Suivez le JPV sur

© JPV 2016 | Tous droits réservés.

Réalisé par Centrech

 

Blog

SUR LES EMOUVANTES TRACES DE SERGE GAINSBOURG, RUE DE VERNEUIL

  |   EUROPE, FRANCE, île-de-france, MUSEE, Paris, TOUS   |   No comment

 

façade du 5 Bis rue de Verneuil,

Demeure où Serge Gainsbourg vécut de 1969 à 1991

œuvre de street art de l’artiste Sp.Ray  représentant le couple Serge Gainsbourg & Jane Birkin

 

Cette semaine, j’ai enfin pu franchir le seuil de l’emblématique hôtel particulier parisien, aux murs de feutre noir, sis 5 bis rue de Verneuil.

 

Pour découvrir l’historique Maison Gainsbourg.

 

 

Jane Birkin, œuvre de street art 

Façade du 5 bis rue de Verneuil où elle vécut avec Serge Gainsbourg jusqu’en 1980

 

Antre où, durant 22 ans, vécut jusqu’à sa mort, le 2 mars 91, « l’Homme à tête de Chou ».

 

Guidée, au moyen d’un casque audio géolocalisé, par l’émouvante voix de sa fille Charlotte :

 

Plongeant le visiteur, avec autant de générosité que de sincérité,  dans ses souvenirs d’enfance,

A travers moultes anecdotes de leur quotidien, fussent elles drôles, douloureuses ou plus inattendues, élégamment livrées avec pudeur,

 

Qui, ce faisant, invitent à s’immerger au fil des différentes pièces traversées,  parfaitement conservées en l’état par Charlotte Gainsbourg depuis la disparition de ce dernier, dans l’intimité, l’univers outre l’œuvre artistique de, son défunt père,  l’inoubliable Serge Gainsbourg.

 

Au cœur même de cette adresse , transformée en un musée inauguré il y’ a tout juste 4 mois, où il vécut entouré des siens , avec la famille qu’il forma tout d’abord avec Jane Birkin puis Bambou, avant d’y terminer ses jours seul .

Mais là où il trouva aussi l’inspiration pour composer ses œuvres.

 

Ainsi, portraits de l’artiste, de ses compagnes (Jane Birkin, Bambou ou encore Brigitte Bardot), de ses enfants ou encore de l’actrice américaine Marylin Monroe ;

 

Multitude d’objets rapportés de  ses voyages ou chinés auprès d’antiquaires;

 

Livres à foison (parmi lesquels figurent, notamment, ceux de l’écrivain Boris Vian, ceux ayant trait aux peintres, hollandais,  Jérôme Bosch ou, espagnol, Franciso Goya ainsi que des ouvrages de la Pléiade outre des manuels de médecine) ;

 

Piano à queue Steinway, qu’il était le seul à utiliser et sur lequel il donnait naissance à ses mélodies;

 

Machine à écrire ;

 

Précieuse mallette, entre autre remplie de billets de 500 Francs, dont il ne se séparait jamais ; 

 

Photographies de la marionnette réalisée à son effigie par les Guignols de l’Info ;

 

Figurines représentant des singes ; 

 

Mobilier éclectique associant pièces vintage et  d’autres plus modernes;

 

Dressing minimaliste se résumant à une paire de Repetto blanche,  portée sans chaussettes quelque soit les saisons, une ou deux chemises, des vestes à rayures ainsi que deux jeans identiques; 

 

Articles de presse lui étant consacrés ;

 

Insignes de police, offerts par des agents, qu’il collectionnait;

 

Chambre des Poupées , véritable sanctuaire de Jane Birkin lorsqu’elle habitait encore rue de Verneuil;

 

Exceptionnelles bouteilles de vin , datées de son année de naissance ( 1928), rangées sur une étagère de la cuisine ;

 

Innombrables flacons de parfum;

 

Imposant lustre habillant la salle de bain ;

 

Pochettes de disques ;

 

Paquets de gitane et mégots oubliés ça et là

 

Et bien évidemment sa chambre, également parée de noir, à coucher, jadis lieu de séances cinématographiques partagées en famille, cocon qui vit sa relation avec Jane Birkin s’épanouir et tragique théâtre de son décès :

 

Permettent donc, chacun à leur manière et dans cet intérieur aux faux airs de capharnaüm , d’un peu mieux saisir la personnalité complexe de Serge Gainsbourg.

 

Bien au-delà de l’homme public.

 

Homme aux 1001 visages que l’on s’attend presque, tout au long de la visite, à voir surgir derrière soi tant sa demeure du 5 Bis rue de Verneuil, où il est cependant interdit de prendre des photos, semble s’être, depuis près de 33 ans, figée dans le temps.

 

Offrant, par conséquent, aux visiteurs une fascinante échappée dans les années 70, 80 et 90.

 

Magique ! 

 

Puis, à l’issue , de cette inédite visite  multisensorielle, j’ai pu prolonger l’expérience en poussant les portes du très riche musée éponyme

 

Entrée du Musée Gainsbourg, 16 rue de Verneuil

 

ayant,  aux côtés d’une librairie-boutique & d’un café piano-bar,

 

Gainsbarre, cafe & piano-bar situé à l’intérieur du Musée Gainsbourg

investi le n°16 de la même rue.

 

En ses murs, interviews, partitions,

 

 

notes manuscrites, pochettes d’albums,

 

 

affiches, bande-sons , extraits d’agenda,

 

Agenda de Serge Gainsbourg, Page du 9/1/65

Serge Gainsbourg note la séance d’enregistrement de France Gall pour « Poupée de Cire, poupée de son » au studio DMS avec le producteur Denis Bourgeois

 

 

clichés de famille,

 

 

lettres ,

 

Lettre de Brigitte Bardot , adressée le 21 décembre 1967 au directeur artistique Claude Dejacques chez à Philips,

dans laquelle elle s’oppose à la sortie de la chanson « Je t’aime moi non plus »

 

portraits, 

portrait de Bambou, dessin à l’encre 

 

trophées, bulletins de déclaration à la SACEM, disques, ouvrages issus de sa bibliothèque personnelle, peintures, vidéos, sculpture,

 

Sculpture de Claude Lalanne

Rebaptisée « L’Homme à tête de chou » par Serge Gainsbourg lorsqu’il l’a achetée à la Galerie Paul Facchetti en 1974

 

dessins, marionnette , coupures de presse, vêtements et objets lui ayant appartenus, composant la collection permanente et l’exposition temporaire actuellement en cours,

 

légendaire disque, véritable succès planétaire malgré le scandale qu’il provoqua et la censure, de Serge Gainsbourg & Jane Birkin

exposition temporaire actuellement en cours au Musée Gainsbourg

 

racontent de manière chronologique la vie et la prolifique carrière de Serge Gainsbourg.

 


Ce provocateur auteur-compositeur, poète amoureux des mots, chanteur, pianiste, photographe , peintre et metteur en scène de génie qui, à n’en point douter,  révolutionna la scène musicale française du XX ème siècle.

 

Inutile de vous dire que j’ai, dans sa demeure comme dans le musée éponyme lui rendant hommage rue de Verneuil, adoré marcher sur les traces de Serge Gainsbourg.

 

Un double parcours que je vous recommande donc d’emprunter dès que vous le pourrez.

 

Dès que vous le pourrez car j’ai ouïe dire que les billets couplés « Maison & Musée », soit ceux donnant accès aux deux espaces que j’ai visités, affichent malheureusement complets jusqu’à la fin du mois de mai 2024.  (L’inscription à la newsletter du musée permet toutefois d’être avertis de la mise en vente des prochains billets à ce titre).

 

 Des billets estampillés « Musée seul » restent, en revanche,  toujours disponibles.

 

Et vous quel est votre titre préféré de Serge Gainsbourg ?

AUTEUR - Le Pigeon Voyageur

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez également partager avec moi vos impressions, émotions et pourquoi pas interrogations après lecture de cet article et découverte de ces photos (toutes prises par mes soins). Alors à vos plumes !

Aucun commentaire

Faire un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Verified by ExactMetrics