NEWSLETTER
Suivez le JPV sur

© JPV 2016 | Tous droits réservés.

Réalisé par Centrech

Journal d'un Pigeon Voyageur | REIMS : HISTOIRE, CHAMPAGNE AND WHAT ELSE ?
Un passeport virtuel pour découvrir le Monde hors des sentiers battus.
JPV, Voyages, Destinations, journal d'un pigeon voyageur, pigeon voyageur, le pigeon voyageur, Voyages en Afrique, Voyages en Europe, Voyages en Asie, Voyages en Amérique, gastronomie, îles, Art, Culture, Hôtels d'exception, Hôtes atypiques.
46
post-template-default,single,single-post,postid-46,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,qode-theme-ver-3.10,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
 

Blog

REIMS : HISTOIRE, CHAMPAGNE AND WHAT ELSE ?

  |   ARCHITECTURE, EDIFICES RELIGIEUX, EUROPE, FRANCE, GASTRONOMIE, MOMENTS D EVASION, MUSEE, Reims, TOUS, VOS ENVIES   |   No comment
Chapelle Fougita, Reims
 
 
Reims.
 
Capitale incontestée de la (région) Champagne et du Champagne, il va s’en dire !
 
 
Cité, maintes et maintes fois, marquée par le sceau de l’Histoire de France également.
 
 
Mais Reims se singularise aussi par la richesse de son patrimoine architectural ainsi que par la beauté de ses musées et ses places que l’on prend plaisir à découvrir au fil de ses flâneries dans la ville, comme j’ai pu  le constater il y a quelques mois.
 
 
Impossible, dès lors pour moi, de clôturer ce triptyque sur la cité champenoise sans évoquer cet aspect touristique qui gagne, à mon sens, à être davantage mis en lumière.
 
 
Une découverte qui, je l’espère, saura vous séduire !
 
 
REIMS, LA VILLE AUX MAGNIFIQUES ÉDIFICES CATHOLIQUES
 
 
basilique Saint Remi

En dehors de la superbe cathédrale rémoise renfermant de magnifiques vitraux de Chagall (si cela vous intéresse la Cité de l’Architecture à Paris vous propose actuellement de découvrir certains vitraux réalisés par ce dernier à travers une exposition (certes) courte mais que j’ai trouvé très instructive), dont je vous avais déjà parlé dans le premier opus sur la ville en octobre dernier, la cité des Sacres compte également d’autres édifices religieux catholiques qu’il convient de ne pas manquer.

 
Voici mes 4 coups de cœur.
 
L’église SAINT JACQUES
 
C’est au détour d’une rue piétonne, relativement étroite et située non loin de la fontaine d’Erlon, que j’ai découvert, en cette fin d’après midi du mois d’octobre 2014, cette église, donnant sur le vacarme de la rue.
 
 
A l’intérieur aucuns pèlerins n’étaient en vue et seul un prêtre semblait absorbé dans ses prières.
 
 
J’ai immédiatement été frappée puis séduite par ses magnifiques vitraux dont les couleurs éclatantes se révélaient davantage grâce aux rayons de soleil que laissait pénétrer la porte de l’édifice plus qu’entrouverte.
 
 
Était ce une invitation subliminale, à l’adresse des brebis (égarées ou pas) qui viendraient à déambuler dans la rue, à y pénétrer ?
 
 
Je l’ignore.
 
 
 Mais cela ne m’a pas, en tout état de cause, empêchée d’apprécier cette ouverture sur le monde 🙂
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La Basilique SAINTE CLOTILDE 
 
 
Bien qu’un peu excentrée du centre ville de Reims, la basilique Sainte Clotilde, édifiée à la fin du 19 ème siècle, vaut vraiment le coup d’œil !
 
 
Pas seulement pour les reliques qu’elle abrite en son sein (que je n’ai malheureusement pas pu contempler, l’édifice étant alors fermé pour rénovation)  mais aussi pour son architecture pour le moins surprenante.
 
 
En effet, ses dômes,  inspirés de l’architecture byzantine, m’ont rappelée son homologue stambouliote Sainte Sophie dont je vous parlais déjà ici.
 
 
Et que dire de son fronton d’entrée, tout en dorure ?
 
 
Sainte Clotilde a donc été, pour ma part, une jolie découverte même si j’ai dû me contenter de l’admirer de l’extérieur  !
 
 
Sachez par ailleurs que, depuis décembre 2014, l’ange qui trônait au-dessus du dôme (après avoir été retiré dans les années 90) a enfin retrouvé sa place.
 
 
Cela doit, je suppose, ajouter un autre cachet à l’édifice.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La Chapelle FOUJITA
 
 
   C’est à l’issue de ma visite guidée des caves Mumm que je me suis arrêtée à la Chapelle Notre Dame de la Paix, plus connue sous le nom de Chapelle Foujita, située à une dizaine de mètres de là.
 
Il me tardait en effet de découvrir cet édifice dont l’histoire m’intriguait à plus d’un titre.
 
       En effet, ce lieu, dont le nom à consonance asiatique ne vous aura pas échappée, n’est pas l’œuvre de frères catholiques mais plutôt celle d’un peintre japonais du nom de Léonard Foujita !
 
Ce dernier, après avoir eu une révélation à la Basilique Saint Remi de Reims, lieu dont je vous parlerais plus loin dans cet article,  décida de se convertir au catholicisme et se fit donc baptiser, en 1959, dans la cité champenoise.
 
   Puis, fort de sa nouvelle foi, il entreprit de faire construire, sur un terrain octroyé par le président des Champagnes Mumm, une petite chapelle, laquelle fut édifiée par l’architecte Maurice Clauzier.
 
 
 Sept ans plus tard, alors au crépuscule de sa vie, le peintre décida d’en décorer les murs  en les ornant de monumentales et superbes fresques représentant les 7 péchés capitaux.
 
De véritables merveilles qui ont depuis assuré la renommée de la Chapelle Foujita !
 
 
Mais rassurez vous, cette dernière séduit également par les petites verrières qu’elle abrite et le jardin qui l’entoure d’où se dégage, à mon sens, une sérénité, propice à la prière, vous ne trouvez  pas ?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
les sept  péchés capitaux selon le peintre Fougita à l’intérieur de la chapelle
 
 
 
 
 
 
 
La Basilique SAINT REMI
 
 
 
 
 Celle ci est, avec la cathédrale de Reims et le Palais de Tau, l’autre incontournable touristique de Reims.
 
 
En effet, cette basilique édifiée au 11 ème siècle sur le tombeau de Saint Remi ( l’évêque qui baptisa le roi Clovis au 5 eme siècle) est aujourd’hui inscrite au Patrimoine Mondial de l’Unesco.
 
 
Cet épisode (de l’entrée dans la communauté catholique à travers le baptême) est d’ailleurs attesté par la présence, sur le parvis de l’édifice, des statues desdits personnages.
 
 
A l’intérieur, la Basilique réserve quelques surprises à l’instar, notamment, de la superbe nef romane, du très beau chœur, d’ étonnantes dalles, incrustées de plomb, sur lesquelles sont gravées des scènes bibliques, d’une petite chapelle ainsi que de magnifiques vitraux.
 
 
Mais un tout autre trésor se cache à l’extérieur de l’édifice religieux, dans le musée qui la jouxte.
 
 
Ce dernier, celui de l’Abbaye Saint Remi,  est d’ailleurs également classé au Patrimoine de l’Unesco.
 
 
Malheureusement et en ce dimanche d’octobre,  il n’ouvrait ses portes que dans l’après midi.
 
Je n’ai pas eu la force de patienter plusieurs heures pour l’explorer devant prendre la route du retour pour Paris après le déjeuner, ce sera donc pour une prochaine fois 🙂
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
inside
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
REIMS,VILLE AGRÉABLE OU L’ON REMONTE LE TEMPS GRÂCE A SES MUSÉES, PARCS ET PLACES
 
citation restaurant Bagelstein, place du Forum

 

 
   Mais à Reims, d’autres lieux (quant à eux profanes) valent également le déplacement:
 
 
Parce qu’ils nous enrichissent culturellement : c’est l’office des musées.
 
 
Parce qu’ils nous permettent de nous délasser au cœur de la ville notamment avec ses jardins et parcs.
 
 
Parce qu’ils nous font remonter le temps à travers des places, érigées, depuis des siècles.
 
 
Il est dès lors incontestable que flâner dans les rues de Reims réserve de bien belles découvertes.
 
 
Musée des BEAUX ARTS
 
la cour du musée

 

   Le week-end de ma deuxième escapade dans la cité champenoise je n’avais, une fois n’est pas coutume, pas envie de me terrer dans un musée.
 
 
 
La faute au ciel bleu, au soleil ainsi qu’aux températures agréables qui ne semblaient pas  être encore affectées par l’arrivée de l’automne.
 
Reste que j’étais pourtant prête à faire une entorse à ce principe pour visiter le réputé Musée des Beaux Arts lequel abrite,d’ordinaire, des toiles des grands maîtres Corot  et Cranach.
 

Ainsi, ma visite de la cathédrale achevée, c’est toute excitée que je me suis dirigée vers ce lieu de culture.

 

Grande fut donc ma déception lorsque je me suis entendue dire à l’accueil que les chefs d’œuvre qui m’avaient attirée jusque là (et faisant partie de la collection permanente) n’étaient plus visibles.

 

Ils avaient, quelques semaines plus tôt, cédé, en effet, leurs places à l’exposition commémorant, à travers des tableaux d’artistes français et allemands,  les cent ans du déclenchement de la première guerre mondiale.

 

Too bad! Mais ce n’est que partie remise.

 

Pour me consoler, je me suis donc contentée de photographier l’œuvre trônant dans la cour du musée qui illustre ce chapitre.

 
Musée de l’hôtel LE VERGEUR 
 
 
Près de la place du Forum (déjà évoquée ici ), un hôtel particulier, restauré après la première guerre mondiale par son dernier propriétaire, suscite l’intérêt des touristes.
 
Il s’agit de l’hôtel le Vergeur.
 
 
Vu de l’extérieur, cette maison, bâtie façon colombage avec ses vitraux verts, semble promettre d’agréables surprises.
 
Malheureusement je ne pourrais pas vous en dire plus ayant raté la visite guidée de peu.
 
 
Mais n’hésitez pas à partager avec moi vos impressions si d’aventure vous l’avez déjà ou comptez l’explorer.  

 
 
 

 

 

 

Parc jouxtant la statue de Colbert

 
 
Non loin de la gare ainsi que du mémorial consacré aux déportés de la seconde guerre mondiale, se trouve un joli parc.
 

Lieu idéal pour bronzer, picniquer ou passer du bon temps, entre amis, dès les premiers rayons de soleil printaniers ou estivaux et même durant l’été indien du début de l’automne.

 

Certains, va comprendre, préfèrent tout de même s’installer au pied de la statue de Colbert, y ayant été érigée, pour profiter, comme j’ai pu moi même le constater en octobre dernier, de cet oasis de verdure situé en plein cœur de la ville.

 

Colbert, un personnage qui, dans l’inconscient collectif, est bien souvent uniquement associé à sa fonction de ministre de la guerre du Roi Soleil, aka Louis XIV.

 

Pourtant, il convient également de se souvenir que c’est aussi à lui que l’on doit  la rédaction du Code Noir au terme duquel les esclaves avaient le statut juridique de choses.

 

Le Musée de Nantes, abrité par le château des ducs de Bretagne, expose d’ailleurs un exemplaire dudit ouvrage comme je vous le racontais il y a quelques mois ici.

 

Ça c’était pour la minute historique 🙂

 

statue de Colbert et parc

 
 
 
Les Places Principales
place royale
   Reims compte également quelques places principales qui méritent que l’on s’y arrête .
 
 
Au rang de ces dernières figure la majestueuse place de l’Hôtel de Ville que voici.
 
 
 
 
 
 
 
   Ma profession oblige, je me dois de mentionner ensuite celle du Palais de Justice. (et si si je suis objective).
 
A la beauté du Palais et ses colonnades, s’ajoute celle du charmant café du Palais qui lui fait face, QG du monde judiciaire (forcément), dont la jolie terrasse ainsi que la verrière façon art déco ne laisse personne insensible.
 
façade arrière du palais de justice
 
les abords du palais
 
 
 
 
 
le palais de justice
 
 
   Puis j’ai eu un coup de cœur pour la place d’Erlon, située non loin de l’église Saint Jacques, où trône la Fontaine de Subé.
 
la place
  
 
 
fontaine subé
 
 
   De la place du Forum, quant à elle,  je retiens les nombreuses maisons à colombages, l’hôtel le Vergeur, la crypte romaine mais aussi la découverte d’un très sympathique restaurant au cadre original : le Bagelstein.
 
 
Les petits encas sucrés sont délicieux et, pour ne rien gâcher, certaines des citations ornant ses murs sont véritablement à mourir de rire !
 
Un agréable endroit pour faire une halte !
 
aux abords de la place du Forum
 
 
 
 
 
   Ne manquez pas, par ailleurs, l’immense (de part ses dimensions) place Royale, datant du 18 eme siècle, au milieu de laquelle trône une statue du roi Louis XV.
 
  
 
 
 
 
Ainsi s’achève le dernier article du JPV consacré à Reims 🙂
 
Le Pigeon Voyageur

AUTEUR - Le Pigeon Voyageur

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez également partager avec moi vos impressions, émotions et pourquoi pas interrogations après lecture de cet article et découverte de ces photos (toutes prises par mes soins). Alors à vos plumes !

Aucun commentaire

Faire un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.