NEWSLETTER



Suivez le JPV sur

© JPV 2016 | Tous droits réservés.

Réalisé par Centrech

Journal d'un Pigeon Voyageur | MUSÉES & RUES : INCONTESTABLES LIEUX OU DÉCOUVRIR L’ART A NEW YORK
Un passeport virtuel pour découvrir le Monde hors des sentiers battus.
JPV, Voyages, Destinations, journal d'un pigeon voyageur, pigeon voyageur, le pigeon voyageur, Voyages en Afrique, Voyages en Europe, Voyages en Asie, Voyages en Amérique, gastronomie, îles, Art, Culture, Hôtels d'exception, Hôtes atypiques.
23677
post-template-default,single,single-post,postid-23677,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,qode-theme-ver-3.10,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
 

Blog

MUSÉES & RUES : INCONTESTABLES LIEUX OU DÉCOUVRIR L’ART A NEW YORK

  |   AMERIQUES, ART & CULTURE, ETATS-UNIS, HISTOIRE & DEVOIR DE MEMOIRE, MUSEE, New York, TOUS   |   No comment

 

fresque Ellis Island Children, Jr, New York

 

   

Au mois d’août, mes pas m’ont, pour la première fois,  menée à New York.

 
Inoubliable voyage, fait de découvertes plurielles,  de rendez-vous incontournables et de parenthèses plus insolites, dont  je garde un souvenir  ému.

 
Et c’est bien peu de le dire tant rarement une destination ne m’aura à ce point ébranlée.

 
Les multiples visages de cette fascinante mégalopole américaine,  à la fois gigantesque, dynamique,  créative, déroutante, cosmopolite, avant-gardiste, bruyante et arty, témoignent, en effet, de son irrésistible singularité que deux semaines passées à l’explorer n’ont, hélas, pas suffi à totalement appréhender.

 

Qu’importe,  le prétexte pour m’ y rendre à nouveau  est donc tout trouvé:-)

 

Mais pour l’heure, voici venu le temps de partager, ici, mon premier article consacré  à ce séjour au cœur de la Big Apple.

 

Une échappée  délibérément  placée sous le signe de l’Art.

 

Car qu’il s’agisse de Littérature, de Théâtre, d’Architecture, de Musique, de Sculpture, de Danse ou encore de Peinture, New York a, depuis un peu plus d’un siècle, relevé un double défi.

 

Se muer en indéniable capitale culturelle des Etats-Unis et s’imposer, internationalement , comme une scène artistique majeure.

  

Mois d’août rimant, toutefois,  avec fermeture annuelle des  galeries, concentrées dans les quartiers de Chelsea et du Lower East Side, et arrêt des spectacles, concerts ainsi que ballets,  ce billet se focalisera  plutôt  sur ma découverte  d’œuvres d’Art.

 

Exposées au sein d’ antres culturels, incontournables ou moins courus, ou se dévoilant  dans la rue, véritable musée à ciel ouvert.

 

Loin d’être exhaustive, cette sélection vous immergera, d’un bout à l’autre de la ville, au sein, notamment, des civilisations africaine, asiatique ou océanienne, de l’Art Moderne et Contemporain, tant européen qu’ américain, outre du Street Art.

 

Préparez vous  donc à succomber, à mille lieues de la cité des Médicis, au syndrome de Stendhal.

 

 

MES 10 MUSÉES COUP DE CŒUR

 

I have special reservations, Elisabeth Catlett, Whitney Museum 

 

 

New-York compte un si grand nombre de musées, dont certains figurant  parmi les plus renommés au Monde, que choisir lesquels privilégier relève d’une difficile entreprise.

 

J’ai, en ce qui me concerne, opté pour six lieux culturels emblématiques outre quatre sites moins courus par les touristes.

 

A vos marques, prêts, admirez.

 

 

THE ELLIS ISLAND MUSEUM

  

 

 

 

Fuyant misère et persécutions, 12 millions d’immigrés venus du Vieux Continent transitèrent, entre 1892 et 1954,  par Ellis Island, unique point d’entrée pour s’installer dans le Nouveau Monde.

 

Accueillant  autrefois les services d’Immigration, le bâtiment principal de l’île a désormais été investi par un émouvant musée.

 

 

photo du bâtiment principal d’Ellis Island en 1903

 

 

 3 étages qui racontent l’Histoire de l’Immigration aux Etats-Unis et celle des nouveaux arrivants en particulier.

 

Dans ce bâtiment aux allures de gare, le visiteur découvre donc  le long parcours administratif auquel ces derniers étaient confrontés dès leur débarquement.

 

 

 

Après avoir déposés leurs bagages  dans la Baggage Room 

 

 

 

et été dirigés vers  la Registry Room,  située au deuxième étage, ils faisaient, en effet,  l’objet d’un examen médical et devaient, par ailleurs, répondre à des questions relatives  à leurs identité, métier,  passé ou avoir financier.

 

 

 

 

Les immigrants autorisés à rester sur le sol américain embarquaient ensuite sur des ferries à destination de New-York ( où ils s’installaient dans le Lower East Side),  du New Jersey voisin ou d’autres villes du pays .

 

Les autres,  environ 20 % d’entre eux, étaient détenus sur place, dans les dortoirs aménagés au dernier niveau de l’édifice ou dans l’hôpital situé au sud de l’île, en attendant que leur situation fasse l’objet d’un réexamen.

 

Au terme du processus, 2 % des immigrés se voyaient, in fine,  refuser l’entrée aux Etats-Unis.

 

Les portraits, photographies, objets personnels et cartes dorénavant exposés au Ellis Island Museum constituent de fait un bouleversant témoignage sur ces hommes, femmes et enfants ayant, envers et contre tout, choisi de rejoindre le Nouveau Monde pour y débuter une vie meilleure.

 

 

chaussures d’enfants d’immigrés arrivant à Ellis Island

 

graffitis laissés sur des colonnes par les immigrants détenus sur Ellis Island 

 

Ils offrent, par ailleurs,  un instructif éclairage sur leurs difficiles conditions de vie une fois installés en terre américaine.

 

 

Mulberry Street, Little Italy

 

 

L’Histoire de la construction des Etats-Unis, à laquelle contribuèrent tous les étrangers ayant transité ici, réside indéniablement en ses murs.

 

  

THE METROPOLITAN MUSEUM OF ART (MET)

 

 

 

Bird Finial, Colombia

 

 

Grandiose institution,  correspondant selon moi  à une association  des Louvre et Quai Branly-Jacques Chirac français, le MET est incontestablement THE musée newyorkais.

 

 

 

Les visiteurs ne s’y sont d’ailleurs pas trompés puisque sa fréquentation le place au rang de celui le plus visité de la ville.

 

Pourtant, n’espérez pas l’explorer en une seule escale car sa collection permanente comporte pas moins de deux millions de pièces.

 

Suivre un itinéraire incluant une halte aux  départements dédiés aux antiquités égyptiennes,

 

 Offerring Bearer

 

où se trouve notamment le magnifique Temple de Dendour ( offert par l’Egypte aux Etats-Unis après le sauvetage des temples nubiens situés au sud de la ville d’Assouan),

 

 

aux arts de l’Islam, 

 

Mirhab, Ispahan, Iran

 

aux peintures ,

 

 

Notre Dame de la Garde, Marseille, Signac

 

Maria Teresa, Velasquez

 

Odalisque in Grisaille, Ingres et Workshop

 

Les danseuses, Degas

 

mosaïques 

 

fragment d’une mosaïque, époque byzantine

 

peinture murale, villa romaine, Boscoreale

 

et sculptures européennes

 

FullSizeRender (11)-min

Winter, Houdon

 

 Diana, Saint Gaudens

 

ainsi qu’aux arts d’Afrique, d’Amérique, d’Asie outre d’Océanie  

 

Seated female Figure, Mali, Bamana

 

 

donne néanmoins un aperçu de la somptuosité des œuvres, venant du monde entier,  possédées par le MET.

 

Les expositions temporaires qui s’y déroulent étant, par ailleurs,  époustouflantes de beauté.

  

Mais l’attrait de ce musée tient également à l’inattendue surprise qui, aux beaux jours,  attend les visiteurs au sommet de l’édifice.

 

Je vous en reparle dans le deuxième billet dédié à New-York .

 

 

THE MUSEUM OF MODERN ART (MOMA)

 

 

 Gold Marylin Monroe , Andy Warhol

 

 

Véritable temple de l’Art moderne et  Contemporain, le MOMA  permet une saisissante incursion dans l’univers de la peinture, de la photographie et de la sculpture.

 

Arthur Young, Bell 4701 Helicopter

 

 

Tous les Grands Maîtres desdites disciplines  s’y sont en effet donnés rendez-vous .

 

Dans ses galeries, les inoubliables œuvres de Monet, Van Gogh,

 

La nuit étoilée

 

Picasso,

 

Les demoiselles d’Avignon

 

Giacommeti, Léger

 

Woman with a book

 

Pollock,

 

One : Number 31

  

Noguchi et Brancusi côtoient sans surprise celles de Kirchner, Kahlo, Chirico, Warhol,  Man Ray ou Matisse

 

Danse

 

 

Sachez que jusqu’au 5 mars 2018, la fondation parisienne Louis Vuitton met à l’honneur, dans le cadre de la superbe exposition « Etre moderne, le Moma à Paris « , plus de 200 chefs-d’œuvre issus des collections de l’iconique musée new-yorkais.

 

Comme je le confiais sur les réseaux sociaux du blog, j’y ai, la semaine dernière, retrouvé avec bonheur la Drowning Girl de Lichtenstein

 

 

 

le Baigneur de Cezanne, les Campbell Soup de Warhol, le portrait de Felix Fénéon de Signac 

 

 

et la Maison au bord de la voie ferrée d’Hopper.

 

 Autant de merveilles admirées,  cet été, au Moma.

 

Un musée qui, à l’instar du MET, se distingue , en second lieu, par ses expositions temporaires très pointues. 

 

 L’inédite  » Items : is Fashion Modern ? « , consacrée à la mode et en cours jusqu’au 28 janvier 2018, a d’ailleurs invité deux talentueuses designers du continent africain,  dont il a été question sur le blog en 2015 et 2016,  à y exposer, à ce titre, leurs créations.

 

Il s’agit de l’ivoirienne Loza Maleombho, titulaire de la marque éponyme, et de la ghanéenne Araba Stephens Akompi, fondatrice du label Stylista, ayant toutes deux participé, l’an dernier, à la célébration des 170 ans de la firme textile hollandaise Vlisco à Helmond.

  

Enfin, nulle visite au MOMA ne serait complète sans un arrêt au superbe jardin de sculptures Abby Rockfeller où la rose d’Iza Genzken rappelle celle installée à la Fondation parisienne Louis Vuitton.

 

 

 

 

THE GUGGENHEIM NEW YORK

 

 

 

 

A l’instar des Guggenheim Bilbao et Venise, ultérieurement construits,   le musée de New York séduit d’emblée par son atypique architecture, que l’on doit à  Frank Llyod Wright.

 

Ici,  les  courbes sont, en effet,  reines et les œuvres d’art se découvrent en suivant une rampe en spirale courant sur 6 niveaux.

 

 

22642907_10159383417735697_1503695352_o-min

FullSizeRender_1 (6)-min

 

 

Provenant de plusieurs collections privées ,  dont celle de son fondateur Salomon Guggenheim, 

 

Salomon Guggenheim, Hilla Rebay

 

 

 les pièces visibles au Guggenheim New-York sont représentatives de tous les courants artistiques majeurs.

 

Klee, Mondrian, Kandinsky, Calder, Pollock, Brancusi

 

22546912_10159381820515697_2012101046_o (2)

Le Miracle, Brancusi 

 

Modigliani

 

Le Sweater Jaune

 

 

Picasso, Van Gogh, Toulouse-Lautrec ou Chagall y ont, en conséquence, trouvé un fabuleux écrin.

 

Trois Baigneuses, Picasso

 

Montagnes à Saint Remy, Van Gogh

 

Au salon, Toulouse Lautrec

 

 

Paris par la fenêtre, Chagall

 

 

WHITNEY MUSEUM OF AMERICAN ART

 

 

 

 

 Rouvert, depuis mai 2015, dans un imposant édifice dessiné par l’architecte Renzo Piano,  le nouveau Whitney Museum est, au pied de la High Line, l’un des must see du quartier de Meatpacking.

 

Il suffit d’admirer son atypique structure, où prédominent spacieuses  et lumineuses galeries aux larges  baies vitrées,  escaliers extérieurs et terrasses bénéficiant d’incomparables vues panoramiques sur la Hudson River, la Highline ainsi que la skyline new yorkaise, pour s’en convaincre .

 

Pacific Red II

 

 

 

 

Le Whitney Museum est, ensuite, réputé pour la richesse de sa collection permanente ainsi que ses avant-gardistes biennales lesquelles offrent, via le travail de plusieurs milliers d’artistes, une impressionnante rétrospective sur  l’art moderne et contemporain Américain.

 

De Calder à Hopper, en passant par  Johns, Katz, Catlett et Warhol : tout le génie créatif du pays s’y trouve exposé.

 

 

A woman in the sun, Edward Hopper

 

Poker night, Thomas Hart Benton 

 

Bathroom, Roy Lichtenstein

 

Ada on Blue, Alex Katz

 

Calder, Red, White, Black and Brass

 

 Three flags,Jasper Johns

 

Difficile, en conséquence, de trouver meilleur endroit où parfaire ses connaissances en la matière.

 

Et pour tout vous dire, j’en ai été littéralement fascinée.

 

Avec « Icons that Matters« , visible jusqu’au 21 janvier 2018, le musée Maillol met d’ailleurs actuellement à l’honneur une soixantaine de pièces clé provenant de la collection Pop Art du Whitney Museum .

 

Lichtenstein, Wesselmann, Segal, Katz, Stevens, Ramber, Indiana et Warhol investissent l’antre parisien pour nous plonger au cœur d’un mouvement artistique qui émergea et connut son apogée du début des années 60 à la fin des années 70.

 

Empruntant aussi bien les codes de la publicité que ceux de la bande dessinée, leurs œuvres  ultra-colorées  dénoncent l’Amérique conservatrice de l’après guerre et critiquent, en outre, avec humour la société de consommation qui s’y développe.

 

Une visite que j’ai, pour ma part, adorée ! 

 

THE 9/11 MUSEUM

 

 

No day should erase you from the memory of Time, Virgile

 

 

Jouxtant le Mémorial du 11 septembre,  élevé sur le site des anciennes tours jumelles du World Trade Center  détruites lors des attentats de 2001,   le musée souterrain éponyme  est tout simplement bouleversant.

 

Dans une scénographie didactique et particulièrement étudiée se succèdent  poignantes vidéos et photographies,

 

vue sur le Lower Manhattan depuis le New Jersey, 11 septembre 2001

 

 

 

vestiges dégagés des lieux, camions de pompiers en partie carbonisés, 

 

restes de la  tour nord du WTC

 

escalier des Survivants

 

FullSizeRender (8)

 

témoignages oraux des rescapés et de leurs sauveteurs, avis de recherches

 

 

ou encore objets personnels ayant appartenus aux disparus. 

 

Mais l’émotion atteint véritablement son comble dans la galerie, où ont été accrochées leurs photographies accompagnées  d’un petit texte, dédiée aux milliers de victimes.

 

Mettre un visage sur un nom pour ne pas les oublier, ne pas oublier.

 

Le 9/11 Museum mène, enfin,  une réflexion sur la menace terroriste  et s’attarde plus particulièrement sur les différents attentats qui frappèrent  les Etats-Unis préalablement au 11 septembre 2001.

 

 

THE MET-CLOISTERS

 

 

 

Bucolique annexe du MET, située sur une colline de Fort Tryon Park et jouissant d’un panorama exceptionnel sur la Hudson River,  The Met-Cloisters mérite la visite à double titre. 

 

 

 

Son architecture, faite de cloîtres français reconstitués sur place et de multiples chapelles, ne laisse, en effet, personne indifférent.

 

Pas plus que les multiples jardins, où l’on s’arrête avec plaisir, qui y ont été aménagés.

 

Cloitre Saint Guilhem

 

 

 

A la beauté à couper le souffle de cet insoupçonnable décor,  s’ajoute la splendeur des oeuvres d’art médiéval qui y sont exposées.

 

En témoignent les éblouissants vitraux et sculptures 

 

La Vierge Marie et 5 saints

 

 

Buste de la Vierge, Prague

 

ainsi que les inestimables tapisseries, telle celle De la Licorne Captive .

  

 

 

Au Met-Cloisters , la remontée dans le Temps est donc véritablement au rendez-vous.

 

 

THE NEUE GALERIE

 

 FullSizeRender_2 (8)-min

Copie de Woman in Gold de Gustav Klimt, pouvant être photographiée au sous sol de la Neue Galerie

 

 

A seulement quelques pas du Guggenheim Museum,  un superbe hôtel particulier, construit en 1914, abrite une exceptionnelle collection  d’Art ( beaux arts et arts décoratifs) Allemand et Autrichien de la première moitié  du vingtième siècle.

 

Cette dernière peut, en effet, se targuer de compter plusieurs chefs-d’œuvres  signés Wagner, Moser,  Kokoschka,  Schiele,  Klee, Kirchner et, bien évidemment, Klimt.

 

Ses sublimes portraits d’Adèle Bloch Bauer, évoqués dans le billet consacré, il y a quelques mois, au marchand d’art français Paul Rosenberg,  y font ainsi incontestablement figure de pièces-maîtresses.

 

Mais hormis au sous-sol où il est permis d’immortaliser la copie du portrait d’Adèle Bloch-Bauer illustrant ce chapitre, les photographies sont interdites à la Neue Galerie.

 

Votre mémoire sera donc la seule gardienne de toutes les merveilles que vous y contemplerez.

 

  

STUDIO MUSEUM IN HARLEM

 

22560913_10159381852820697_23846031_o (2)

Lipstick Building, Meschac Gaba

 

 

Nul ne s’attend  en parcourant les rues de l’historique quartier d’Harlem à y découvrir un musée .

  

 

 

Qui plus est  exclusivement dédié à la promotion de l’Art afro-américain ainsi qu’à celle des œuvres venues des Caraïbes et du continent africain

 

Car la finalité poursuivie par le Studio Museum in Harlem (et sa directrice Thelma Golden), à travers sa collection permanente, le travail des artistes qui y sont en résidence et  ses expositions temporaires, est de braquer les projecteurs sur une production artistique, pour l’essentiel, méconnue du grand public.

  

 

FullSizeRender (4)-min 

Maria,  John Ahearn

 

Icons 2007-2017, exposition temporaire de Rico Gatson figurant d’importantes figures afro américaines

 FullSizeRender_2 (5)-min

Marvin Gaye

 

22550696_10159381852760697_1721475032_o (2)

 James Baldwin

 

 

 Qui pourrait, en effet, contester  à David Hammons, Zanehe Muholi , Kehinde Wiley, Barkley Hendricks, Wengechi MutuMalick Sidibé, James Van Der Zee,  Njideka Akunyili Crosby, Meschac Gaba ou Samuel Fosso, autant d’artistes exposés au sein des plus grandes institutions muséales internationales et dont les œuvres ont été présentées, ici, au cœur d’Harlem, leur statut de véritables hérauts ?

 

 FullSizeRender_2 (4)-min

Portrait of a woman, Geoffrey Holder

 

 I do pigeon toe, Henry Taylor

 

En arpentant ses couloirs j’y ai découvert de véritables trésors.

 

Dépêchez vous cependant d’aller visiter le Studio Museum in Harlem avant qu’il ne ferme temporairement ses portes, à compter de janvier 2018, pour travaux.

  

La réalisation du nouvel écrin, dont l’inauguration est prévue en 2021,  a été confiée à l’architecte anglo-ghanéen David Adjaye, concepteur,  entre autre,  de l’insolite Alara Concept Store à Lagos où du récent National Museum of African American History and Culture à Washington DC.

 

Je lis dans ce choix  opéré par Thelma Golden une inscription supplémentaire dans la ligne directrice adoptée par le musée.

 

 

 THE BROOKLYN MUSEUM :

 

FullSizeRender_2 (10)-min

 

 

Abritant plus d’un million d’objets, le magnifique  Brooklyn Museum, le deuxième plus grand de New-York après le MET, reste pourtant encore ignoré par de nombreux touristes.

 

 

A tort,  tant ses collections comptent inestimables sculptures,  joyaux issus des civilisations africaines, sud américaines et asiatiques ainsi que belles pièces d’art américain et européen.

 

Le tout couvrant  une période s’étendant de l’Antiquité à nos jours.

 

l’art égyptien est bien représenté au Brooklyn Museum

standing hippo, Egypte

 

coffin fragment showing mourning Isis

woman with earrings, roman period

 

pendant with bird-man figure, Colombie

 

22561150_10159383501445697_1705003341_o-min

Georges Washington, Gilbert Stuart

 

A little taste outside of love, Mickalene Thomas 

 

Mon premier coup de cœur sur les lieux a été pour l’exposition  Infinite Blue se déployant au premier niveau.

 

Qu’ils soient profanes, sacrés, anciens ou contemporains, les objets et textiles qui y sont présentés ont  tous pour dénominateur commun d’être de couleur bleue.

 

Subtile manière de nous convier à un instructif voyage dans le temps et l’espace.

 

22555878_10159381799280697_1158983271_o (2)

plate with abstracted leaf pattern, Maroc

 

Joseph Stella, The Virgin

 

cloth, Ukara, Igbo, Nigeria

 

 

Avoir la possibilité de pénétrer, ensuite,  dans une partie, ouverte au public, de ses réserves demeure  également un impérissable souvenir .

 

 

  Spacelander Bicycle, designed 1946, benjamin Bowden

 

Tout comme la découverte de The Diner Party.

 

Insolite table triangulaire, oeuvre de Judy Chicago,  rendant hommage à plusieurs femmes ayant compté dans l’Histoire.

 

FullSizeRender (10)-min

 

 

Impossible, enfin, de clore ce chapitre consacré au Brooklyn Museum sans évoquer ses magnifiques expositions temporaires.

 

« The Legacy of Launching »,  récemment achevée, s’interrogeait sur l’Histoire du racisme aux Etats-Unis  et plus spécifiquement celle liée aux lynchages tout en la mettant en relation avec des œuvres visibles dans le musée .

 

Poignante exploration dont j’ai précieusement gardé en mémoire cette citation de l’écrivain américain James Baldwin sur laquelle il convient de méditer :

 

FullSizeRender_1 (9)-min

 

 

L’ART DANS LA RUE

 

 

 Raf Urban, Bushwick

 

Loin de se cantonner aux cimaises des musées et galeries, l’Art se déploie, à New-York, aussi dans la rue.

 

Ouvrir l’œil c’est, par conséquent, être assuré de découvrir,  aux détours d’une avenue ou en levant la tête, une oeuvre d’art.

 

A l’instar des multiples sculptures installées un peu partout dans la ville.

 

 

 

Certaines, telles   Charging Bull ,

  

 FullSizeRender (6)

 

celles de Robert Indiana

 

FullSizeRender (13)-min

 

 

 ou du Rockfeller Center , sont continuellement prises d’assaut par les touristes.

 

Prométhée, Manship

 

Atlas portant la terre, Manship et Lawrie

 

D’autres, découvertes alors que je me dirigeais vers Wall Street ou arpentais la 42 nd Street, valent pourtant, à mon sens, tout aussi bien le détour.

 

Comment résister à la beauté de Groupe of Four Trees, sculpture de Dubuffet,

 

 

FullSizeRender_1 (3)

 

 

ou à cette Pumpkin de l’artiste japonaise Yayoi Kusama ?.

 

 

FullSizeRender_3 (6)-min

 

 

Reste que qui dit New-York & Art dans la rue pense immédiatement aux œuvres de Street Art.

 

oeuvre aperçue à MeatPacking

 

Né à New-York dans les années 70, ce mouvement artistique, considéré comme illégal, a depuis acquis ses lettres de noblesse.

 

S’exposant désormais dans les musées ( Art 42 et L’Aérosol  à Paris) , y compris les plus célèbres.

 

Les murs et façades du Lower East Side, de Little Italy, d’Harlem, de Spanish Harlem, 

 

street art dans le Lower East Side

 

street art entre le Lower East Side et  Chinatown

 

Street Art à Lille Italy

FullSizeRender_3 (10)-min

 

 

Street Art à Harlem et Spanish Harlem

22556050_10159381852715697_609342443_o (2)

 

de Dumbo, de Williamsburg et de Bushwick se sont donc transformés en toiles géantes sur lesquelles s’expriment la créativité d’artistes plus ou moins reconnus.

 

FullSizeRender_4 (2)

Shimizu + Stagmeister Dumbo

 

FullSizeRender_1 (2)

 street art à Williamsburg

 

Parmi les oeuvres à découvrir, nombreuses sont celles à avoir, ainsi, été signées par des figures emblématiques du mouvement.

 

Keith Haring a, notamment,  investi les toilettes du Lesbian, Gay, Bisexual et Transgender Community Center avec une fresque sexuelle très explicite intitulée Once upon a Time.

 

FullSizeRender_1 (7)-min

 

 

Shepard Fairey s’affiche, à Brooklyn,  sur un mur du quartier de Dumbo

 

 

 

tandis qu’Eduardo Kobra offre à Williamsburg cette inoubliable fresque représentant  Basquiat et  Warhol.

 

 

 

 Mais c’est à Bushwick, dorénavant transformée en  Mecque du StreetArt,

 

œuvre de Dface

 

qu’il faut désormais se rendre pour admirer quelques unes des plus belles peintures murales.

 

 

Autrefois très sinistré, ce quartier industriel de Brooklyn, aux entrepôts et immeubles presque en passe de s’écrouler,  connaît un renouveau grâce à l’inédite galerie de street-art à ciel ouvert imaginée par le Buschwick Collective .

 

 Un collectif rassemblant plusieurs sommités du milieu qui viennent  réaliser des fresques éphémères, régulièrement renouvelées,  sur  les murs, façades et devantures de magasins de Jefferson Street,Troutman Street et Saint Nicholas Avenue.

 

Celles du brésilien Sipros

 

 

 

et des français Raf Urban et Jef Aérosol ont recueilli toutes mes faveurs.

 

Serais je devenue chauvine ?

 

FullSizeRender_2 (13)-min

 

En tout état de cause, clôturer mon séjour new-yorkais sur cette dernière note d’art urbain, ne pouvait que ravir la passionnée de Street Art que je suis.

 

New-York, capitale américaine de l’Art ? Assurément mais pas uniquement .

 

Ce sera le sujet du deuxième post dédié à la Big Apple à paraître prochainement sur le blog.

 

 

 

 

 

Le Pigeon Voyageur

AUTEUR - Le Pigeon Voyageur

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez également partager avec moi vos impressions, émotions et pourquoi pas interrogations après lecture de cet article et découverte de ces photos (toutes prises par mes soins). Alors à vos plumes !

Aucun commentaire

Faire un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.