NEWSLETTER



Suivez le JPV sur

© JPV 2016 | Tous droits réservés.

Réalisé par Centrech

Journal d'un Pigeon Voyageur | HOTEL LE METROPOLE, UNE ROMANTIQUE ADRESSE VÉNITIENNE A NE GARDER QUE POUR SOI
Un passeport virtuel pour découvrir le Monde hors des sentiers battus.
JPV, Voyages, Destinations, journal d'un pigeon voyageur, pigeon voyageur, le pigeon voyageur, Voyages en Afrique, Voyages en Europe, Voyages en Asie, Voyages en Amérique, gastronomie, îles, Art, Culture, Hôtels d'exception, Hôtes atypiques.
22070
post-template-default,single,single-post,postid-22070,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,qode-theme-ver-3.10,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
 

Blog

HOTEL LE METROPOLE, UNE ROMANTIQUE ADRESSE VÉNITIENNE A NE GARDER QUE POUR SOI

  |   EUROPE, GASTRONOMIE, HOTELS, HOTELS ATYPIQUES, HOTELS D' EXCEPTION, ITALIE, SHORT BUT SWEET ESCAPADES, TOUS, Venise, VOS ENVIES   |   No comment

 

ancien escalier hélicoïdal datant du 15 eme siècle  

 

 

Au cœur de la Sérénissime, non loin de l’emblématique place Saint Marc et de l’incontournable pont des Soupirs, un ancien palais vénitien  reconverti, depuis la fin du 19 ème siècle,  en établissement d’exception après avoir successivement abrité orphelinat et  chapelle se révèle être une véritable ode à l’Amour.

 

L’inédit voyage sensoriel offert par cette intimiste adresse, membre du label hôtelier Tempting Places, fait, en effet, écho aux envoûtants charmes dont  Venise a  toujours su tirer parti.

 

 

 FullSizeRender (13)-min

 banc extérieur de l’hôtel face à la lagune

 

Une fascinante cité d’Art, d’Histoire et, comme le rappelait si justement l’écrivain français Alfred Capus, de Passion.

 

 

Si son omniprésence ne souffre aucunement la discussion, le doux parfum de romantisme qui flotte sur la ville des Doges se mue, par endroits, en une saisissante atmosphère.

 

 

A l’instar de celle nimbant le quartier du Castello et plus particulièrement le canal  Rio della Pieta où se dévoile le  ponton privé, accessible en bateau, de l’Hotel Métropole.

 

 

  

 

 

Derrière les façades de ce multiséculaire édifice, qui accueillit les cours de musique du célèbre compositeur Antonio Vivaldi et, plus tard, d’autres illustres pensionnaires parmi lesquels Sigmund Freud, Marcel Proust ou Lenny Kravitz,  s’ouvrent, donc, les portes d’un monde promouvant Romantisme, Luxe, Calme et Volupté.

 

La découverte du lobby, en ce qu’elle préfigure la décoration intérieure de l’hôtel, donne, à ce titre,  immédiatement le ton.

 

Les fauteuils en velours rouge, les tableaux, les tentures, les chandeliers en verre de Murano, les multiples bougies allumées, les coffres, les plafonds peints

 

 

 

 

la collection d’objets anciens (éventails, sac à main de soirée , crucifix et antiquités) appartenant à la famille Beggiato (propriétaire du Métropole) et exposée dans la galerie outre plusieurs œuvres d’art contemporain

 

Gavin Turk, Rosy Lee

 

Nancy Fouts, Peacock in War Bonnet 

 

sont tout autant de détails qui plongent l’hôte dans un univers baroque mêlant, dans des teintes or, rouge, blanche et noire, influences vénitiennes et orientales.

 

Des inspirations qui, également, transparaissent à travers l’aménagement choisi pour le salon, aux multiples miroirs, 

 

 

 

et l’Oriental bar lui faisant face.

 

Antre cosy où siroter, à l’heure de l’apéritif, l’un des cocktails ayant assuré la renommée de Venise se métamorphose en parenthèse enchantée.

  

 

 

Mais ces premières escales, aussi belles soient elles, ne sauraient vous  faire occulter l’élégant Met :

 

 

 

la table étoilée, à l’ambiance tamisée, du Métropole. 

 

 

 

Sublimant, avec créativité et modernité, les produits régionaux, la savoureuse cuisine qui y est servie, dans des assiettes à l’esthétique, de surcroît, léchée, confère à ce rendez-vous gastronomique une impérissable tonalité.

 

Préparez vous donc à atteindre le nirvana culinaire en goûtant, notamment, aux exquis spaghettis ou aux coquilles saint jacques en croûte d’encre de seiche à damner un saint concoctés  par le chef Luca Veritti et sa brigade.

 

Une expérience gustative dont mes papilles se souviennent encore !

 

Moins feutré que le Met mais tout aussi charmant, le patio-jardin planté de citronniers qui le jouxte

 

 

 

reste l’endroit idéal où savourer, dès l’arrivée des beaux jours, le délicieux  et gargantuesque petit déjeuner-buffet devenu l’une des signatures de l’Hotel Métropole.

 

le séculaire puits

 

 

 

Un havre de paix que l’on prend plaisir à réinvestir,  au cours de la journée, pour  profiter de son cadre enchanteur en toute tranquillité.

 

Car là, à l’abri des regards indiscrets et de l’agitation extérieure, le temps semble suspendu.

 

 

  

Débutée au rez-de-chaussée, l’échappée se poursuit, ensuite, dans les atypiques couloirs 

 

 

menant aux 67 chambres et suites que compte l’établissement.

 

Chaque étage se singularisant par une décoration unique que je vous exhorte à découvrir.

 

 

 

 

Velours, damas,  mobilier d’époque,  salles de bain en marbre italien, lustres en verre de Murano,  

 

 

 

têtes de lit richement travaillées  et terrasses privatives avec exceptionnelles vues panoramiques (sur la lagune de Venise et l’île St Georgio) pour les suites les plus prestigieuses signent, ainsi, l’univers de ces confortables écrins.

 

 

 

 

 

Séjourner au Métropole fait donc  partie de ces expériences qui, comme je peux en attester,  ne s’oublie pas.

 

L’âme des lieux ayant, indubitablement, quelque chose de fascinant.

 

Comme Venise, après tout.

 

 

 

 

 

 

 

Le Pigeon Voyageur

AUTEUR - Le Pigeon Voyageur

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez également partager avec moi vos impressions, émotions et pourquoi pas interrogations après lecture de cet article et découverte de ces photos (toutes prises par mes soins). Alors à vos plumes !

Aucun commentaire

Faire un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.