NEWSLETTER

Suivez le JPV sur

© JPV 2016 | Tous droits réservés.

Réalisé par Centrech

Journal d'un Pigeon Voyageur | LOST AROUND SAIGON
Un passeport virtuel pour découvrir le Monde hors des sentiers battus.
JPV, Voyages, Destinations, journal d'un pigeon voyageur, pigeon voyageur, le pigeon voyageur, Voyages en Afrique, Voyages en Europe, Voyages en Asie, Voyages en Amérique, gastronomie, îles, Art, Culture, Hôtels d'exception, Hôtes atypiques.
53
post-template-default,single,single-post,postid-53,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,qode-theme-ver-3.10,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
 

Blog

LOST AROUND SAIGON

  |   ARCHITECTURE, ASIE, EDIFICES RELIGIEUX, FRANCE, HISTOIRE & DEVOIR DE MEMOIRE, TOUS, VIETNAM, VOS ENVIES   |   4 Comments
 
 
autel des ancêtres, Maison de l’Amant, Sadec
 
Contrairement à ce que l’on pourrait de prime abord penser, les attraits touristiques du Vietnam du sud ne se concentrent pas uniquement dans sa bouillonnante capitale Ho Chi Minh Ville ou sur les berges du Mekong, le fleuve nourricier du pays.
 
 
Ainsi, et pour peu que vous soyez disposés à partir à l’aventure, vous réaliserez, très vite, que cette région a d’autres atouts cachés : notamment la station balnéaire de Saint Jacques pour une session farniente ou encore les tunnels de Cu Chi pour une plongée dans l’histoire du Vietnam qui vous fera découvrir les galeries souterraines où se cachaient les forces du Vietcong durant la guerre qui déchira le pays.   
 
 
Mais aujourd’hui, c’est sur deux autres sites d’intérêt que vais lever le voile.
 
Ready ?
 
A LA DÉCOUVERTE DES TEMPLES CAO DAI
 
 
temple Cao Dai à Cai be
 
 
Comme je vous l’avais raconté dans mon précédent billet vietnamien consacré à Ho Chi Minh Ville, l’ancienne Saigon est une ville tolérante qui abrite aussi bien l’imposante cathédrale catholique, des mosquées, un centre où les personnes de confession juive peuvent pratiquer leur culte que des temples chinois et hindous.
 
 
Je pensais donc avoir fait le tour du sujet en ce qui concerne les édifices religieux.
 
 
Mais que nenni !
 
 
Où avais je donc la tête pour oublier  le caodaisme ?
 
 
En réalité je n’ai appris l’existence de cette religion, dont le nom fait directement référence à l’Oeil de Dieu, qu’une fois en route pour l’embarcadère de Cai Be  près duquel se dresse un temple cao dai que j’allais visiter avant d’embarquer pour ma première croisière sur le Mékong.
 
 
Mais connaissez vous le caodaisme ?
 
 
Si cette religion, fondée dans les années 20 par Ngo Van Chieu, un fonctionnaire de la Cochinchine, a immédiatement rencontré un succès fulgurant, elle est aujourd’hui considérablement appauvrie après avoir vu, à l’issue de la Guerre du Vietnam, ses possessions confisquées par le gouvernement,  en guise de représailles.
 
 
En effet, les fidèles cao dai ont fait, durant la guerre, le malencontreux choix  de soutenir les forces sud vietnamiennes et américaines contre le Vietcong, finalement victorieux.
 
 La survie du caodaisme ne tient donc qu’aux dons de ses nombreux fidèles, que l’on estime à un peu plus de deux millions,  toujours vêtus de blanc, auprès desquels, elle continue, notamment dans le sud du Vietnam, à avoir une audience considérable.
 
 
En ce qui me concerne, cette religion m’a étonnée a bien des égards : autant par les principes qu’elle promeut que par l’architecture de ses édifices.
 
 
Ainsi, le caodaisme se distingue par un syncrétisme ne souffrant pas la discussion.
 
 
Cette religion mêle en effet plusieurs philosophies, croyances et religions, aussi bien occidentales qu’ orientales, avec pour postulat premier qu’il n’y a qu’un seul dieu commun à tous.
 
 
En conséquence, les fidèles du Cao Dai assurent le culte des ancêtres propre à la culture vietnamienne, vénèrent tout autant Jesus, Mahomet, Buddha, les maîtres taoistes et Confucius que des personnalités plus étonnantes à l’instar de l’écrivain français Victor Hugo, le philosophe Descartes ou encore Jeanne d’Arc.
 
 
De même, ils célèbrent les fêtes propres à chacune des religions dont la doctrine caodaiste s’est inspirée.
 
 
C’est dans la ville de Tay Ninh , saint siège du caodaisme, se situant à une centaine de kilomètres d’Ho Chi Minh Ville, que vous serez le mieux à même d’en prendre toute la mesure.
 
 
Tay Ninh ne figurant pas à mon programme de visite c’est au temple de Cai Be que je me suis arrêtée car son architecture, elle aussi syncrétique, est tout à fait représentative du célèbre temple-cathédrale de Tay Ninh (et donc des constructions caractérisant cette religion).
 
 
Ainsi divers éléments de l’édifice tels que ses tours d’entrée, la présence de feuilles de lotus sculptées, des mosaïques, des vitraux très colorés, des dragons (l’étant tout autant) qui s’enroulent autour de massifs piliers ainsi que de multiples représentations de l’Oeil Divin (symbole du caodaisme), rappellent les églises, les pagodes ainsi que les temples maçonniques.
 
 
 
Encore plus surprenante a été pour moi l’observation, à l’entrée du temple, d’une fresque représentant les Trois Saints considérés par le caodaisme comme étant les guides spirituels de l’humanité : l’écrivain français Victor Hugo, l’homme d’état chinois Sun Yat Sen  tenant un encrier et le poète vietnamien Nguyen Binh Khiem.
 
 
Découvrir ce temple de la religion cao dai est donc une expérience inattendue que je ne suis pas prête d’oublier 🙂
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
fresque à l’entrée du temple
fidèle en prière
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
oeil du cao dai, symbole de la religion
 
 
 
 
 
 
 
 
 
SUR LES TRACES DE MARGUERITE DURAS A SADEC
 
portraits de Marguerite Duras, Maison de l’Amant, Sadec
 
 
 
Petite ville du Delta, Sadec ne constitue, à priori, pas, et ce en dépit de son pittoresque marché ainsi que ses nombreuses pépinières, une étape touristique incontournable.
 
 
Pourtant nombreux sont ceux qui s’y arrêtent .
 
 
Car la renommée de cette bourgade tient en deux substantifs outre le titre d’un ouvrage :
 
Marguerite Duras, l’auteure française, et  L’Amant, du nom de son livre autobiographique (publié en 1984, adapté, en 1992, au cinéma par Jean Jacques Annaud)  dont l’intrigue se déroule en partie à Sadec.
 
 
C’est en effet dans cette ville, où sa mère, Madame Donnadieu, était, entre 1920 et 1930, directrice de l’école primaire des filles que la jeune Marguerite Duras passa son enfance et une partie de son adolescence.
 
 
Elle y rencontra également, à 16 ans, Le Chinois, son aîné de 10 ans, qui allait devenir son amant, en dépit des préjugés de la société d’alors.
 
 
Un amour de jeunesse qu’elle ne revit jamais, après son départ pour la Métropole, mais qui néanmoins lui inspira, quelques années plus tard, le personnage de l’Amant.
 
 
Si aujourd’hui la maison où vivaient les Duras n’existe plus, vous pourrez toujours découvrir l’école primaire précitée aux murs jaunes assez décrépis.
 
 
Il est possible, semble t’il, d’avoir accès au registre de l’établissement.
 
 
En cette fin du mois d’août l’école était cependant fermée.
 
 
l’école des filles
 
 
 
 
  
 
Mais le clou du spectacle demeure l’exploration de la maison bleue, celle où vécut l’amant.
 
 
Une magnifique demeure qui témoigne de l’aisance financière du père, un riche mandarin de la ville, de ce dernier.
 
 
Je suis en effet tombée, tout d’abord,  sous le charme de son architecture ciselée et ses jolies balustrades.
 
 
Le ravissement s’est ensuite poursuivi à l’intérieur de la maison avec les sculptures très travaillées, l’autel consacré aux cultes des ancêtres, les superbes meubles en teck et les jolies chambres.
 
 
Admirateurs de Marguerite Duras, sachez qu’il est désormais possible d’y dormir car elle fait dorénavant office de maison d’hôte.
 
 
Last but not least, des clichés pris durant le tournage réalisé par Jean Jacques Annaud, des photos de l’auteure française  (à différents âges) ainsi que celles de la famille du Chinois  sont accrochés au mur.
 
Si ce dernier épousa une vietnamienne qui lui donna 5 enfants, la légende dit qu’il aurait, sur son lit de mort (au début des années 70), confessé n’avoir eu qu’un amour dans sa vie : Marguerite Duras 🙂
 
 
la maison de l’Amant à Sadec
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
portrait de l’Amant, sa famille, Marguerite Duras et photos du tournage du film éponyme
 
 
 
 
l’Amant
 
avec son épouse
 
ses enfants
Marguerite Duras
 
Photos du film l’Amant
 
 
 
   Si l’idée de poursuivre votre itinéraire sur les pas de Marguerite Duras, dans le sud du Vietnam, vous tente, n’hésitez pas revenir dans les rues de l’ancienne Saigon .
 
 
Notamment devant le lycée, situé au cœur de la ville, qu’elle fréquenta et où la voiture du Chinois l’attendait pour la mener jusqu’à lui.
 
 
Puis dans le quartier chinois de Cholon où se trouvait la garçonnière de ce dernier laquelle abrita leurs amours comme je vous le racontais déjà ici.
Le Pigeon Voyageur

AUTEUR - Le Pigeon Voyageur

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez également partager avec moi vos impressions, émotions et pourquoi pas interrogations après lecture de cet article et découverte de ces photos (toutes prises par mes soins). Alors à vos plumes !

4 Commentaires
  • Avatar

    Traveling Brunette | Juil 16, 2015 at 16 h 26 min

    J'adore tes photos de la maison bleue, je ne l'ai malheureusement pas visitée lors de mon voyage au Vietnam, je me rattrape grâce à ton article 🙂

    • Le Pigeon Voyageur

      Le Pigeon Voyageur | Juil 16, 2015 at 17 h 17 min

      Oh merci beaucoup Traveling Brunette ! Cette maison est vraiment le must see de Sadec ! On a l'impression de vivre à une autre époque car tout a été très bien conservé !

  • Avatar

    vietnam guide | Juil 18, 2015 at 11 h 45 min

    C'est avec grand plaisir de revoir les images de cette maison que j'ai visitee il y a longtemps

Faire un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.