NEWSLETTER
Suivez le JPV sur

© JPV 2016 | Tous droits réservés.

Réalisé par Centrech

 

Blog

HOTEL MADAME REVE OU L’ART DE CONJUGUER LES PLAISIRS A TOUS LES TEMPS

  |   ARCHITECTURE, ART & CULTURE, EUROPE, FRANCE, GASTRONOMIE, HOTELS, HOTELS ATYPIQUES, HOTELS D' EXCEPTION, île-de-france, NATURE, Paris, VOS ENVIES   |   No comment

 

Hôtel Madame Rêve

 

Nichée au cœur de Paris, au croisement de la Cour Gutenberg et de la rue du Louvre, l’aussi historique qu’emblématique Poste, sise au numéro 50 de la même voie , a, au terme de presqu’une décennie de colossales rénovations menées par le tandem Laurent Taieb, homme d’affaires averti, et le cabinet d’architecture Dominique Perrault, partiellement embrassé, depuis fin octobre 2021, un nouveau destin.

 

En accueillant, entre autre, désormais en ses séculaires murs, et sur une superficie de 7000 m2, un magnifique boutique-hôtel, à l’épure contemporaine léchée, baptisé « Madame Rêve ».

 

 

Imaginé, à l’instar du titre éponyme d’Alain Bashung, comme une ode plurielle à l’Amour dont tous les sens se font irrémédiablement l’écho. 

 

Amour, tout d’abord, pour l’activité postale originelle, récemment rétablie, des lieux.

 

Que d’infinis détails, subtils clins d’œil à l’histoire de cet imposant édifice, érigé à la fin du 19 ème siècle et cher aux parisiens, viennent, ainsi, opportunément rappeler.

 

 

 

A travers un décor constitué de tapis ornés de tampons, reproductions de télégrammes et phrases humoristiques;

 

 

 

d’œuvres de Mail Art réalisées à partir d’anciennes cartes postales affranchies

 

 

 

outre d’un nécessaire à écrire, laissé à disposition dans chaque alcôve, invitant les hôtes, dans une ère pourtant dominée par le digital ,à adresser des missives manuscrites à leurs proches.

 

 

Ou l’Art d’, avec la manière, conférer une véritable âme à l’Hôtel Madame Rêve.

 

Amour du Beau, ensuite.

 

 

Qui, entre autre, transparait :

 

Dans la majesté architecturale du bâtiment, primitivement pensée par le maître d’œuvre Julien Guadet, faisant aujourd’hui charme de l’ancien et design contemporain se conjuguer avec brio.

 

Alliant aux façades d’époque en pierre et spectaculaires hauteurs sous plafond ayant été conservées, des constructions résolument ancrées dans l’air du temps  se dévoilant dès le seuil de l’établissement passé;  

 

Dans le soin apporté, qu’il s’agisse des espaces communs ou des parties privatives, aux volumes; 

 

 

 

A la décoration, pensée par Laurent Taieb;

 

 

 

 

A la mise en valeur des savoir-faire artisanaux participant de la singularité de l’hôtel;

 

 

 

A la création d’une signature olfactive, reconnaissable à ses fragrances de rose, imprégnant délicatement l’atmosphère;

 

A l’aménagement d’un intimiste espace bien-être dont le séduisant sauna fait figure de joyau

 

 

 

ainsi qu’à la conception des 82 chambres et suites de caractère occupant la totalité du 3 ème étage.

 

 

Autant d’incroyables havres de paix

 

 

 

qui, de surcroit,  se distinguent par les superbe mobilier, fabuleux revêtements en mosaïques, matériaux nobles (tels marbre, velours et bois) habillant l’espace , linge de choix, avec une mention particulière pour ceux en cachemire,  lits extrêmement douillets, cosy salles de bains et imprenables ouvertures sur l’extérieur, rendues possibles par la pose de larges baies vitrées et l’aménagement de terrasses ou balcons, dont il sont pourvus. 

 

 

 

 

Amour pour l’Art, en troisième lieu.

 

Dont les fresques, tableaux, livres d’Art,

 

 

photographies

 

 

 

et, enfin, calligraphies by l’incontournable artiste français Jacques Villeglé

 

 

Mais aussi les mobilier et  luminaires, tant inspirés de l’Art Déco, de l’Art Nouveau que du mouvement de la Sécession Viennoise, qui, somptueusement, parent  chacune des pièces de l’ hôtel Madame Rêve constituent, à n’en point douter, de vibrantes expressions .

 

 

 

Amour pour la Nature, également.

 

Puisque le très central jardin à ciel ouvert, planté de jasmins, sur lequel donnent certaines chambres et suites;

 

 

Celui d’hiver, mitoyen du restaurant la Plume, situé au troisième niveau ,

 

 

ainsi que le Roof, le magnifique jardin-rooftop, perché au dernier étage et ayant ouvert ses portes au public à la mi-avril 2022,

 

 

donnent à l’Hôtel Madame Rêve des airs d’irrésistible oasis.

 

Où l’effervescence parisienne n’est, miraculeusement, plus qu’un lointain souvenir.

 

Amour pour la bonne chère, fut elle d’ici ou d’ailleurs, aussi.

 

 

 

Comme en atteste, installé au rez-de-chaussée et dans le prolongement du confidentiel lobby, l’irrésistible  Madame Rêve Café.

 

 

Dont le somptueux cadre sert tout à la fois d’écrin à un sublime bar et à une table, possédant une terrasse attenante, d’ores et déjà prisée.

 

Mettant à l’honneur une goûteuse cuisine méditerranéenne, sans fioritures, joliment exécutée

 

 

et proposant, en outre, aux becs sucrés de clore le repas par une immersion, avec un énorme coup de cœur en ce qui me concerne pour le « Carrément Chocolat », 

 

 

dans l’univers de Pierre Hermé.

 

L’une des plus grandes figures de la Pâtisserie, fine, française.

 

Mais loin de s’arrêter ici, les agapes se poursuivent, avec bonheur, au troisième étage.

 

Investi par un autre photogénique bar, cette fois avec vue,  à l’ambiance résolument feutrée,

 

 

s’ouvrant quant à lui sur le non moins couru restaurant, doté d’une salle à manger privative, La Plume.

 

 

 

Nouvelle adresse où la félicité des papilles tient, sans conteste, à la créativité qu’y déploie le maître des pianos.

 

Virtuose donnant naissance, à chaque service, à mille et uns succulents mets puisant leur source d’inspiration dans la gastronomie nippone.

 

Ici, entre tempuras de crevette, purée matinée de miso, saumon grillé teryaki ou tendre filet de bœuf wagyu, mon cœur a, pour ainsi dire, constamment balancé.

 

 

 

Quel régal !

 

Allant définitivement de pair avec celui que le caractère exceptionnel du cadre offre aux pupilles des hôtes attablés.

 

 

Subjugués, à raison,  par la renversante vision

 

 

de l’Eglise Sainte Eustache, du Panthéon, du Centre Pompidou, de la cathédrale Notre Dame, du Sacré Cœur et de la Tour Eiffel se détachant alors distinctivement sous leurs yeux. 

 

 

Comment, dans de telles conditions, ne pas s’extasier d’ainsi tutoyer le ciel de Paris ?

 

Cette Ville Lumière qui, pour finir et à bien y regarder, apparait comme l’incontestable muse de l’Hôtel Madame Rêve.

 

Célébrée, dès lors et en tant que telle, dans les moindres recoins de l’établissement :

 

Au cœur des couloirs du troisième étage où se dévoilent des panneaux indiquant le nom des rues cernant l’édifice;

 

 

 

Via les différents ouvrages lui étant consacrée et capturant parfaitement son essence à retrouver dans les confortables chambres;

 

 

 

Sur les chaussons brodés évoquant les sites touristiques majeurs de la capitale;

 

 

 

et grâce aux inoubliables panoramas sur ces derniers et les toits de la ville dont jouissent, sans réserve, les espaces aménagés aux deux derniers étages de l’hôtel.

 

En témoignent, indubitablement, le Roof,

 

 

le bar et le restaurant La Plume.

 

 

 

Ainsi que, et surtout,  bon nombre des 82 clefs, orientées vers la ville et incroyablement baignées de lumière, qu’hébergent la maison.

 

Car, des lueurs de l’aube jusque très tard dans la nuit,  leurs immenses baies vitrées permettent d’être aux premières loges pour contempler à loisir, que l’on soit lové dans ses draps, confortablement installé dans son bain, assis dans son salon face auxdits trésors patrimoniaux 

 

 

ou paressant sur son balcon,

 

 

 

toute l’infinie beauté d’une cité  dont l’écrivain, français, Jules Renard disait qu’il suffisait de deux lettres pour qu’elle soit le Paradis.

 

Difficile de trouver observatoires plus grandioses , non ? 

 

De quoi, au cœur de cette Lutèce bouillonnante, redonner toutes ses lettres de noblesse à la rêverie contemplative, à l’éloge de la lenteur, aux plaisirs des sens, à une salvatrice sérénité et au luxe assurément non ostentatoire. 

 

Soit un autre visage du Staycation à Paris, faisant élégamment rimer adresse chargée d’histoire avec charme de l’ancien, design moderne, enchanteresse expérience multisensorielle, temps suspendu, fascinants horizons et lieu de vie à l’identité marquée où indifféremment se mêlent touristes et parisiens, auquel j’ai, il y a quelques semaines, succombé avec délice .

 

Vous avez dit fabuleuse parenthèse enchantée ?  

Oui, Oui, Oui! 

 

A tous ces moments de grâce dont j’aurais, en effet, aimer me repaitre encore et encore.

 

L’Hôtel Madame Rêve, un bijou, for sure ! 

 

 

AUTEUR - Le Pigeon Voyageur

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez également partager avec moi vos impressions, émotions et pourquoi pas interrogations après lecture de cet article et découverte de ces photos (toutes prises par mes soins). Alors à vos plumes !

Aucun commentaire

Faire un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.