NEWSLETTER

Suivez le JPV sur

© JPV 2016 | Tous droits réservés.

Réalisé par Centrech

Journal d'un Pigeon Voyageur | UKIYO-E, L’EXCEPTIONNELLE RÉTROSPECTIVE BRUXELLOISE CONSACRÉE AUX ESTAMPES JAPONAISES
Un passeport virtuel pour découvrir le Monde hors des sentiers battus.
JPV, Voyages, Destinations, journal d'un pigeon voyageur, pigeon voyageur, le pigeon voyageur, Voyages en Afrique, Voyages en Europe, Voyages en Asie, Voyages en Amérique, gastronomie, îles, Art, Culture, Hôtels d'exception, Hôtes atypiques.
18422
post-template-default,single,single-post,postid-18422,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,qode-theme-ver-3.10,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
 

Blog

UKIYO-E, L’EXCEPTIONNELLE RÉTROSPECTIVE BRUXELLOISE CONSACRÉE AUX ESTAMPES JAPONAISES

  |   ART & CULTURE, ASIE, BELGIQUE, Bruxelles, EUROPE, JAPON, MUSEE, SHORT BUT SWEET ESCAPADES, TOUS, VOS ENVIES   |   No comment

  

fullsizerender

L’acteur Ichikawa Morinosuke dans le rôle de Hayano Kanpei, Ashihiro

 

  

Déroutant et Fascinant.

 

L’œil étranger que je suis n’aurait pas pu résumer autrement mon voyage au Pays du Soleil Levant.

 

Antinomiques au premier abord, ces 2 adjectifs témoignent pourtant de l’évolution de ma perception de la civilisation Japonaise alors que j’explorais, au printemps 2013, les, si dissemblables, capitales de cet archipel asiatique.

 

 Kyoto, celle d’hier, gardienne des traditions et de la spiritualité.  Tokyo, celle d’ aujourd’hui,  frénétique et contemporaine mégalopole.

 

Car passées les déconcertantes premières heures, où tout, de la Culture à la Gastronomie en passant par la Mode, les Us et Coutumes ou encore le mode de vie, me paraissait complètement aux antipodes de ce à quoi j’avais, jusque là, été confrontée, j’ai, peu à peu, senti grandir en moi une fascination, aux contours pluriels, pour ce pays à l’âme si particulière.

 

Et, sans même m’en rendre compte, j’ai été séduite.

 

Par la splendeur du Pavillon d’Or, par l’élégance des techniques de combats des lutteurs de Sumo, par le charme des geishas et maikos se faufilant à travers les ruelles des pittoresques quartiers, Gion et Pontocho, de Kyoto … et, surtout, par la magnificence de l’ Art qui, depuis des siècles, y est produit .

 

A ce titre, mon coup de cœur initial, remontant aux années Lycée, pour les estampes japonaises s’est confirmé alors que je découvrais, ébahie, celles exposées  aux musées, tokyoïtes, National puis d’ Ota.

 

Mais hormis leur incontestable beauté, l’autre attrait de ces gravures sur bois d’origine populaire, également appelées Ukiyo-e (signifiant littéralement Images du Monde Flottant ) se cache ailleurs : dans leur capacité à nous plonger, pour mieux en saisir l’essence, dans un Japon traditionnel désormais disparu.

 

Celui, notamment, de la prospère (aussi bien économiquement que culturellement) Ère  Edo (de 1603 à 1868) où la capitale éponyme ( aujourd’hui appelée Tokyo) se distinguait par les nombreux plaisirs éphémères dont jouissait sa bourgeoisie .

 

Alors à défaut de pouvoir se rendre au Japon pour vivre cette magnifique échappée temporelle, il convient de ne pas manquer les rares occasions (car la fragilité et l’extrême sensibilité à la lumière des Ukiyo-e  restreignent, de fait, la mise en place d’événements culturels  qui leur sont dédiées en dehors du Japon) permettant de les admirer lors d’expositions organisées à l’étranger.

 

C’est pourquoi je vous avais chaudement recommandé, il y a deux ans, de vous rendre, toutes affaires cessantes, à la rétrospective du Grand Palais parisien consacrée à Hokusai, universellement considéré comme le Maître des estampes japonaises.

 

Qui, en effet, ne connait pas les œuvres issues de sa célèbre série intitulée « 36 vues du Mont Fuji » et plus particulièrement sa menaçante Vague ?

 

fullsizerender-58-1

La Vague, 36 vue du mont Fuji, Hokusai

 

Pour autant, lesdites représentations artistiques ne sauraient, ni être circonscrites au seul nom d’Hokusai , ni être réduites aux uniques dessins de paysages.

 

Ce serait  occulter la diversité des thématiques qu’ elles illustrent  ainsi qu’ oublier, par ailleurs, tous les autres grands artistes qui ont excellé dans cet Art.

 

Une incommensurable richesse que le Musée bruxellois du Cinquantenaire (faisant partie des Musées Royaux d’Art et d’Histoire de Belgique) a choisi de dévoiler, depuis le 21 octobre dernier et ce jusqu’au 12 février 2017, à travers une exposition d’envergure sobrement intitulée :  Ukiyo-e.

 

 

fullsizerender-16-1

 fullsizerender-18-1

La classe des marchands, Toyokuni 

 

fullsizerender-51-1

Les amants Osome et Hisamatsu, Eisui

 

Tryptique le 5 eme mois, Toyokuni

 

Exceptionnelle, cette rétrospective l’est, assurément.

 

A plus d’un titre.

 

Tout d’abord parce qu’elle retrace l’Histoire  et  l’ évolution de ces images du monde flottant depuis le début du 18 eme siècle jusqu’au début du 20 eme siècle, livrant ainsi un précieux témoignage sur ces différents époques (Edo et Meiji) et courants artistiques (Shi Hanga notamment) outre  sur l’ouverture au Monde du Japon.

 

Aux détours des salles, vous assisterez ainsi au passage du dessin en noir et blanc à celui en couleurs

 

Les 4 endormis d’une maison close, Masanobu

 

Le sanctuaire de Hie sous la neige, Kawase Hasui. Différentes phases d’impressions d’une estampe : du début en noir et blanc à la fin en couleurs

 

 

et constaterez également  l’influence exercée par l’époque (Edo ou Meiji) sur le choix des sujets dessinés ainsi que les techniques employées par les artistes .

 

Quelques estampes de l’ère Meiji 

  

Retour au village de cueilleuse de thé, Shotei

 

Jeune femme et deux silhouettes dans le brouillard du soir, Eisen

 

Le daimyo kato kiyomasa, Yoshitoshi

 

Parfum d’une source d’eau chaude, Shinsui

 

  

Jeune femme en longue tunique de dessous, Shinsui

 

L’attaque nocturne, Kuniyoshi 

 

 

 Jeune femme admirant la pleine lune, Eisen

 

 

Ensuite parce que cette exposition rassemble un nombre conséquent de gravures, 416 pour être tout à fait exacte, lesquelles seront présentées en 2 séries (changement prévu le 20 décembre 2016) pour assurer la préservation des estampes.

 

Celles-ci ont été choisies au sein de l’exceptionnelle et renommée collection détenue, à ce titre, par le musée et  comptant pas moins de 7500 gravures à  l’état de conservation  exemplaire !

 

Si je présume que le choix n’a pas du être aisé pour le commissaire de l’exposition Ukiyo-e, il est certain que ce dernier a décidé de présenter les plus belles de ces pièces 🙂

 

Il suffit de parcourir l’exposition pour s’en convaincre.

 

Dernière raison, enfin, pour laquelle Ukiyo-e est un Must Visit : elle pallie nos lacunes.

 

Aussi bien s’agissant des autres grands Maîtres (autres qu’Hokusai) de l’Art de l’Estampe, à l’instar, entre autre, de Moronobu, Harunobu,

 

Illustration d’un poème de Sosei hoshi, Harunobu

 

Pêche aux medaka, Harunobu

 

Fils d’aristocrate militaire en visite officielle, Harunobu

 

Utamaro, Hiroshige, Eishi (notamment), que des thématiques privilégiées abordées dans leurs œuvres.

 

Ainsi, c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai découvert les scènes du Kabuki, théâtre traditionnel japonais, figurant sur certaines estampes.

 

fullsizerender-54-1

Salle comble pour un spectacle de kabuki, Toyokuni 

 

Puis, j’ai été interpellée par les portraits  de ses célèbres acteurs.

 

fullsizerender-22-1

L’acteur Utagawa Shirogoro dans le rôle de Nitan no Shiro, Torii Kiyomasu II

 

fullsizerender-55-1

L’acteur Ichikawa Ichizo dans le rôle du charpentier Rokuzo aux prises avec une gigantesque carpe, Kunisada

 

L’acteur Sakata hangoro III, Toyokuni

 

 

L’acteur Ichikawa Monnosuke II dans le rôle de Katanaya Hanshichi, Shun’Ei

 

 Portrait en gros plan de l’acteur Nakamura Nakazo I, Shunko

 

 

Tout comme par ceux des lutteurs de sumo.

 

Les lutteurs Mishima et Koshigahama, Shun’Ei

 

Le lutteur Onogawa Kisaburo, super champion titré yokozuna, Shun’ei

 

 

Impossible, ensuite,  de ne pas s’extasier devant les bijin- ga, ces représentations de belles femmes, courtisanes de salon de thé ou mère de famille. 

 

La courtisane  Shinowara et sa suite, Kiyonaga

 

 

Le goût des motifs sur tissus en vente chez Izugura, Utamaro

 

Epoux surpris le soir par une averse, Utamaro

 

L’heure du dragon, Utamaro

 

 Tomimoto Toyohina, geisha et chanteuse réputée, Utamaro

 

les 6 rivières de Gemme, Shumman

 

 Jaardin aux iris, Shuncho

 

 

Que dire, par ailleurs, de ces magnifiques représentations de sites célèbres ,  de paysages où la Nature ne se contente plus seulement d’être  un simple décor mais devient le sujet même de la gravure ou encore d’animaux  ?  

 

Chasse aux lucioles, Eishi

 

Incandescence du soir à Jungai, Hokusai

 

Le pont Eitai, Shinsai

 

Le jardin d’iris a Horikiri, Hiroshige

 

Le grand pont et Atake sous une réserve, Hiroshige

 

le Relais de Yoshiwara, Hiroshige

 

Bac sur le fleuve Sumida parodiant le chapitre li, Hiroshige

 

Mishima, brouillard matinal, Hiroshige

 

Couple de cailles au pied de pavots, Hiroshige 

 

 

Exposition au sanctuaire de Kameido, Hokusai

 

Le temple Honganji à Asakusa dans la capitale de l’est, Hokusai

 

 

Et le plus sulfureux pour la fin : à moins que vous vous soyez rendus, fin 2014,  à l’exposition L’art de l’amour au Temps des Geishas, présentée à la Pinacothèque de Paris (à laquelle j’avais d’ailleurs consacré un paragraphe  à la fin de mon billet consacré à l’exposition Hokusai), vous ignorez certainement l’existence des shungas, les  estampes érotiques japonaises.

 

 

Rendez vous secret, Eizan

 

Caresse érotique, Eisen

 

Couple surpris dans leurs ébats, Koryusai

 

Femme mariée et son amant, Kiyonaga

 

Préliminaires, Shunsen

 

Passion dans la chaleur de l’été, Utamaro

 

 Enlacement passionné , Hokusai

 

 

Explorez la rétrospective Ukiyo-e au Musée du Cinquantenaire vous permettra de parfaire, à cet égard, votre culture générale 🙂

 

Sachez, in fine, qu’outre les Ukiyo-e, cette immersion en terre japonaise passe aussi par l’exposition d’autres objets,  symbolisant tout autant le Pays du Soleil Levant, tels qu’une  imposante armure de samouraï ou plusieurs peignes et coffres en laques.

 

De quoi  donc satisfaire la curiosité de tous .

 

 

 

 

 

 

 

Le Pigeon Voyageur

AUTEUR - Le Pigeon Voyageur

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez également partager avec moi vos impressions, émotions et pourquoi pas interrogations après lecture de cet article et découverte de ces photos (toutes prises par mes soins). Alors à vos plumes !

Aucun commentaire

Faire un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.