NEWSLETTER

Suivez le JPV sur

© JPV 2016 | Tous droits réservés.

Réalisé par Centrech

Journal d'un Pigeon Voyageur | PAROLES D’AMOUREUX DU VOYAGE : DOREEN MASHIKA, CREATRICE DE LA MARQUE DOREEN MASHIKA ZANZIBAR
Un passeport virtuel pour découvrir le Monde hors des sentiers battus.
JPV, Voyages, Destinations, journal d'un pigeon voyageur, pigeon voyageur, le pigeon voyageur, Voyages en Afrique, Voyages en Europe, Voyages en Asie, Voyages en Amérique, gastronomie, îles, Art, Culture, Hôtels d'exception, Hôtes atypiques.
73
post-template-default,single,single-post,postid-73,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,qode-theme-ver-3.10,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
 

Blog

PAROLES D’AMOUREUX DU VOYAGE : DOREEN MASHIKA, CREATRICE DE LA MARQUE DOREEN MASHIKA ZANZIBAR

  |   PAROLES D'AMOUREUX DU VOYAGE, TANZANIE, TOUS   |   No comment
Doreen Mashika à Zanzibar

 

 
Parce que les possibilités d’envisager les voyages sont infinies,
 
Parce qu’être un(e) « traveladdict » est une dépendance,  non  répréhensible pénalement, qui, au contraire, nous enrichit,
 
Parce que de la découverte d’une même destination, chaque voyageur ressent  et garde en mémoire des émotions ainsi que des souvenirs qui lui sont propres, lesquels sont marqués par son expérience et son histoire personnelles,
 
Parce que plusieurs avis valent toujours mieux qu’un seul,
 
Parce que tout simplement l’essence du JPV demeure, depuis l’origine, le partage,
 
Donner la parole, sur le blog, à des amoureux du voyage, m’est dès lors apparu comme une évidence.
 
 
De la Tanzanie on ne retient bien souvent que les safaris, les superbes hôtels et les plages de Zanzibar, l’une de ses îles paradisiaques.
 
Pourtant, et comme je vous le rappelais déjà ici, la culture et l’artisanat de ce pays d’Afrique de l’Est devraient, non seulement, figurer parmi ses attraits touristiques mais faire l’objet également d’une meilleure promotion.   
 
  Heureusement, cette prise de conscience de la valeur de l’héritage culturel de sa Tanzanie natale, plus spécifiquement, et celui du continent africain, de façon générale, a été et continue d’être le fait de Doreen Mashika.  
 
Une designer dont la renommée dépasse largement, aujourd’hui,  les frontières de son pays au vu des nombreux prix qu’elle a reçu ses dernières années.
 
Notamment, et pour en citer quelques uns, : Accessory Designer de l’année 2012 à la Mercedes Benz Fashion Week en Afrique du Sud, même distinction, un an plus tard, à la Swahili Fashion Week 2013 et last but not least lauréate, en 2014, de la African Designer For Tomorrow (FA 254).  Dernière distinction grâce à laquelle une collaboration avec Ebay est actuellement en cours et qui, par ailleurs, lui permettra de participer très prochainement au réputé Salon Vogue.    
 
C’est en 2006, alors qu’elle résidait alors en Suisse où elle travaillait dans l’industrie de la mode et du luxe, que Doreen Mashika a fait le pari fou (mue par une volonté intense de promouvoir la richesse de l’artisanat tanzanien) de lancer sa marque éponyme, qui s’est, dans un premier temps, focalisée sur les accessoires féminins (sacs, colliers, bracelets, sandales)
 
L’histoire aurait pu s’arrêter là mais c’était sans compter les ambitions et les rêves de sa créatrice.
 
Ainsi, deux ans plus tard, convaincue que sa place n’était nulle pas ailleurs que sur sa terre natale, elle a fait le grand saut en quittant la confédération helvétique, avec homme et enfants, pour s’installer définitivement à Zanzibar.
 
 La bas, elle était persuadée d’avoir toute la latitude nécessaire pour créer des pièces uniques et donner à sa marque la dimension qu’elle souhaitait. Et j’ajouterai même plus : celle qui lui sied.
 
Pari réussi !
Avec elle, le khanga (tissu typique d’Afrique de l’est dont j’ai notamment eu l’occasion de vous parler ici), le wax ainsi que la shuka (tissu massai), associés notamment à des perles ou autres matériaux, retrouvent, en effet, leurs lettres de noblesse grâce à des créations qui illustrent un savoir faire ancestral local ( utilisé par les femmes de l’île avec qui Doreen Mashika travaille pour créer des pièces « handmade » ) et répondent également aux exigences qualitatives occidentales prévalant en la matière.
 
Des pièces qui fleurent donc bon le métissage, à l’image du brassage culturel dont est issu Zanzibar, tout en incarnant une mode contemporaine notamment au vu des coupes et modèles choisis.
 
Une ligne bien pensée.
 
A l’origine spécialisée dans les accessoires, la marque Doreen Mashika se décline désormais, sans toutefois trahir sa ligne directrice originelle, en vêtements pouvant être portés par toutes les femmes ( peu important leurs origines) vivant aux 4 coins de la planète.
 
La boutique-showroom éponyme, située au 268 de la trépidante Hurumzi street,au coeur de la vieille ville de Stonetown, témoigne d’ailleurs de cette constante volonté d’allier héritage africain et modernité européenne.
 
Contraintes temporelles oblige, je n’ai malheureusement pas été en mesure de l’explorer lors de mon séjour, à l’été 2012, dans la capitale zanzibarite.
 
Pourtant cet antre ne se situait qu’à quelques mètres de l’hôtel ou j’avais pris mes quartiers…..
 
Mais à quelque chose malheur est bon, car j’ai depuis lors eu largement le temps de me rattraper 🙂
 
Notamment en commandant mes premiers accessoires estampillés Doreen Mashika, en m’entretenant assez régulièrement sur la Toile, ces 3 dernières années, avec la créatrice Doreen Mashika et enfin en la rencontrant , à deux reprises, lors de ses voyages à Paris.
 
Agréables rendez-vous durant lesquels nos discussions, sans chichis et à bâtons rompus, m’ont donnée l’occasion de découvrir une femme passionnée par la culture de son pays, dont l’identité imprègne sa marque, mais aussi une femme qui se nourrit et puise de l’inspiration au cours des nombreux déplacements, à titre professionnel mais aussi à des fins privées, à travers le monde (Afrique, Europe, Asie mais aussi Océanie) qu’elle effectue.
 
Impossible donc, pour moi, de ne pas l’interviewer dans le cadre de « Paroles d’Amoureux du Voyage » !
 
 
(pour ne pas dénaturer ses propos j’ai fait le choix de conserver ses réponses dans la langue de Shakespeare)
 
…………………….
 
 

Que t’ évoque la notion de voyage ?
 

 

For me, travel is to see and know more about how different cultures live, eat and interact. Besides, and as far as I’m concerned, it allows me to change the atmosphere I live in time after time.

 

Que recherches tu lorsque tu parcours un blog de voyage?
 
 
I look for much more « true » and accurate informations but also undiscovered findings that can’t be found in the classical and glossy travel magazines.
 
Indeed, my aim when I travel is not only to feel each day like a tourist. I want something different that can help in learning more about the local community and it’s daily life and leisure.
 
 
  Comment définis tu le Journal d’un Pigeon Voyageur en deux ou trois adjectifs ?  
 
Exciting and Accurate.
 
I have seen how you covered my country and it was well said.
 
You did it as if you knew the country well and it seems you do!
 
 
Le JPV t a t il donné envie de découvrir une destination déjà évoquée sur le blog ? Si oui, laquelle et pourquoi ?  
 
 
Definitely Malawi because it’s so opposite of Zanzibar.
 
Besides your pictures are very attractive and from my little understanding of French it seems to be a place to visit based on your description.
 
So i am now planning …..  
 
 
Pourquoi avoir choisi cette photo pour illustrer l’interview ?

 

 
I’ve chosen this picture because it was taken in Michamvi, Zanzibar, one of the unspoilt destinations that still exist and that i am also lucky to call home.
 
Michamvi is not only one of the hot spots where Vogue or Luis Vuitton shoot at.It’s also, indeed, one of the cool places where you should definitely hang out during your stay on the island .
 
I suggest a stop at the Upendo Villas where you have nothing but the ocean in front of you and then, on the opposite side, a meal at the famous Rock Restaurant, a place that I really love !  
 
 
Raconte moi ton plus beau souvenir de voyage
 
You are not going to believe it but it was in Paris.
 
During a trip there, I bought a beautiful pen at Colette which had a lollilop, that looked so real, on the top.
 
I thought that would be a perfect gift, from Paris, for my children.
 
And I was right beacause they loved it and started to enjoy the lollipop only to realise it was plastic.
 
I laughed but they cried.
 
Thank god, I had some great french cheese too so they and daddy were still happy.
 
In the end, happy family 🙂

 
 
Quelle est ta travel list idéale et pourquoi ce choix de destinations ?
 
 

Brazil because I would like to experience Africa in Latin America.

 
Iceland because it is so much of the opposite from Zanzibar
 
Australia because the last time I went there I felt as if I was in Africa, back in Zanzibar, because of the people’s kindness and warmth.  
 
 
Merci Doreen Mashika d’avoir accepté, malgré ton planning chargé de ces dernières semaines et notamment ton imminente participation au Moonlook PopUp store 2 ( qui ouvrira ses portes dans 3 jours à Paris), de répondre à cette interview.
 
Chers lecteurs, ne manquez pas à présent d’aller découvrir l’univers de Doreen Mashika, cette jolie marque qui,  j’en suis certaine, vous séduira, sur son site web,  sur les différents réseaux sociaux (Facebook et Instagram notamment) où elle est présente mais également, à partir du 15 mai 2015, dans la boutique parisienne éphémère Moonlook où certaines de ses pièces seront disponibles.
 
Et pour ceux qui n’ont pas encore lu l’article du JPV, consacré au Malawi, auquel fait référence Doreen Mashika dans cette interview, vous savez ce qu’il vous reste à faire 🙂
 

A très vite pour découvrir un (e) autre amoureux du voyage! 

Le Pigeon Voyageur

AUTEUR - Le Pigeon Voyageur

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez également partager avec moi vos impressions, émotions et pourquoi pas interrogations après lecture de cet article et découverte de ces photos (toutes prises par mes soins). Alors à vos plumes !

Aucun commentaire

Faire un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.