NEWSLETTER

Suivez le JPV sur

© JPV 2016 | Tous droits réservés.

Réalisé par Centrech

Journal d'un Pigeon Voyageur | THE LUDLOW HOTEL, L’INOUBLIABLE ADRESSE BRANCHEE DU LOWER EAST SIDE
Un passeport virtuel pour découvrir le Monde hors des sentiers battus.
JPV, Voyages, Destinations, journal d'un pigeon voyageur, pigeon voyageur, le pigeon voyageur, Voyages en Afrique, Voyages en Europe, Voyages en Asie, Voyages en Amérique, gastronomie, îles, Art, Culture, Hôtels d'exception, Hôtes atypiques.
22964
post-template-default,single,single-post,postid-22964,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,qode-theme-ver-3.10,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
 

Blog

THE LUDLOW HOTEL, L’INOUBLIABLE ADRESSE BRANCHEE DU LOWER EAST SIDE

  |   AMERIQUES, ETATS-UNIS, GASTRONOMIE, HOTELS, HOTELS D' EXCEPTION, New York   |   2 Comments

 

 Salon, Skybox Loft, 16 eme étage, The Ludlow Hotel

 

 

D’originel creuset de l’immigration new-yorkaise à quartier populaire devenu trendy   :  nul n’aurait pu prédire l’incroyable mue que finirait par connaître,  au sud est de Manhattan,  l’historique Lower East Side . 

 

Car hormis les appartements reconstitués du Tenement Museum (sis Orchard Street),  plus rien ne subsiste, en effet, de ses minuscules logements insalubres où, à partir de la fin du 19 ème siècle, s’entassèrent les milliers de familles ayant fui la misère des pays de l’Europe occidentale (Irlande, Italie, Allemagne) et les pogroms perpétrés dans ceux de l’est.

 

Des hommes et  femmes, en quête d’un avenir meilleur, qui, nonobstant leurs difficiles conditions d’existence  (notamment dépeintes  dans le film Gangs of New York de Martin Scorsese),  écrivirent un pan essentiel de l’Histoire des Etats-Unis. 

 

S’il est vrai que le processus de gentrification,  touchant aujourd’hui le quartier, tend à en effacer les modestes débuts, ce renouveau n’a, en revanche, eu aucune incidence sur l’héritage (multi)culturel, toujours largement visible, laissé par ses premiers habitants.

 

 Quant à l’insécurité, liée à l’omniprésence des gangs et dealers,  qui régnait, il y a encore vingt ans, dans ses rues, elle n’est, de même, plus qu’un lointain souvenir.

 

Autant d’évolutions ayant, par conséquent, peu à peu  façonné le nouveau visage du Lower East Side.

 

Celui d’un secteur parvenu à préserver son identité propre  tout en devenant branché. 

 

Pari, à priori, réussi .

 

Car outre les hipsters new-yorkais,  les touristes, désireux de découvrir une toute autre facette de la capitale économique américaine, sont plus que jamais attirés par  ses  restaurants,  fussent ils mythiques (tel  Katz’s, centenaire delicatessen évoqué ici ) ou plus tendance,  ses galeries d’art,  ses boutiques de créateurs

 

 

 

ses bars à la mode, ses luxueux lofts ainsi que ses hôtels atypiques .  

 

A ce dernier titre, le Ludlow, installé, depuis 2014, dans un ancien immeuble industriel rénové, fait, sans conteste, figure d’ adresse exception.

 

FullSizeRender_3-minl’entrée du Ludlow sur la rue éponyme 

 

L’une de celle où indiscutable chic, atmosphère cosy, convivialité et décoration aussi bien vintage que contemporaine  confèrent aux lieux un charme irrésistible.

 

Jouxtant le lobby, le tamisé lounge-bar  donne ainsi immédiatement le ton.

 

Dans un décor fait de poutres apparentes, d’imposants chandeliers, d’œuvres d’art et d’une innatendue cheminée, ses  moelleux canapés en cuir invitent à savourer l’instant présent.

 

 

 

Lequel consiste, en l’occurrence,  à déguster l’un ou l’autre des célèbres cocktails signatures de l’établissement.

 

 

 

Délicieux moment que vous apprécierez davantage, à mon sens,   en vous attablant dans le patio inondé de lumière.

 

 

 

Une véritable oasis de quiétude où l’agitation du monde extérieur s’avère totalement imperceptible. 

 

 

 

 

Mais que cette sérénité retrouvée ne vous empêche pas de faire escale au Dirty French, la très prisée table de l’hôtel, ayant également pris ses quartiers  au rez-de-chaussée .

 

 

 

 

Banquettes en cuir rouge, chaises en bois, sculptures de coqs, chandeliers circulaires et multiples miroirs vous donnent ainsi le sentiment de pénétrer dans un séduisant bistro parisien.

 

 

 

 

Ne soyez, dès lors, pas surpris d’y retrouver  quelques classiques de la gastronomie française, à l’instar du canard à l’orange ou de la tarte au citron meringuée,  toutefois  légèrement revisités.

 

Et si l’envie de goûter à des saveurs venues d’Ailleurs se faisait ressentir , je ne doute pas que les suggestions gastronomiques faisant écho aux délices du Maghreb, d’Asie du sud est ou d’Italie (telle cette excellente foccacia servie en guise d’apéritif ) puissent  contenter vos papilles.

 

Pour autant,  résumer l’attrait du Dirty French à ses seuls lunchs ou diners reviendrait à occulter l’exquise douceur des petits déjeuners à damner un saint qui y sont servis .

 

Opter pour les aériennes pancakes,  les succulents toasts à l’avocat ou la formule classique, incluant boisson chaude, jus de fruits, toasts, eggs, bacon ou saucisse et pommes de terre sautées,  vous donnera,  ainsi, l’assurance d’atteindre, tous les matins, le nirvana culinaire. 

 

 

 

 

Des instants de pure félicité dont je me souviens encore avec  beaucoup d’émotion.

 

Tout comme de la découverte du magnifique cocon où j’ai, durant quelques jours, posé mes valises.

 

Au bout d’un couloir longeant restaurant et cuisines, 

 

 

deux ascenseurs mènent, depuis les espaces communs ( bruyants en fin de soirée), à la salle de sport (ouverte en permanence) ainsi qu’aux chambres où confort optimal et  décoration soignée, mêlant diverses influences, ont été érigés en priorité absolue.  

 

 

 

 

Néanmoins,   privilégiez, parmi les multiples catégories  ouvertes à la réservation,  celles situées en étages élevés.

 

Car, contrairement aux autres, certaines d’entre elles bénéficient  de terrasses ou  de balcons.

 

Un privilège suffisamment rare à New York pour être souligné.

 

Leurs larges baies vitrées offrent, ensuite, de spectaculaires vues  panoramiques  sur le Lower East Side ainsi que les gratte-ciels, ponts  et autres monuments emblématiques de la Big Apple.

 

Dès lors, succomber à la beauté de l’atypique Skybox-loft n ‘a, en ce qui me concerne, été qu’une affaire de quelques instants .

 

 

 

 

Imaginée par Sean Macpherson, l’un des trois propriétaires du Ludlow Hotel,  ni la singularité de cet antre ni son atmosphère ultra romantique ne souffrent la discussion.

 

 

 

 

Difficile, en effet, de trouver  plus séduisants postes d’observations  que son balcon, sa salle de bain, au sol recouvert de superbes mosaïques, et son salon, aménagé dans un cube entièrement vitré, pour voir le soleil se lever ou se coucher et admirer, une fois la nuit tombée, la ville illuminée .

 

 

 

Mais pas uniquement.

 

Tant contempler New York tout en se délassant dans son bain,  à l’issue d’une éprouvante journée de visites,  fait également partie de ces inoubliables moments que vous offrira l’irrésistible Skybox-Loft.

 

  FullSizeRender_2-min P1400184-min

 

 

M’y réveiller encore, encore et encore, tel est le souhait qui est le mien alors que je rédige à présent ces lignes …..

 

A l’image de l’attachant quartier du Lower East Side où il a choisi d’ouvrir ses portes, le Ludlow Hotel est donc une enclave où bat le pouls d’une New York tout à la fois ouverte sur le monde, arty, surprenante, riche de son passé et s’inscrivant, dans le même temps, dans une modernité assumée.

 

Un parti pris auquel je ne pouvais, bien évidemment, qu’être sensible. 

 

 

 

 

 

Le Pigeon Voyageur

AUTEUR - Le Pigeon Voyageur

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez également partager avec moi vos impressions, émotions et pourquoi pas interrogations après lecture de cet article et découverte de ces photos (toutes prises par mes soins). Alors à vos plumes !

2 Commentaires
  • Avatar

    Joëlle | Elle dit 8 | Août 20, 2017 at 22 h 01 min

    Un bien joli cocon! ❤️

    • Le Pigeon Voyageur

      Le Pigeon Voyageur | Août 20, 2017 at 22 h 42 min

      Tu l’as dit Joëlle !! Dommage que l’on ne puisse pas s’y téléporter à l’envie 🙂

Faire un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.