j’avais choisi de déjeuner j’ai pu observer le ballet des embarcations de pêcheurs sur la rivière.

 

 

 

quelques tailleurs d’Hoi An

 

 

 

boutiques et marchandes de soupes
l’ambiance le long des quais du fleuve en quelques clichés
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 
Après quelques minutes de marche je suis enfin parvenue devant le Mango Rooms, cette vieille maison transformée en restaurant, où je comptais me régaler car j’avais une faim de loup !
 
 
Si si je vous assure, ça creuse de crapahuter pendant trois heures sous 38 degrés !
 
 
Moi qui adore les couleurs vives, je suis immédiatement tombée sous le charme de ce restaurant aux tons chauds, jaune vif en l’occurrence, à l’image du chaud soleil de cette journée de la mi août.
 
 
Une fois n’est pas coutume,  j’ai choisi de m’attabler à l’extérieur.
 
 
Envie de profiter de la brise qui soufflait légèrement et d’ admirer, en toute tranquillité, le panorama offert par la rivière qui faisait face à la terrasse du restaurant.
 
 
 
Les locaux vaquaient à leurs occupations, à pied, à vélo, rarement  en pousse pousse, les pêcheurs faisaient accoster leurs embarcations.
 
 
   Mon esprit n’eut cependant pas le temps de divaguer plus longtemps car le virgin mojito mangue que j’avais commandé venait de m’être servie.
 
 
Comment vous dire ? c’était un délice !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
 
 
Tant et si bien que j’en ai bu 3 (oui je sais cela n’est pas très raisonnable mais comme le dit si bien l’adage : quand on aime, on ne compte pas :)
 
La suite du déjeuner s’annonçait TRÈS prometteuse !
 
 
   Avant de vous donner de faux espoirs, je préfère tout de suite vous préciser que la cuisine du Mango Rooms est fusion : mêlant avec brio cuisine vietnamienne et cuisine du monde .Si vous êtes  à la recherche de soupe pho ou de fried rice, passez votre chemin !
 
 
Pour les autres, vous êtes au bon endroit car la cuisine du chef est tout simplement savoureuse !!
 
 
   Je ne vous cache pas avoir eu du mal, une fois repue, à quitter cette terrasse où je me sentais si bien.
 
 
Mais toutes les bonnes choses ont une fin n’est ce pas ?
 
 
quelques photos du restaurant et de ses délices gustatifs
 

 

le virgin mojito à la mangue

 

 

 

derniers clichés en quittant la vieille ville
 
le marché

 

 

 

 

LES SURPRISES DE LA CAMPAGNE D’HOI AN
 
 
La très belle campagne environnante d’Hoi An est son deuxième atout.
 
 
A découvrir en bicyclette ou en side car pour ceux qui, comme moi, recherchent une expérience plus originale.
 
 
   Laissez vous alors porter et succombez, sans vergogne, au charme qui se dégage de ses étendues de rizières. 
 
 
Admirez les pêcheurs à l’œuvre dans les étangs, où sont notamment élevés des crevettes, ou les agriculteurs s’affairant dans leurs potagers.
 
 
Fondez devant le sourire enjôleur des enfants que vous rencontrez peut être en chemin, accrochés aux basques de leurs parents ou jouant sur le seuil des maisons.
 
 
Bref une ballade de quelques heures qui, je suis certaine, vous enchantera.Moi j’ai adoré !

 

 

le side car
la campagne en images
bassins d’élevage de crevettes

 

buffle
 

 

 

 
 
découvrir la campagne à vélo
rizière
 
 

 

 

 

 

 

 

 

buffle dans l’eau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

  

PLAYAS, PLAYAS
 
 
Amateurs de farniente, Hoi An saura également vous séduire car, en dehors de l’ île principale de l’archipel Cham située à quelques kilomètres au large de la ville, elle abrite deux jolies plages : Cua Dai et An Bang.
 
 
Le rendez-vous incontournable de la jeunesse, des familles et des touristes!
 
 
Et il y’a de quoi : belles plages et petits restaurants sympathiques vous attendent.
 
 
Seul bémol : celles-ci restent très fréquentées, surtout en ce mois d’août où le thermomètre grimpait presqu’au plus haut dès le début de matinée !
 
 
C’est la raison pour laquelle je n’ai pas souhaité m’arrêter à Cua Dai, déjà bondée à midi !
 
 
J’ai donc poursuivi ma route jusqu’à An Bang,  qui m’avait  été recommandée par l’hôtel .
 
 
Celle ci était presque tout aussi fréquentée que celle  de Cua Dai,mais  j’ai apprécié son atmosphère bon enfant.
 
 
clichés de An Bang
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

une petite faim ?
 

 

 

 

 

sur la route de Cua Dai
 

 

 

 

Cua Dai en fin de journée
 
 
SE FAIRE CHOUCHOUTER DANS UN BEL HÔTEL
 
 
Lors de mon escapade hoianaise j’ai logé au Victoria Resort, un hôtel que l’on a clairement du mal à quitter tant l’on s’y sent bien!
 
 
Des chambres aménagées avec goût disposant d’un balcon, d’une gigantesque salle de bains, ainsi que d’une terrasse; un service prévenant et efficace, une somptueuse piscine, des hamacs, en veux tu en voila, où faire la sieste durant l’après midi, un agréable spa ainsi qu’un restaurant proposant une cuisine tout simplement délicieuse : tels sont les secrets du Victoria Resort que je vous laisse à présent découvrir !
 
les parties communes
 
 

 

 

 
 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

les chambres spacieuses
 
 
 

 

 

 

 

 

l’hotel de nuit
 

 

 
 
 
Hoi An, une ville qui vaut le détour vous ne trouvez pas ?

 

Le Pigeon Voyageur

AUTEUR - Le Pigeon Voyageur

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez également partager avec moi vos impressions, émotions et pourquoi pas interrogations après lecture de cet article et découverte de ces photos (toutes prises par mes soins). Alors à vos plumes !

Aucun commentaire

Faire un commentaire