NEWSLETTER

Suivez le JPV sur

© JPV 2016 | Tous droits réservés.

Réalisé par Centrech

Journal d'un Pigeon Voyageur | BERLIN, A LA DECOUVERTE D’ UNE RICHE CAPITALE CULTURELLE
Un passeport virtuel pour découvrir le Monde hors des sentiers battus.
JPV, Voyages, Destinations, journal d'un pigeon voyageur, pigeon voyageur, le pigeon voyageur, Voyages en Afrique, Voyages en Europe, Voyages en Asie, Voyages en Amérique, gastronomie, îles, Art, Culture, Hôtels d'exception, Hôtes atypiques.
45
post-template-default,single,single-post,postid-45,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,qode-theme-ver-3.10,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
 

Blog

BERLIN, A LA DECOUVERTE D’ UNE RICHE CAPITALE CULTURELLE

  |   ALLEMAGNE, ARCHITECTURE, ART & CULTURE, EDIFICES RELIGIEUX, EUROPE, HOTELS D' EXCEPTION, MOMENTS D EVASION, MUSEE, NATURE, TOUS, VOS ENVIES   |   2 Comments
 
Berlin de nuit : cathédrale et tour de la Télévision notamment
 
  
Si j’ai, durant des années,  rêvé d’explorer la capitale allemande, il aura fallu attendre l’été 2013 pour que ce désir se concrétise.
 
 
Cette jolie mais ô combien caniculaire (températures du mois de juillet oblige) escapade m’a inspirée 3 articles que j’ai, bien patiemment, attendu de pouvoir partager avec vous.
 
 
Mon amour pour l’Histoire, lequel a, en partie, motivé ce voyage,  m’a tout naturellement poussée à vous présenter Berlin, dans mes deux précédents  articles , sous un prisme historique.
 
 
   Ainsi, le 9 novembre 2014, pour le 25 eme anniversaire de la Chute du Mur, vous avez pu appréhender la période de la Guerre Froide à travers le récit de ma découverte des lieux berlinois qui la symbolisent.
 
 
Porte de Brandebourg, East Side Gallery, CheckPoint Charlie et son musée, Mémorial du Mur de Berlin et Postdamer Platz n’ont donc, à priori, plus de secret pour vous :).
 
 
    Puis, fin janvier 2015, alors que le monde entier commémorait les 70 ans de la libération du camp d’extermination polonais d’Auchwitz par l’Armée Rouge, j’ai réalisé que le temps était enfin venu pour moi d’évoquer les monuments témoins de l’époque nazie.
 
Mais également ceux dédiés à la mémoire des millions de victimes, essentiellement juives (mais pas uniquement), ayant subi le joug de cette dictature.
 
Le Reichstag, les mémoriaux consacrés aux Tziganes, résistants allemands, homosexuels et Juifs, l’ancienne grande synagogue, la Bebelplatz, le Musée Juif mais aussi la Colonne de la Victoire ainsi que l’ancien emplacement du Bunker d’Hitler sont autant de lieux qui doivent nous permettre de ne pas oublier  l’horreur de ce que fut le 3 ème Reich !
 
 
Car le devoir de mémoire est, à mon sens et quelques soient les lieux où se jouent des tragédies humaines, un impératif majeur !
 
 
Comme en témoigne d’ailleurs cette injonction, « Vergiss es nie » (Ne pas oublier) inscrite à l’entrée de la Grande Synagogue de Berlin.
 
   Toujours est t il que la capitale allemande, ville la plus visitée du pays, ne saurait être uniquement circonscrite à ce statut de ville musée !
 
Ainsi, interrogez les nombreux jeunes, qui chaque année s’y rendent en week-end,  quant aux raisons qui les motivent à la visiter et je mets ma main à couper que vous serez surpris par leurs réponses.
 
 
Car celles ci ne s’inscrivent, pour la plupart du temps jamais, dans une démarche historique 🙂
 
 
   En effet Berlin a une renommée européenne, voire mondiale, de cité où la vie nocturne bat son plein .
 
 
Qui n’a jamais entendu parler de ses mythiques et longues nuits notamment dans le quartier du Mitte ?
 
 
Avec ses bars, restaurants et boites de nuits branchés ( temples qui ont vu naître, à la fin des années 1980, les musiques techno et électro) mais aussi dans d’autres lieux de culture underground de la capitale.
 
 
    Mais rassurez vous nul besoin d’être, uniquement, un passionné d’Histoire ou un fêtard invétéré pour apprécier la capitale allemande car cette dernière se révèle également être un véritable paradis pour tous les amoureux de Culture ! 
 
Il y a en effet de quoi faire à ce titre : musées, théâtres,  opéras (dont son célèbre orchestre philharmonique) ainsi que manifestations  (dont la réputation n’est plus à faire) telle que la Berlinale,  festival de cinéma qui s’y tient chaque année au mois de février.
 
Sans oublier, bien évidemment, une mention spéciale pour sa scène artistique, laquelle a de tout temps été avant gardiste.
 
    Ainsi, outre les nombreuses galeries d’art qui y pullulent, souvenez vous que c’est a Berlin qu’est né, dans les années 20,  le style architectural Bauhaus( dont la ville  blanche de Tel A Viv est une parfaite illustration comme je vous l’indiquais déjà  ici  et  )Là aussi où plusieurs courants picturaux, à l’instar de l’expressionnisme, ont vu le jour.
 
 
Mais Berlin est également synonyme de cité où de nombreux artistes continuent encore de prendre leurs quartiers.
 
 
Il n’est donc pas étonnant qu’elle ait contribué à la gloire de plusieurs d’entre eux, dont le danois (d’origine islandaise) Oliafur Eliasson (l’architecte à l’origine de la construction du Grotto de la fondation parisienne Louis Vuitton  comme je vous le disais ici il y’a quelques mois).
 
 
Impossible, par ailleurs, de ne pas évoquer l’emblématique Tacheles.
 
 
Immense bâtiment berlinois, squatté pendant vingt deux ans par des artistes, adoré des touristes, mais malheureusement fermé, à titre définitif, depuis l’automne 2012.
 
 
Un lieu que je regrette de ne pas avoir eu la chance de visiter..
 
 
Enfin et en guide de dernière recommandation, je vous conseille, après vous être suffisamment abreuvés et rassasiés de culture,  de songer à profiter de l’art de vivre berlinois : café, terrasses, restaurants et farniente au bord de la Spree (le fleuve qui traverse la ville) notamment.
 
 
 
   C’est donc de ce Berlin, beaucoup plus joyeux que celui évoqué dans mes deux précédents articles, dont il sera ici question.
 
 
Une jolie façon, à mon sens, de terminer cette trilogie consacrée à la capitale allemande.
 
 
(Étant entendu qu’il manque à mon inventaire beaucoup de lieux que j’espère pouvoir visiter très bientôt )
 
 
 
PAUSE GASTRONOMIQUE A BERLIN
 
 
salon de thé de l’hôtel Adlon

 

   
 
Une fois n’est pas coutume je débute cet article en évoquant la gastronomie berlinoise (et celle que vous pourrez y déguster).
 
 
Celle ci ne se résumant ni à la bière, et à sa sacro sainte OktoberFest, ni aux currywurst, ces snacks à base de saucisses 🙂
 
 
Ainsi, j’ai pu vivre, dans la capitale allemande, quelques grands et mémorables moments d’émotion culinaires.
 
 
En premier lieu en allant dîner dans le plus vieil (ouvert en 1621) établissement de la ville, Zur Letzten Instanz,  où s’est notamment restauré Napoléon.
 
 
Avant même de m’y attabler, j’ai été séduite par le cadre des lieux :  une charmante demeure,  tout en bois, (pour ce qui est de l’intérieur) avec une agréable terrasse pour y dîner durant les chaudes soirées d’été.
 
 
La cuisine de terroir qui y est servie reste simple, généreuse mais surtout goûteuse !
 
Et c’est bien là l’essentiel 🙂
 
 
Mes papilles se souviennent encore avec bonheur des  boulettes  de viande et du jarret de porc braisé que j’ai pu y déguster !
 
 
 
 
 
Parce que la diaspora originaire de ce pays y est relativement importante, profitez de votre escapade berlinoise pour vous régaler de cuisine turque.
 
 
La sachant savoureuse pour l’avoir goûtée lors d’un week-end éclair, au printemps 2013,  à Istanbul (escapade qu’il faudrait d’ailleurs que je vous raconte bientôt), il était inconcevable que je ne dîne  pas dans un restaurant de la patrie d’Ataturk (père de la Turquie moderne) lorsque j’étais à Berlin.
 
 
A ce titre, je souhaitais donc me rendre chez Defne, reconnu comme étant THE établissement pour se régaler de cette cuisine à Berlin.
 
 
Mais ce restaurant étant fermé, j’ai donc du, à regrets et à  la dernière minute, opté pour un autre lieu.
 
 
   Encore aujourd’hui, je salive en repensant aux délicieuses brochettes et mezzes que j’ai pu déguster dans la cour de ce restaurant, recommandé par la concierge de l’hôtel où je séjournais, dont je ne me souviens malheureusement plus du nom.
 
 
Et pour couronner le tout, je m’y suis rendue sans mon éternel appareil photo, oublié dans la précipitation du départ, dans la chambre d’hôtel.
 
A croire que l’appel du ventre a un impact beaucoup plus important sur moi que ce que je ne veux bien l’admettre 🙂 
 
 
  Enfin, je vous recommande, pour une exquise pause goûter, de faire une halte, en milieu d’après midi, au bel hôtel Adlon, situé à quelques pas de la célèbre Porte de Brandebourg.
 
 
Un établissement historique, où l’actrice Marlène Dietrich avait ses habitudes,  lequel est notamment réputé notamment pour son 4 heures et ses apéros.
 
Un endroit charmant qui devrait vous plaire !
 
 
 
ARPENTER L’AVENUE UNTER DEN LINDEN
 
 
bâtiment de l’université le long de l’avenue

 

   
Signifiant littéralement « Sous les Tilleuls », c’est la plus connue des avenues allemandes et  l’équivalent des Champs Elysées parisien.
 
(Etant cependant en travaux lors de mon passage, je n’ai donc pas été en mesure de l’admirer dans toute sa splendeur)
 
 
 
   Unter den Linden s’étire de la Porte de Brandebourg jusqu’à la tour de la TV, située près de l’Alexanderplatz, et est bordée, de part et d’autre, de restaurants, bars et hôtel branchés (tel que l’ Adlon) mais aussi du siège de la DZ Bank (lequel a été conçu par l’architecte Gehry dont je vous ai déjà parle ici.)
 
 
En parcourant l’avenue, vous pourrez également découvrir les bâtiments de l’université Humbolt ainsi  que la Bebelplatz où se déroulaient les autodafés sous le régime nazi.
 
quelques monuments emblématiques situés sur Unter den Linden
 
 
 
 
 DÉCOUVRIR LA CATHÉDRALE  DE BERLIN
 
 
la cathédrale à l’arrière plan

 

   C’est un superbe édifice qui a conservé sa vocation de lieu de culte  tout en y adjoignant, notamment, un musée et une salle de concert.
 
 
Malheureusement je n’ai pas pu l’explorer car j’y suis parvenue en fin d’après-midi alors qu’une horde de touristes faisait déjà la queue pour y pénétrer.
 
 
Épuisée par mes nombreuses visites de la journée, sous une canicule ne disant pas son nom, j’ai tout bonnement renoncé à l’explorer et me suis contentée de prendre quelques photos depuis l’extérieur.
 
 
Un mal pour un bien puisque cela me donne une raison supplémentaire d’y retourner et vous livrer ma version n°2  de  Berlin, ville de culture 🙂
 
 
vue sur la cathédrale depuis l’île aux musées
 
de nuit
 
S’ÉTONNER DEVANT LA HUMBOLDT BOX
 
A quelques mètres de la cathédrale, cet édifice,métallique, occupait (en 2013) le lieu ou devait débuter, en 2014,  la construction du palais royal de Berlin.
 
Ce dernier devant abriter plusieurs musées dont celui consacré aux arts asiatiques.
 
 
De ce que j’ai ouïe dire, depuis mon passage à Berlin, il est possible de découvrir à l’intérieur de la Humboldt Box plusieurs expositions et de jouir, par ailleurs, d’une vue magnifique sur les environs. Alors pourquoi s’en priver ?
 
 
 
REMONTER LE TEMPS SUR L’ÎLE AUX MUSÉES
 
 
Neues Museum, salle abritant le buste de Nefertiti

 

 
   Comme je vous le disais dans l’introduction de ce billet, Berlin compte de nombreux musées ( pas loin de deux cents) !. Impossible donc de pouvoir tous les visiter en l’espace d’un seul week-end .
 
 
 
  Puisqu’il fallait faire un choix j’ai opté pour ceux situés sur l’Île aux Musées (en concentrant 5), incontournable halte pour tout touriste visitant Berlin, laquelle a d’ailleurs été classée au Patrimoine de l’Unesco.
 
 
A la dernière minute, j’ai décidé de revoir mes prétentions à la baisse pour concentrer mes efforts sur seulement 2, les plus connus, de ses musées.
 
Une expérience que je ne suis pas prête d’oublier 🙂
 
 
LE NEUES MUSEUM
 
(nouveau musée)
berliner goldhut

 

   
 
Le lendemain de mon arrivée à Berlin, je me suis levée de bonne heure, tant pour éviter la chaleur estivale que les hordes de touristes, pour découvrir ce musée abritant une collection égyptienne ainsi qu’une autre consacrée à la préhistoire.
.
 
A vraie dire ce qui m’ intéressait  avant tout c’était de pouvoir admirer le buste de la reine égyptienne Nefertiti, épouse du roi Akhénaton, qui y est exposée.
 
 
   C’est dans une mise en scène presque théâtrale : salle à l’étage aménagée uniquement pour cette oeuvre d’art, lumière plus ou moins tamisée, gardiens postés à tous les recoins de la pièce et impossibilité de prendre le buste en photo (même sans flash), que j’ai enfin pu l’admirer.
 
Que dire si ce n’est que j’ai été, comme tant d’autres avant moi, subjuguée par ce magnifique buste !
 
 
Notez cependant que beaucoup d’historiens pensent qu’il s’agit là d’un portrait idéalisé de Néfertiti, qui n’aurait, dit on, jamais été aussi belle.
 
 
Qu’importe au final 🙂 On ne peut que tomber en pâmoison devant cette pièce.
 
 
A défaut d’avoir pu la photographier, je partage avec vous l’affiche, accrochée à l’étage où se trouve la salle de toutes les convoitises, sur laquelle figure une représentation de la Reine.
 
 
Mais l’intérêt du Neues Museum ne saurait se réduire à Néfertiti, alors profitez de votre présence pour découvrir les autres très belles œuvres dont il regorge.
 
 
Pour ma part, j’ai eu un coup de cœur pour d’autres pièces égyptiennes, dont notamment des sarcophages ainsi qu’un plafond voûté (représentant la déesse Maat, symbolisant la Justice) intégré à celui de l’édifice mais également pour d’autres trésors : à l’instar du Berliner Goldhut,  et de la Tête verte de Berlin, figurant un prêtre chauve.
 
l’île aux musées
vue sur la cathédrale depuis le Neues Museum
plafond voûté
 
la tête verte de Berlin
 
nefertiti
 
PERGAMUM MUSEUM
 
 

 

   Après le Nouveau Musée, j’ai poursuivi mon exploration dans le temps en m’arrêtant au Musée de Pergame consacré à l’Antiquité.
 
 
Y sont à l’honneur de magnifiques œuvres provenant notamment de Grèce, Rome ainsi que de la ville de Babylone.
 

       

   Le monumental autel, en marbre, de Pergame (ancienne cité grecque  aujourd’hui située en Turquie),  avec ses escaliers, sa cour à colonnes, et sa frise occupant les murs de la première salle du musée, m’a tout bonnement époustouflée.

 

 
  J’ai, de même, été impressionnée par les grandioses portes du marché de Millet (ville alors grecque et depuis devenue turque)
 
 
 
 
ainsi que celle, somptueuse, d’Ishtar (construite par le roi Nabuchodonosor lequel a même donné son nom a une bouteille de champagne de 15 litres comme je vous le disais dans le deuxième article sur Reims) .   
 
 
Comment ne pas, en effet, être subjuguée par les mosaïques, aux teintes bleues, qui ornent cette dernière porte ainsi que les gigantesques représentations de lions qui l’ornent ? Impossible en ce qui me concerne !
 
 

   
Mais ce musée m’a réservée d’autres bonnes surprises: à l’instar des lions ailés ou encore des trésors de l’art islamique constitués, notamment, par la façade du Palais de Mshatta (cité se trouvant dans l’actuelle Jordanie) ou la chambre d’Alep.
 
 
chambre d’Alep
 
palais mshatta
 
 
autres trésors islamiques du musée
 
 
 
 
 
SE RELAXER SUR LES RIVES AMÉNAGÉES DE LA SPREE
 
 
 
Spree, le nom du fleuve qui traverse la ville de Berlin.
 
 
Si j’ai, un temps, envisagé de faire une croisière (grâce à laquelle j’aurais découvert d’autres aspects de la capitale dont ses fameux bars de plage)  mon timing serré m’a finalement contrainte à privilégier d’autres activités et visites culturelles plus importantes à mon sens.
 
 
La promenade en bateau ce sera donc pour une prochaine fois 🙂
 
 
   A défaut, j’ai tout de même réussi à déjeuner au bord de la Spree en m’attablant dans un restaurant (dont je ne me souviens malheureusement plus du nom), en partie en plein air, situé à la fin de l’East Side Gallery, près du pont Oberbaumbrucke.
 
 
L’attrait majeur de l’établissement étant la jolie vue qu’il offre sur le fleuve. la terrasse du restaurant et le pont en arrière plan
 
 
 
 
 
MONTER AU SOMMET DE TOUR DE LA TV SUR L’ALEXANDERPLATZ
 
 

 

Autre emblème de Berlin, cette tour, la plus haute de la ville, est visible où que vous soyez.
 
 
Une curiosité que je ne pouvais donc pas manquer.
 
 
De plus, elle offre la possibilité de pouvoir découvrir un panorama exceptionnel sur la capitale allemande en accédant à son sommet.
 
 
Selon l’affluence du moment et votre possession ou non d’un ticket VIP y monter vous prendra plus ou moins de temps.
 
 
Une fois au sommet, tout Berlin s’offrira à votre regard et vous pourrez profiter des panneaux explicatifs pour repérer tous les monuments essentiels de la ville.
 
 
Pour vos remettre de ces émotions, sirotez une boisson au bar restaurant, également installé au sommet.
 
Ca décoiffe 🙂
 
 
Bien évidemment, il va de soi que ce déplacement (en hauteur) ne vaut le détour que si le beau temps est au rendez vous 🙂
 
vue sur la tour depuis les rues berlinoises
 
 
 
 
 
vue sur Berlin depuis le sommet de la Tour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
de nuit
 
 
 
 
SUCCOMBER AUX CHARMES DE LA GENDARMENMARKT
 
 

 

 
   Comme vous l’avez sans doute déjà remarqué, j’aime bien planifier mes escapades à l’avance.
 
 
J’ai donc toujours deux listes : une consacrée aux sites incontournables ou non que je désire visiter et une autre où je note les lieux de détente et ou de restauration qui me font envie. 
 
 
 Une fois sur place, j’ajuste ce programme en fonction des recommandations des locaux ainsi que de mes découvertes faites au fil de mes promenades.
 
 
Me retrouver sur la Gendarmenmarkt ne faisait pas partie de mes priorités.
 
 
Pourtant mes pas m’y ont, heureusement, menée au détour de mes flâneries dans Berlin.
 
 
Une place, que j’ai trouvé très charmante, où plusieurs cafés, églises française et allemande et salle de concert ont élus domicile.
 
Comme quoi cela a du bon de ne pas toujours tout prévoir 🙂
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
DÉCOUVRIR LE FUTURISTE SONY CENTER SUR LA POSTDAMER PLATZ
 
 
toit du sony center

 

 
  Souvenez vous, je vous avais déjà parlé de cette place dans le cadre de ma rétrospective consacrée à Berlin & la Guerre Froide puisque des pans du mur de Berlin y subsistent encore.
 
Voici quelques photos pour vous permettre de la resituer visuellement.
 
 
 
 
 
  Si je vous en reparle aujourd’hui, c’est pour évoquer son architecture moderne.
 
 
Ses tubes roses, sa gare, ses bâtiments futuristes
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 Mais surtout son très surprenant Sony Center, au très beau toit de verre, abritant à la fois salle de cinémas, restaurants, boutiques, le tout dans un décor très contemporain.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Un lieu surprenant que j’ai néanmoins pris beaucoup de plaisir à découvrir.
 
 
C’est donc sur cette note très moderne que s’achèvent le récit de mes escapades berlinoises  que vous pourrez retrouver en un clic ici !
 
 
 
Le Pigeon Voyageur

AUTEUR - Le Pigeon Voyageur

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez également partager avec moi vos impressions, émotions et pourquoi pas interrogations après lecture de cet article et découverte de ces photos (toutes prises par mes soins). Alors à vos plumes !

2 Commentaires
  • Avatar

    Freyja | Sep 11, 2015 at 19 h 55 min

    Je ne compte plus les fois où je suis allée en Allemagne, un pays assez proche culturellement de la Pologne (oui jesuis polonaise), je m'entends bien avec les allemands et le pays est vraiment magnifique! J'adore Berlin, j'en raffolle, je n'ai qu'une hâte c'est d'y retourner! Je pars en octobre à Cologne 😉
    bisous!

    • Le Pigeon Voyageur

      Le Pigeon Voyageur | Sep 11, 2015 at 19 h 59 min

      Berlin est en effet une ville qui offre de superbes découvertes culturelles ! Je ne connais pas encore Cologne mais elle figure sur ma travel list notamment à cause de sa cathédrale…. Profitez en bien !

Faire un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.