NEWSLETTER
Suivez le JPV sur

© JPV 2016 | Tous droits réservés.

Réalisé par Centrech

 

Blog

SOUVENIRS DE MES FLÂNERIES AUTOUR D’OSTUNI

  |   ITALIE, Ostuni, TOUS   |   2 Comments

 

port de Monopoli

 

 

 

Inoubliable bijou blanc apulien, Ostuni est, comme je l’évoquais récemment ici, l’idéal pied-à-terre depuis lequel sillonner le sud de la botte italienne.

 

Ce territoire dont l’Histoire, l’Architecture, la Gastronomie, les Traditions, les Réserves protégées, les plages de sable, les curiosités géologiques, les pittoresques ports de pêche et les ensorcelants villages perchés ont contribué, par delà les frontières transalpines, à assurer la renommée.

 

A raison !

 

Nichés au cœur des Pouilles et se dévoilant à une heure de route, tout au plus, d’Ostuni, voici donc six lieux, visités cet été, que je vous recommande chaudement.

 

 

L’HISTORIQUE ANTICA MASSERIA BRANCATI

 

le plus vieil olivier de la région, un olivier trimillénaire

 

 

La campagne s’étendant au pied d’Ostuni offre le paysage d’immenses plaines, recouvertes de vignes et d’oliveraies, au milieu desquelles se dessinent les silhouettes de nombreuses masseria.

 

Ces historiques fermes rurales où, depuis des siècles, la tradition des cultures locales, telle celle de l’olive, se trouve perpétuée et dont, quelques unes, ont aussi progressivement choisi de se transformer en charmants boutique hôtel et chambre d’hôtes.

 

Vaste de 30 hectares, la pluriséculaire et fortifiée Masseria Brancati , explorable lors d’obligatoires visites guidées, figure ainsi parmi les plus connues.

 

 

 

Elle est en effet entourée d’un peu plus d’un millier d’oliviers.

 

Plantés , pour certains dès l’époque romaine, selon un plan précis respectant une distance de 18 mètres entre eux.

 

 

 

Autant d’arbres majestueux qui lui permettent, via la récolte saisonnière, effectuée manuellement, d’olives appartenant aux variétés Ogliarola Salentina et Coratina, de produire une exceptionnelle huile d’olive extra vierge.

 

Que l’on goûte, avant d’éventuellement acquérir une voire plusieurs bouteilles, lors d’une dégustation organisée au terme de la visite de la propriété.

 

Fruitée , légèrement fruitée , moyennement fruitée,  intensément fruitée ou parfumée aux agrumes, vous aurez, incontestablement, l’embarras du choix.

 

Faisant figure de véritable remontée dans le temps, l’exploration des lieux permet en outre de découvrir le fonctionnement d’un pressoir à huile, datant de l’époque Messapienne,  construit dans une grotte aménagée au sous-sol,

 

 

 

puis celui, beaucoup plus moderne,  ayant, plus tard, été bâti au 19 ème siècle .

 

 

 

Mais la Masseria Brancati compte également un intimiste musée dédié à la culture de l’olive,

 

 

 

une jolie chapelle, de style rococo,

 

 

 

des écuries et des granges ainsi qu’une imposante demeure offrant aujourd’hui la possibilité aux hôtes, désireux de poursuivre l’expérience, d’y passer une nuit.

 

 

Une ode au goût et à la préservation des traditions régionales qui m’a indiscutablement séduite.

 

 

LE SUPERBE LITTORAL DE LA MER ADRIATIQUE

 

 

 

Il suffit de parcourir le littoral adriatique pour prendre toute la mesure de sa beauté.

 

Car tout ici n’est que successions de plages, criques sauvages, dunes et réserves naturelles (à l’instar notamment de celle de Torre Guaceto) où il fait bon prendre du temps pour soi et se reconnecter avec la Nature.

 

 

 

Il ne vous reste donc plus qu’à dénicher l’enclave parfaite.

 

Celle que vous investirez, avec bonheur, le temps d’une heure, d’une après-midi ou d’une journée.

 

 

LE PITTORESQUE PORT DE MONOPOLI

 

 

 

Si ses fortifications, son château, ses églises, ses ruelles, ses places, ses palais, ses maisons blanches aux volets colorés et ses plages témoignent de l’irrésistible charme qui est le sien, c’est en rejoignant son pittoresque petit port que Monopoli offre, à mon sens, son visage le plus envoûtant.

 

Aux côtés de bateaux de pêche plus imposants, une multitude de petites barques vient en effet joliment colorer le paysage.

 

 

 

Rapiéçant leurs filets, préparant leurs prochains départs, déchargeant leurs cargaisons de poissons et fruits de mers fraichement péchés ou prenant des nouvelles des uns des autres, les pêcheurs, en incontournables maîtres des lieux qu’ils sont ici, animent invariablement l’atmosphère .

 

 

 

 

Le tout sous le regard d’hommes et de femmes devisant sur les bancs installés à l’abri du soleil et d’enfants jouant non loin d’eux.

 

Beauté de ce tableau, authenticité enveloppant les lieux et douceur du Temps qui s’y étire lentement : comment ne pas succomber au cachet du port de Monopoli ?

 

 

LES INOUBLIABLES GROTTES DEL CASTELLANA

 

 

 

En franchissant l’entrée des grottes, découvertes à la fin des années 30, de Castellana,  le visiteur se trouve immédiatement plongé dans un fascinant monde souterrain que d’impressionnants canyons, stalagmites et stalactites ont, durant des millions d’années, façonné avec brio.

 

 

 

Autant de merveilles géologiques, se distinguant par la pluralité de leurs formes et de leurs couleurs, que l’on contemple, avec extase, au cours d’extraordinaires visites guidées.

 

Dont le point d’orgue, pour ce qui est de l’itinéraire le plus long (3 kilomètres comportant près de 300 marches), reste l’entrée dans la dernière grotte du site : la spectaculaire Grotte Blanche.

 

Véritable joyau, caché à plus de 60 mètres de profondeur,  qu’il est malheureusement interdit de photographier.

 

 

L’ICONIQUE VILLAGE DE POLIGNANO A MARE

 

plage de Lama Monachile

 

 

 Perchée au dessus de falaises calcaires, l’iconique cité blanche de Polignano A Mare fait figure d’escale apulienne à ne pas manquer.

 

Et il y a de quoi.

 

Dominant majestueusement la mer,

 

 

 

elle réserve en effet, du fait de sa situation géographique à couper le souffle, de vertigineux panoramas.

 

A admirer, en premier lieu, depuis les multiples belvédères, terrasses et balcons s’ouvrant sur les eaux translucides, aux innombrables nuances de bleu et de vert, de l’Adriatique.

 

 

 

Puis, sonne l’heure de la magique découverte effectuée au fil même de l’eau :

 

 

 

Dévoilant la plage qui s’étire au pied du pont Lama Monachile,

 

 

 

la beauté des maisons accrochées à flanc de falaise;

 

 

 

les plongeons des amateurs ou des professionnels qui, depuis les abruptes éperons rocheux, rivalisent d’adresse pour impressionner les spectateurs,

 

 

 

les ilots confidentiels;

 

le rocher de l’Ermite

 

 

les charmants villages de pêcheurs situés à proximité

 

 

 

ainsi que les nombreuses grottes sous-marines creusées par les vagues.

 

Là où il est, contre toute attente, possible de se baigner 

 

 

 

et même, comme c’est le cas pour la Grotta Palezzese ayant été investie par l’hôtel de luxe éponyme,

 

 

 

de séjourner ou de s’attabler .

 

Jouissant de spectaculaires points de vue sur la mer Adriatique, l’aussi exclusif que romantique Grotta Palazzese Restaurant

 

 

 

réserve, ainsi, à ses hôtes une expérience sensorielle hors-du-commun :

 

Visuelle, évidemment, mais également éminemment gustative.

 

Grâce à une carte célébrant tout à la fois les produits de la mer et les spécialités culinaires locales.

 

Inoubliable !

 

 

 

Mais l’attrait de Polignano A Mare

 

 

 

ne saurait être réduit auxdits plaisirs.

 

Car cela reviendrait à nier l’existence des trésors architecturaux, parvenus à traverser le temps;  des nombreuses adresses où se régaler (les becs sucrés ne manqueront pas, par exemple, le glacier Caruso); des superbes maisons aux façades blanches et des intimistes boutiques de créateurs qui, au cœur du dédale formé par ses historiques ruelles piétonnes (pour l’essentiel), surgissent sans que l’on ne s’y attende.

 

 

 

Enfin, à quelques kilomètres du centre-ville, la photogénique baie de San Vito mérite, elle aussi, absolument l’escale.

 

 

 

Entre la magnifique ancienne abbaye bénédictine qui s’y dessine en toile de fond,

 

 

 

ses restaurants pied dans l’eau, sa plage, ses petites criques que les familles s’empressent de prendre d’assaut,

 

 

ses colorées barques de pêcheurs

 

 

 

et les bateaux proposant des excursions qu’elle abrite

 

 

 

,comment, dites moi, ne pas se laisser envoûter?

 

 

IMMERSION ARTISTIQUE PLURIELLE A LECCE

 

vestiges de l’amphithéâtre romain

 

 

Surnommée la « Florence du Sud, » Lecce, qui n’est néanmoins pas parvenue, je l’avoue, à supplanter la cité des Médicis dans mon cœur, peut se targuer de posséder un exceptionnel patrimoine architectural.

 

Voyant dans le, particulièrement bien conservé, Baroque de Lecce (style datant de la fin du 16 ème siècle) sa plus parfaite illustration.

 

Ainsi, au gré des déambulations entreprises au cœur du quartier historique, les façades en pierre, les balcons et les portes de ses palais, sans oublier ceux de ses églises, révèlent une pluralité de motifs décoratifs sculptés à la perfection.

 

Une virtuosité architecturale laissant presque sans voix.

 

vestiges de l’amphithéâtre

 

façade église Sainte Irène

 

façade de la cathédrale de Lecce

 

basilique Sante Croce

 

 

Mais à Lecce, loin de ne témoigner que d’une fenêtre temporelle révolue, l’Art s’inscrit aussi dans le présent.

 

Via le recours au Street Art.

 

 

 

Dans le quartier populaire de 167 B, situé dans la proche banlieue de la capitale du Salento, les artistes  Cheko’s Art et Ania K ont en effet réussi, à travers la création de 167/B Street, à y faire pénétrer cette forme d’art contemporain.

 

 Réinventant, ce faisant et dans le même temps, l’espace commun.

 

Monumentales, les fresques qui ornent désormais les bâtiments sont, de surcroit, porteuses d’un message engagé.

 

A l’instar de ce portrait masculin signé Sabotaje Al Montage.

 

Evoquant la croissante pollution, symbolisée par les bouchons en plastique péchés en lieu et place des poissons, de la mer.

 

Ou l’Art d’autrement sensibiliser aux questions environnementales.

 

 

Le Pigeon Voyageur

AUTEUR - Le Pigeon Voyageur

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez également partager avec moi vos impressions, émotions et pourquoi pas interrogations après lecture de cet article et découverte de ces photos (toutes prises par mes soins). Alors à vos plumes !

2 Commentaires
  • Avatar

    Marie-Cécile | Oct 27, 2020 at 21 h 16 min

    Magnifique voyage… La géologie de la région a l’air fascinante 😉
    Bravo encore pour ce magnifique récit et ces photos époustouflantes qui donnent envie de plonger directement dans l’écran :-))

    • Le Pigeon Voyageur

      Le Pigeon Voyageur | Oct 27, 2020 at 22 h 51 min

      Merci beaucoup Marie-Cecile pour tes mots ! Et tu as raison , le sud des Pouilles cache mille et unes merveilles géologiques qui méritent le détour . Cette région a incontestablement beaucoup de belles choses à offrir aux visiteurs

Faire un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.