NEWSLETTER



Suivez le JPV sur

© JPV 2016 | Tous droits réservés.

Réalisé par Centrech

Journal d'un Pigeon Voyageur | 4 ESPACES CULTURELS DE REFERENCE A NE PAS MANQUER A MARRAKECH
Un passeport virtuel pour découvrir le Monde hors des sentiers battus.
JPV, Voyages, Destinations, journal d'un pigeon voyageur, pigeon voyageur, le pigeon voyageur, Voyages en Afrique, Voyages en Europe, Voyages en Asie, Voyages en Amérique, gastronomie, îles, Art, Culture, Hôtels d'exception, Hôtes atypiques.
25810
post-template-default,single,single-post,postid-25810,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,qode-theme-ver-3.10,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
 

Blog

4 ESPACES CULTURELS DE REFERENCE A NE PAS MANQUER A MARRAKECH

  |   AFRIQUE, ART & CULTURE, MAROC, Marrakech, TOUS   |   No comment

 

IMG_2774-min

Balode

Ishola Akpo, In-Discipline, Fondation Montrosso

 

 

Il aura fallu que je visite, à l’automne dernier, plusieurs musées marrakchis, dont certains (à l’instar du MACAAL,  Museum of African Contempory Art, ou de celui consacré au couturier Yves Saint Laurent) récemment inaugurés,  pour enfin prendre toute la mesure des innombrables atouts culturels recelés par la Ville Rouge.

 

S’étant, au fil des ans,  muée en une scène artistique majeure du royaume chérifien et plus largement  du continent africain.

 

Émerveillée par cette réalité que je venais de toucher du doigt, il me tardait de revenir en explorer les  galeries privées.

 

Témoins privilégiés d’un dynamisme faisant, à raison, désormais la fierté de  l’ancienne cité impériale .

 

Ma présence à Marrakech, fin février,  durant la première édition marocaine d’1.54 Art Fair (foire internationale d’Art Contemporain promouvant l’Afrique et sa Diaspora) constituait donc l’occasion rêvée pour poursuivre cette fascinante immersion culturelle.

 

 Qui loin de se circonscrire aux seules artères du Gueliz,  m’a poussée à franchir le seuil d’espaces culturels encore plus confidentiels célébrant, dans la médina comme sur la route de Fes, une Création Contemporaine plurielle.

 

 

L’ATYPIQUE INSTITUT CULTUREL DAR MOULAY ALI-MAISON DE LA FRANCE A MARRAKECH

 

 

 

 

Jouxtant l’emblématique mosquée de la Koutoubia, une demeure historique du 19 ème siècle, partiellement métamorphosée en antre culturel, fait figure d’escale de choix depuis son ouverture au public en mai 2017.

 

 

salon de thé à Dar Moulay Ali

 

 

Révolu semble donc le temps où Dar Moulay Ali n’évoquait aux uns que le nom de la résidence successivement occupée par le prince chérifien éponyme, les généraux du Protectorat ou  l’actuel Consul Général de France et aux autres le siège marrakchi,  jusqu’à récemment, des services consulaires hexagonaux. 

 

Car l’ancienne salle des consuls outre celle autrefois dévolue aux mariages abritent à présent de magnifiques exhibitions temporaires.

 

A l’instar de la rétrospective,  en cours jusqu’au 28 avril 2018, dédiée au renommé photographe marocain Daoud Alouad-Syad.

 

 

 

 

S’inscrivant dans un parcours photographique, conçu en 3 étapes, l’exposition « Maroc d’Ombre et de Lumière » présente, contrairement aux photographies en noir et blanc accrochées aux cimaises de la banque du Maghreb ainsi que de la Galerie 127, d’inédits clichés couleur révélant un Maroc rural aux multiples facettes.

 

 

 

 

Quant au patio de la résidence Dar Moulay Ali, dorénavant accessible aux artistes,

 

 

il accueille en ce moment un autre virtuose de la photographie contemporaine chérifienne : Walid Layahi-Marfouk

 

Jeune artiste engagé qui, grâce aux portraits tirés de sa série Riad , entend rendre hommage aux Femmes l’ayant élevé.

 

 

Autant de figures fortes, libres, indépendantes, cultivées et issues d’un milieu aisé définissant  les contours d’une Femme marocaine moderne à mille lieux de celle qui nous est habituellement présentée.

  

 

MES DEUX GALERIES D’ART COUP DE CŒUR

 

 

Abdelkrim Ouazzani, Le Printemps arabe

 

 Nul ne saurait dénier au quartier du Gueliz, où, dans un périmètre restreint, se succèdent plusieurs galeries d’art, le statut de  Mecque culturelle marrakchie

 

 Mais si la pionnière Matisse Art Gallery, la  récente Galerie 6.4 Gallery (installée au cœur de l’Hotel Opera Plaza)

 

Mahi Binebine, Matisse Art Gallery

 

IMG_2275-min

Mon Marrakech, Faten Gaddès, 6.4 Gallery

 

la Galerie Siniya28

 

Alia Ali

 

la David Bloch Gallery

 

Ghizlane Sali, Histoire de Tripes

 

sans oublier la Galerie Noir sur Blanc y demeurent des passages obligés, 

 

 

j’ai, en ce qui me concerne, été littéralement époustouflée par la Galerie 127

 

 

et le Comptoir des Mines Galerie.

 

Noureddine Tilsaghani

 

 

Installée, depuis 2006, dans un vaste loft situé au deuxième étage d’un immeuble Art Déco, la galerie 127, dirigée par Nathalie Locatelli et première spécialisée à ce titre au Maroc, est une magnifique ode à la photographie contemporaine.

 

Fut elle internationale ou marocaine. 

 

Dès lors, impossible de ne pas lire dans les émouvants portraits en noir et blanc de l’artiste Daoud Aoulad-Syad, dévoilés jusqu’au 28 avril 2018, au sein de l’exposition Ethno Folk s’y déroulant, un hommage d’envergure aux troupes folkloriques du royaume.

 

 

 

Car à travers ces visages de danseurs et chanteurs, photographiés sur l’ensemble du territoire, c’est bien l’infinie richesse du patrimoine culturel marocain qui se trouve assurément personnifiée.

 

  

 

Quelques mètres plus loin, au 62 rue de Yougoslavie, se dressent deux immeubles mitoyens bâtis, au début des années 30, dans le style Art Déco.

 

La société minière qui, jadis, occupait les lieux a, depuis 2016, en revanche cédé la place au Comptoir des Mines.

 

 

 

Une galerie-résidence de 1000 m2,  dédiée à la promotion de l’art contemporain marocain et africain, que son propriétaire, Hicham Daoudi, est, en peu de temps, parvenu à hisser au rang d’incontournables espaces culturels.

 

IMG_2423-min  

Yassine Balbzioui

 

  

Avec Traversées, exhibition en cours jusqu’au 10 avril 2018, 12 artistes marocains, ayant investi l’endroit, y livrent leurs points de vue personnels sur le Monde.

 

Évoquant, par le biais d’oeuvres et installations fortes, quelques uns des maux et  enjeux (urbanisme, migrations, relations Nord/Sud et notion de Liberté, notamment) auxquels ce dernier fait face. 

 

 IMG_2347-min

Mariam Abouzid Souali

 

Abdelaziz Zerrou, Lumières du Maroc

 

Larbi Cherkaoui

 

 

Hassan Bourkia

 

Younes Atbane, European Flag

 

Mariam Abouzid Souali, A three person game, The occidental

 

Mustapha Akrim, Killing Machine

 

Carte blanche à  Hassan Hajjaj

 

 

 

 

L’INÉDITE  MONTRESSO ART FONDATION

 

 

 

 

Sur la route de Fès , à une trentaine de kilomètres de  Marrakech, une piste mène à l’atypique fondation privée Montresso ayant, depuis 2007, pris ses quartiers au cœur d’une oliveraie de plusieurs hectares. 

 

Uniquement ouvert au public lors de visites guidées à réserver à l’avance, cet inédit espace culturel est né de la volonté d’un  homme :  Jean-Louis.

 

 Véritable passionné d’Art, collectionneur averti de surcroît,  qui souhaitait donner aux artistes, initialement issus de la mouvance streetart,  les moyens nécessaires à la réalisation de leurs projets.

 

 

Kashink

 

David Mesguish

 

Un objectif allant, par ailleurs, aujourd’hui  de pair avec la promotion de l’Art Contemporain dont la Fondation Montresso s’est dans l’intervalle faite l’héraut.

 

 Hormis les initiatives concrétisées en dehors de ses murs ( au rang desquels Tmecha Fel Medina, réalisée dans le quartier du mellah par  le street artiste français Jace, ou  Tracing Morocco comprenant un portrait d’Aziz, maçon marocain peint par Hendrick Beikirch en face de la gare de Marrakech ), elle a, en effet, donné naissance à deux projets majeurs :

 

Le Jardin Rouge, en 2009.

 

Incroyable résidence d’artistes, lieu de rencontres et d’échanges entre créatifs de tous horizons, offrant à ces derniers  des conditions optimales pour travailler.

 

 

L’espace d’Art Montresso en 2016.

 

Un bâtiment, d’une superficie de plus de 1000 m2,  où se tiendront, annuellement, des expositions temporaires offrant une visibilité accrue aux œuvres exposées.

 

 

 

Inauguré le 19 février 2018, le programme IN-Discipline, dont l’objectif vise à créer des ponts entre Afrique du Nord et Afrique noire, invite ainsi à y découvrir la scène artistique de pays subsahariens dont la vitalité n’est, à ce titre, plus à démontrer.

 

Et c’est donc le Bénin, sous le commissariat du plasticien Dominique Zinkpe, qui ouvre cette première édition  (la Cote d’Ivoire et le Nigéria constitueront les rendez-vous suivants) en présentant le travail de 5 de ses artistes contemporains. 

 

   Autant d’œuvres, exposées jusqu’au 31 mars 2018, ayant été réalisées par eux lors de leur résidence à Jardin Rouge.

 

 

 

Le plasticien Dominique Zinkpe se distingue par des peintures très colorées, où surgissent des personnages aux traits mi humains-mi animaux, ainsi que de singuliers totems et installations  évoquant cultes animistes et croyances vodoues, prégnants encore aujourd’hui au sud de l’ancien Dahomey.

 

Minuit

Ton pied mon pied

 

Charly D’Almeida recycle quant à lui le métal .

 

Lequel renait sous forme de visages expressifs, assemblés en sculptures intemporelles laissant transparaitre l’influence de la culture vaudoue.

 

 

Puis l’on se laisse aisément émouvoir par l’univers, singulier, du plasticien Gerard Quenum .

 

Reconnaissable à ses peintures mettant en lumière, sur fond blanc, des personnages, sans visages, aux  traits d’une simplicité enfantine totalement assumée mais également à l’usage de la couleur, ici,  réduite à sa plus simple expression.

 

 

 

Avec les totems du peintre Nathanael Vodouhé,  prenant l’apparence d’une cigarette se consumant, l’artiste béninois s’interroge sur nos addictions et  évoque, en creux, la destruction de l’ Homme par lui même.

 

Série Cigarettes

 

 

Enfin, les autoportraits du photographe Ishola Akpo explorent la notion d’Identité, selon lui  multiple.

 

Dans la série photographique Daibi, renvoyant à un Dieu imaginaire, l’artiste se met ainsi en scène portant des attributs  (chapeaux berbère ou youruba, couteau) renvoyant à plusieurs cultures.

 

 

IMG_6372-min

 

 

Débutée au sein de l’espace d’Art Montresso, la visite guidée de la Fondation se poursuit ensuite dans la sphère plus intime du Jardin Rouge.

 

 

 

 

A la fois agréable lieu de vie et espace de travail  pour les artistes en résidence où se révèlent également un extraordinaire corpus d’oeuvres d’art contemporain.

 

L’une de mes plus belles visites à Marrakech !

  

Ceet

 

Jace

Kouka

Hendrik Beikirch

Skunkdog

Stepan Krasnov

 

 

Wahib Chehata

C215

Fenx

l’un des salons du Jardin Rouge, en arrière plan une oeuvre de Wahib Chehata

 

Inaugurations de Musées,  ouvertures d’avant gardistes galeries  et multiplications des rendez-vous culturels d’exception, Marrakech n’a assurément pas fini de nous surprendre artistiquement !

 

Le Pigeon Voyageur

AUTEUR - Le Pigeon Voyageur

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez également partager avec moi vos impressions, émotions et pourquoi pas interrogations après lecture de cet article et découverte de ces photos (toutes prises par mes soins). Alors à vos plumes !

Aucun commentaire

Faire un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.