NEWSLETTER

Suivez le JPV sur

© JPV 2016 | Tous droits réservés.

Réalisé par Centrech

Journal d'un Pigeon Voyageur | MA VISITE EN AVANT-PREMIÈRE DE FLUCTUART,INÉDIT CENTRE D’ART URBAIN PARISIEN AMÉNAGÉ SUR LA SEINE
Un passeport virtuel pour découvrir le Monde hors des sentiers battus.
JPV, Voyages, Destinations, journal d'un pigeon voyageur, pigeon voyageur, le pigeon voyageur, Voyages en Afrique, Voyages en Europe, Voyages en Asie, Voyages en Amérique, gastronomie, îles, Art, Culture, Hôtels d'exception, Hôtes atypiques.
30352
post-template-default,single,single-post,postid-30352,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,qode-theme-ver-3.10,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
 

Blog

MA VISITE EN AVANT-PREMIÈRE DE FLUCTUART,INÉDIT CENTRE D’ART URBAIN PARISIEN AMÉNAGÉ SUR LA SEINE

  |   ART & CULTURE, EUROPE, FRANCE, île-de-france, Paris, VOS ENVIES   |   2 Comments

 

TimeLapse, Swoon, Fluctuart

 

 

Se dévoiler là où on ne l’attend pas : telle est l’une des spécificités du Street Art.

 

A Paris, après les emblématiques rues des 13 eme et 19 eme arrondissement; les galeries d’art et les musées; un hôtel iconique, un ancien hangar désaffecté appartenant à la SNCF outre l’enceinte d’une atypique école d’informatique, voici qu’il investit, à présent, les berges de Seine.

 

Prenant ancrage, pour 20 ans, au cœur d’un bâtiment flottant de 1000 m2, baptisé Fluctuart, amarré, Port du Gros Caillou, sous le pont des Invalides.

 

oeuvre d’Erell réalisée sur les façades extérieures de Fluctuart

 

 L’audacieux projet, figurant parmi les lauréats franciliens de #RéinventerlaSeine, programme lancé par la mairie de Paris en vue de dynamiser ses rives piétonnes, témoigne ainsi d’une véritable ode au Street Art dont Eric Philippon, Géraud Boursin et Nicolas Laugero Lasserre, les trois cofondateurs férus d’Art, ont été les concepteurs avertis.

 

Car tout contribue ici à souligner la singularité de cette adresse, première du genre dans le monde, où l’Art Contemporain issu de la rue est, jusque dans les moindres détails, porté aux nues.

 

Hier, en l’explorant en avant-première avec Monsieur Boursin, j’ai d’emblée été éblouie par l’architecture des lieux. 

 

Majestueusement dessinée par l’atelier Seine Design, elle gomme en effet avec brio, grâce, entre autre, à l’utilisation du verre, les frontières entre Intérieur et Extérieur.

 

Le jeu de transparence qui en résulte permet donc, tout en contemplant les œuvres d’art présentées, de constamment y embrasser du regard, et ce peu importe l’un des trois niveaux de Fluctuart où l’on se trouve, la Seine, ses ponts et quelques monuments parisiens .

 

vues depuis le seuil de Fluctuart

 

la Seine, partie intégrante, du lieu

 

vue depuis le rooftop sur la verrière du Grand Palais

la Seine et ses incontournables bateaux-mouches

 

 

Autant d’exceptionnels panoramas avec lesquels viennent toutefois rivaliser les merveilles dont recèlent la cale et le pont principal, baignés de lumière.

 

Là, accrochée à des cimaises modulables, la beauté de la collection permanente, constituée d’une quinzaine d’œuvres provenant pour l’essentiel de collections privées (au rang desquelles figurent celles de Nicolas Laugero Lasserre et Géraud Boursin) et réalisées par des figures majeures du Street Art, apparaît encore plus saisissante.

 

De Shepard Fairey et Banksy à Rero et Jr en passant par Roa, Pantonio, Dran, Vhils, Invader ou Speedy Graphito, elle offre, par ailleurs, une vision d’ensemble du mouvement où pionniers, artistes issus de la nouvelle génération et Maîtres de la Discipline, fussent ils d’Ici ou d’Ailleurs, conjuguent leurs forces de la plus belle manière.

 

Réro

 

C215

 

Roa

 

Jr

 

Nichée en dessous du pont principal, la cale accueille, quant à elle, les expositions temporaires, s’articulant autour d’un thème ou d’une monographie.

 

A l’instar de  » Time Capsule « .

 

La fascinante rétrospective inaugurale, courant jusqu’au 22 septembre 2019, consacrée à Swoon,  street artiste américaine dont l’envergure internationale ne souffre pas la discussion.

 

 

 

Indubitablement engagé, son travail a, ces dernières années, été exposé au sein de plusieurs renommées institutions culturelles européennes :

 

 Telles le Mima Museum de Bruxelles, en 2016, avec « City of Lights » et le Musée parisien de l’Homme où Swoon, dans le cadre du 70 ème anniversaire de la Déclaration des Droits de l’Homme, a choisi, en 2019, d’illustrer l’article 23, relatif au droit du travail, dudit texte .

 

 

 

 

Figurant :

 

D’hyperréalistes portraits grandeur nature; 

 

Des silhouettes d’hommes/ femmes/personnes âgées/enfants, rencontrés au cours de ses voyages à travers le monde ou appartenant à son entourage proche,

 

 

Des motifs semblables à de la dentelle ajourée

 

 

 

et des fenêtres de rames du métro new-yorkais,

 

 

 

les œuvres de Swoon, pour certaines créées, ici, in situ, contribuent non seulement à dessiner les contours d’une scénographie à la fois vivante et travaillée, répondant en cela aux vœux des fondateurs de Fluctuart, mais elles ont, en outre, aussi inspiré le mapping, imaginé par la société Anthem, quotidiennement projeté à la nuit tombée sur les quais du pont des Invalides.

 

Mais si Fluctuart célèbre assurément l’Art Urbain, à travers ses expositions, l’ouverture d’une librairie spécialisée occupant partiellement le pont principal et le choix, en totale adéquation avec l’essence même du Street Art, d’une accessibilité gratuite permettant à tout un chacun de s’approprier les lieux, le réduire à cet unique visage reviendrait à nier une seconde destination que le caractère modulable de ses espaces laisse pourtant entrevoir .

 

Celle d’un théâtre appelé à se muer en véritable lieu de vie, d’échanges et de rencontres se construisant, de façon évolutive, autour du bar, du rooftop et de l’espace restauration.

 

 

Autant d’escales idéales où organiser une soirée, profiter d’un concert et savourer un brunch dominical.

 

Plus qu’une réinvention des bords de Seine, l’avant-gardiste Fluctuart, qui ouvrira très prochainement ses portes, peut donc s’enorgueillir de proposer, au cœur de Paris, les clés d’une nouvelle appréhension de l’Art par le Public.

 

Ou comment bousculer les codes établis avec élégance.

 

J’ai adoré !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Pigeon Voyageur

AUTEUR - Le Pigeon Voyageur

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez également partager avec moi vos impressions, émotions et pourquoi pas interrogations après lecture de cet article et découverte de ces photos (toutes prises par mes soins). Alors à vos plumes !

2 Commentaires
  • Avatar

    argone | Juin 19, 2019 at 14 h 47 min

    oh la la je crois qu’il faut que je me programme d’urgence un petit séjour à Paris ! ça a l’air canon et je voulais voir aussi le street art vers le canal de l’Ourcq !

    • Le Pigeon Voyageur

      Le Pigeon Voyageur | Juin 19, 2019 at 16 h 48 min

      Oui! Paris regorge vraiment de jolis lieux dédiés au streetart dont Fluctuart fera absolument partie. Il ne reste plus qu’à surveiller les réseaux sociaux de cet atypique centre d’urbain pour connaitre la date d’ouverture au public, à priori imminente 🙂

Faire un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.