NEWSLETTER

Suivez le JPV sur

© JPV 2016 | Tous droits réservés.

Réalisé par Centrech

Journal d'un Pigeon Voyageur | CROQUEZ (LA) GRENADE A PLEINE DENT
Un passeport virtuel pour découvrir le Monde hors des sentiers battus.
JPV, Voyages, Destinations, journal d'un pigeon voyageur, pigeon voyageur, le pigeon voyageur, Voyages en Afrique, Voyages en Europe, Voyages en Asie, Voyages en Amérique, gastronomie, îles, Art, Culture, Hôtels d'exception, Hôtes atypiques.
97
post-template-default,single,single-post,postid-97,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,qode-theme-ver-3.10,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
 

Blog

CROQUEZ (LA) GRENADE A PLEINE DENT

  |   ARCHITECTURE, EDIFICES RELIGIEUX, ESPAGNE, EUROPE, GASTRONOMIE, HISTOIRE & DEVOIR DE MEMOIRE, MOMENTS D EVASION, PATRIMOINE DE L'UNESCO, TOUS   |   4 Comments
l’une des ruelles de l’Albaicin de nuit

 

 
   Après Séville et Cordoue et avant de clore en beauté mon séjour andalou à Ronda, j’ai pris le chemin de Grenade, l’autre ville incontournable de cette région du sud espagnol.
 
 
A mesure que la voiture avalait, sous un ciel d’un bleu éblouissant ( presque surréel en cette fin d’année 2012), les kilomètres de la fantastique route, surnommée du Califat, qui y mène depuis Cordoue, j’ai pris conscience de tout l’intérêt qu’il y avait à parcourir l’Andalousie en roadtrip !
 
 
 
   Impossible, en effet,  de ne pas s’arrêter, à presque chaque tournant, pour contempler les somptueux panoramas défilant en continu sous les yeux.
 
 
Montagnes, vertes étendues, champs d’oliviers, villages blancs … notamment.
 
 
J’ai toutefois su rester raisonnable en ne faisant qu’une ……. triple halte avant d’arriver à destination.
 
 
Si si rien que 3 … c’est un exploit je vous le dis 🙂
 
 
Ainsi, ma passion pour la gastronomie m’a, tout d’abord, commandée de m’arrêter à Baena, la très réputée capitale andalouse de l’huile d’olive.
 
 
Comme vous vous en doutez,  je l’ai quittée chargée de quelques litres du précieux liquide. 
 
 
Mieux vaut un tien que deux tu l’auras 🙂
 
 
Puis l’escale suivante,  dans un village blanc situé en altitude, s’est imposée comme une évidence.
 
 
Zuhéros, avec ses étroites ruelles escarpées, sa place centrale toute blanche, offrant de splendides vues sur les alentours, ainsi que les vestiges, visitables sous réserve de ne pas être sujet aux vertiges, de son château de la Sujayra m’a véritablement séduite !
 
 
Dernier arrêt avant Grenade, l’impressionnante forteresse de la Mota, surplombant la ville d’ Alcala La Real, m’a définitivement convaincue que l’Andalousie était certainement l’une des plus belles régions du pays !
 
 
Mais la route du Califat me réservait encore quelques grands moments d’ émotions comme je n’allais pas tarder à le découvrir !
 
 
Ainsi, elle m’asséna son dernier coup de grâce lorsqu’ à quelques kilomètres à peine de Grenade les sommets enneigés de la Sierra Nevada se dressèrent, tout d’un coup et sans que je m’y attende, devant moi !
 
Quel spectacle !
 
 
   Grenade,  bâtie au pied de cette chaîne de montagne, s’annonçait donc délicieusement enchanteresse !! 
 
 
 Voici donc mes 6 commandements pour la découvrir en 48 heures.
 
 
quelques clichés depuis le village blanc de Zuheros
 

 

 

 

 

 

 

la forteresse de la Mota

 

la Sierra Nevada
 

 

 

LA MYTHIQUE ALHAMBRA TU VISITERAS

 

les merveilles décoratives dans les Palais des Nasrides

 

 

 

  Cette forteresse Rouge (traduction littérale du mot arabe), ancienne demeure des rois Maures perchée au sommet d’une colline surplombant la ville, est l’attraction touristique  NUMBER 1 de Grenade !
 
 
Et il y a de quoi !
 
 
   L’imposante Alhambra, classée au patrimoine de l’Unesco,  est un chef d’œuvre de l’art islamique et de l’ère d’Al Andalus que l’on prend plaisir à observer à tout moment !
 
 
Aux premières lueurs du matin lorsque la brume l’enveloppe encore, tout au long de la journée quand elle consent enfin à se dévoiler dans toute sa splendeur, à l’heure du coucher du soleil lorsque ses murs se parent  alors de cette couleur rouge-ocre si caractéristique et enfin la nuit où, éclairée, elle scintille de mille feux !
 
Il me tardait donc de l’explorer !
 
 
Mais découvrir cet incontournable de Grenade se mérite au vu des milliers de touristes qui s’y pressent, même en hiver !
 
 
A croire que les températures froides et le vent glacial, faisant partie intégrante du package hivernal,  ne sont pas assez dissuasifs:)
 
 
   Si vous ne souhaitez donc pas être transformés en glaçons géants en faisant une queue interminable à l’entrée du site et sans avoir, de surcroît,  la certitude de pouvoir y pénétrer ( l’accès journalier à l’édifice étant limité en nombre),  je vous recommande d’acheter au préalable vos billets sur internet.
 
 
Vous devrez choisir à quel moment de la journée, matinée ou après-midi, vous souhaitez visiter la forteresse.
 
 
A mon sens,  privilégier la première option car elle vous permettra d’éviter, surtout en été, la foule des grands jours ainsi que les températures caniculaires dont l’Andalousie a le secret à cette période de l’année !
 
 
Enfin et pour réguler les flux, un créneau horaire impératif vous sera également donné pour visiter les Palais Nasrides, incontestables joyaux de l’Alhambra.
 
 
Le Jour J vous devrez cependant vous arrêtez au comptoir dédié afin d’échanger vos billets électroniques contre leur version papier.
 
 
Croisez les doigts pour qu’il n’y ait pas déjà une file, plus ou moins longue d’attente.
 
 
En ce qui me concerne, j’ai pu, après près de 40 minutes à piétiner devant ledit guichet, enfin  pénétrer dans la mythique forteresse.
 
 
Avant d’en débuter l’exploration, je me suis baladée quelques minutes dans les parties communes du très beau Parador de Granada,  le seul hôtel situé au sein de l’Alhambra !
 
 
Un emplacement exceptionnel qui a, en conséquence, un prix :).
 
 
Toutefois, au vu du programme de visite très chargé qui m’attendait, je ne m’y suis pas attardée trop longtemps.
 
 
En effet l’Alhambra est constituée de 3 grands ensembles aux styles architecturaux différents (car ayant aussi bien été bâtis par des souverains musulmans que par des rois chrétiens).
 
 
J’ai commencé ma visite par, le MUST des lieux,  à savoir les splendides Palais Nasrides, construits par les rois musulmans.
 
 
J’y ai découvert une richesse décorative exceptionnelle : magnifiques mosaïques ornant les différentes cours et galeries, plafonds en bois, architecture dentelée  ainsi que  présence de  nombreux bassins.
 
 
Comme tous ceux qui y sont passés avant moi, j’ai aussi eu un coup de cœur pour la somptueuse Cour des Lions au milieu de laquelle trône une fontaine dont les douze fauves portent le bassin.
 
 
Autour de celle-ci se trouve une autre véritable merveille :  la salle des Abencerages, une galerie de toute beauté dont le superbe plafond est décoré par des stalactites élégamment travaillées !
 
 
Une splendeur !!
 
 
Puis j’ai délaissé les palais pour me rendre dans les immenses Jardins du Generalife.
 
 
Saison hivernale et froid oblige ces derniers n’étaient pas fleuris et peu de fontaines coulaient.
 
 
Il va s’en dire que pour bien profiter de la beauté du site, il vaut mieux s’y rendre à partir du printemps.
 
 
Je suis ensuite revenue sur mes pas pour pénétrer dans le palais édifié par le roi chrétien Charles Quint.
 
 
De ce bâtiment, je garde le souvenir de sa gigantesque cour circulaire ainsi que du petit Musée de l’Alhambra, attenant,  où j’ai pu notamment admirer une belle collection d’amphores.
 
 
Enfin, j’ai réservé l’exploration de la massive tour de l’Alcazaba, le plus ancien bâtiment de l’Alhambra, pour la fin ma visite.
 
 
Aucun mot n’est assez fort pour décrire ce que j’ai ressenti lorsqu’au sommet des remparts et de la Tour de la Vela j’ai pu contempler le magnifique panorama qui s’est alors offert à moi !
 
 
Le quartier de l’Albaicin mais surtout la Sierra Nevada dans toute sa splendeur !
 
 
Devant tant de beauté, j’en ai même oublié que j’étais frigorifiée !
 
 
Pour une grande frileuse comme moi, c’est un signe 🙂
 
 
Si je devais résumer mes 3 heures de visite à déambuler dans cette forteresse en un mot, je dirai : émerveillement !
 
 
For sure, la réputation de l’Alhambra n’est absolument pas usurpée !
 
Alors si vous êtes en Andalousie ne manquez pas d’aller l’explorer, it’s really WORTH IT 🙂
 
 

 

 

 

le parador a l’intérieur de la forteresse
 

 

 

l’Alcazaba

 

l’entrée du palais de Charles Quint

 

Palais des Nasrides
 
on patiente dans la queue en attendant son heure

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cour des Lions
 

 

 

 

début des jardins
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la cour du Palais de Charles Quint
 
 
 
 

 

 

 

l’Alcazaba et ses vues panoramiques sur les alentours
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
A LA CATHÉDRALE TU MÉDITERAS
 
 
Parce que Grenade ne se résume pas qu’à sa forteresse Rouge, j’ai décidé, une fois cette première visite terminée,  de partir à la découverte des autres trésors de cette cité andalouse.
 
 
A ce titre, impossible de ne pas visiter son imposante cathédrale, édifiée à l’origine pour symboliser la reprise de Grenade par les chrétiens, dont l’extérieur ne laisse en rien présager de sa somptuosité intérieure : dorures, colonnes, orgues gigantesques , superbes nefs et  chapelles ainsi que ses nombreux tableaux !
 
Bref, une bien agréable visite !
 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’HISTOIRE DE L’ESPAGNE A LA CHAPELLE ROYALE TU DÉCOUVRIRAS
 
 

 

   A quelques pas de la Cathédrale se trouve la Capilla Real, une chapelle qui devait à l’origine servir de nécropole royale pour tous les souverains espagnols.
 
 
Si la ville d’Escorial, située à une heure de Madrid,  lui a finalement été préférée, la Capilla Real abrite néanmoins les tombes des rois catholiques Ferdinand II d’Aragon et Isabelle de Castille.
 
 
   Ce couple royal est entré dans l’Histoire  pour avoir fondé un royaume d’Espagne unifié et avoir,  de ce fait, contribué au rayonnement ultérieur du pays.
 
 
Mais il est également important de souligner qu’il est également à l’origine de la Reconquista de la ville de Grenade, soit la reconquête des territoires de l’ancienne Al Andalus par les chrétiens, mais aussi de l’expulsion des juifs de la péninsule en 1492.
 
 
Interdiction des photos à l’intérieur de la chapelle oblige, je n’ai malheureusement aucuns clichés à vous proposer, hormis celui de l’affiche qui orne l’extérieur du bâtiment.
 
 
Mais à y regarder de plus près, je viens de réaliser que les tombeaux de Ferdinand et Isabelle sont, en partie,  représentés sur cette dernière.
 
 
Cela vous donne donc  tout de même un premier aperçu 🙂
 
 
Mis à part les tombeaux, cette chapelle abrite également des peintures flamandes ainsi que de nombreux objets personnels ayant appartenu à la reine.  
 
 
LA VUE DEPUIS LE MIRADOR SAN NICOLAS TU CONTEMPLERAS
 
 
 
Si vous rêvez d’un panorama somptueux sur l’Alhambra et les sommets enneigés de la Sierra Nevada,  le mirador San Nicolas est fait pour vous !
 
 
Un endroit qui offre une vue à couper le souffle !
 
 
Mais à l’instar de toutes les belles choses, il se mérite !
 
 
Surtout si vous décidez de vous y rendre en effectuant  l’ascension à pied, via les ruelles étroites et pentues du quartier de l’Albaicin, aux maisons aux façades blanches si caractéristiques ! .
 
 
Mais sachez que cette ballade est de loin l’une des plus agréables qu’il m’ait été donnée de faire à Grenade et, qu’en tout état de cause, vos efforts seront récompensés une fois que vous atteindrez le mirador !
 
Je mets ma main à couper que vous serez subjugués !
 
Ce fut mon cas.
 
   Et si jamais vous en avez assez de cette vue, vous pourrez toujours aller jeter un œil à l’intérieur de l’église attenante laquelle réserve quelques surprises 🙂
 

 

 

 

 

 

 
 
DANS LES DIFFÉRENTS QUARTIERS DE LA VILLE TU FLÂNERAS
 
 
dans les bains arabes

 

Le premier auquel je pense est celui de l’Albaicin, le quartier arabe de Grenade où se situe le mirador de San Nicolas dont je vous parlais précédemment. 
 
 
Un labyrinthe de charmantes petites ruelles pavées, de jolies maisons aux façades blanchies et avec jardins, de patios étonnants, de petites places ou prendre le café au soleil, de commerces et restaurants où il fait toujours bon s’attabler à l’instar du restaurant  Morayma, qui offre une vue spectaculaire sur la forteresse Rouge.
 
 
   D’ailleurs et quitte à parler gastronomie, ne manquez pas de goûter aux churros qui, contrairement, à ce qui se fait dans d’autres villes espagnoles, ne se dégustent pas au petit déjeuner mais plutôt en fin d’après midi.
 
 
Le restaurant Azafran saura également vous combler : entre son décor original, sa cuisine savoureuse et sa vue exceptionnelle sur l’Alhambra !
 
 
N’oubliez pas non plus de vous promener dans le cœur de Grenade où, pour ne rien rater des richesses architecturales, vous devrez souvent lever la tête tout en faisant attention à voir où vous mettez les pieds 🙂
 
 
Vous serez surpris par l’ambiance régnant dans le souk Alcaiceria, situé aux abords de la cathédrale, par les gros jambons pendant au plafond des cafés ( pratique commune à toutes les villes d’Espagne, du moins celles où je suis passée) ou encore par les arcades et la voûte étoilée des bains arabes de la ville.
 
 
Enfin, assurez vous de ne pas quitter Grenade sans aller découvrir le quartier de Sacromonte sur lequel je vais m’attarder davantage dans le dernier point de ce billet.
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

les bains arabes
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

dans le souk

 

 

churros et compagnie

 

 
A LA DÉCOUVERTE DE LA ZAMBRA
 
 
Rien de tel pour finir votre séjour à Grenade, sur une note plus originale mais authentique, que de vous rendre dans le quartier gitan du Sacromonte !
 
 
Outre la spectaculaire vue sur l’Alhambra dont vous bénéficierez,  l’intérêt principal du Sacromonte réside, à mon sens,  dans ses anciennes grottes troglodytes où se tiennent, tous les soirs, d’exceptionnels spectacles de Zambra auxquels je vous conseille vivement d’ assister !
 
   A l’instar du quartier sévillan de Triana où les gitans donnèrent naissance au flamenco comme je vous le rappelais déjà  ici, c’est à Sacromonte que ces derniers créèrent la zambra.
 
 
C’est à la Zambra Maria La Canastra ( en hommage à la célèbre chanteuse gitane) un lieu mythique intimiste, à la fois musée et lieu de spectacle, valant aussi le détour pour son décor réalisé à partir de nombreuses casseroles en cuivre  ainsi que de photographies de célébrités s’étant rendues sur place, que j’ai pu découvrir ce genre musical, lequel se rapproche beaucoup  des mélopées arabes.
 
Une très belle découverte pour moi qui pensait, jusque là, que le flamenco était la seule expression musicale andalouse !
 
 
De plus les danseurs étaient tout simplement envoûtants !
 
 
En voici quelques images :
 
vue sur la forteresse depuis le Sacromonte

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Alors êtes vous prêts à vous envoler pour Grenade ?
 
Le Pigeon Voyageur

AUTEUR - Le Pigeon Voyageur

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez également partager avec moi vos impressions, émotions et pourquoi pas interrogations après lecture de cet article et découverte de ces photos (toutes prises par mes soins). Alors à vos plumes !

4 Commentaires
  • Avatar

    Anaïs le Blog | Mar 1, 2015 at 14 h 24 min

    Un endroit sublime à voir une fois dans sa vie ! Ça me rappelle d'excellents souvenirs d'enfance, merci ! Et très belles photos 🙂

    • Le Pigeon Voyageur

      Le Pigeon Voyageur | Mar 1, 2015 at 14 h 32 min

      Merci Anaïs ! Grenade vaut VRAIMENT le détour , impossible de lui résister 🙂

  • Avatar

    Célinie | Mar 7, 2015 at 11 h 38 min

    Réponse: Sir Yes Sir JPV envie de croquer à pleines dents 🙂

Faire un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.