NEWSLETTER

Suivez le JPV sur

© JPV 2016 | Tous droits réservés.

Réalisé par Centrech

Journal d'un Pigeon Voyageur | HUE, LA CAPITALE IMPERIALE VIETNAMIENNE AU CHARME SURANNE
Un passeport virtuel pour découvrir le Monde hors des sentiers battus.
JPV, Voyages, Destinations, journal d'un pigeon voyageur, pigeon voyageur, le pigeon voyageur, Voyages en Afrique, Voyages en Europe, Voyages en Asie, Voyages en Amérique, gastronomie, îles, Art, Culture, Hôtels d'exception, Hôtes atypiques.
112
post-template-default,single,single-post,postid-112,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,qode-theme-ver-3.10,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
 

Blog

HUE, LA CAPITALE IMPERIALE VIETNAMIENNE AU CHARME SURANNE

  |   ARCHITECTURE, ASIE, GASTRONOMIE, HISTOIRE & DEVOIR DE MEMOIRE, HOTELS ATYPIQUES, HOTELS D' EXCEPTION, MOMENTS D EVASION, PATRIMOINE DE L'UNESCO, TOUS, VIETNAM   |   4 Comments

 

entrée de la Cité Pourpre, Citadelle, Hué
 
 
 Durant mon périple vietnamien de l’été dernier, j’ai découvert près d’une dizaine de sites et villes du pays. 
 
 
Chacun d’eux a réussi, à sa façon, à me séduire.
 
 
Hanoi, la capitale politique du Vietnam réunifié, par l’empreinte indélébile de l’Oncle Ho et la culture du pays mêlée à un soupçon de présence française .
 
 
Hoi An, par le charme de son port ainsi que ses nombreux temples et maisons magnifiquement restaurés comme je vous le racontais déjà ici.
 
 
Les 2 Baies d’Along, terrestre et maritime, par la magnificence de leurs paysages, presque surréels !
 
 
Danang par ses plages et surtout son musée consacré à l’art Cham.
 
 
L’ancienne Saigon,  la capitale économique  mais aussi la ville la plus moderne du Vietnam, par sa grouillante agitation et ses nombreux gratte ciel.
 
 
Et enfin la région du Delta par son fleuve nourricier le Mékong et l’une de ses villes  .
 
( Vous savez maintenant de quoi parleront mes prochains articles consacrés à ce pays ).
 
 
Mais une ville manque à l’appel de cet itinéraire que je viens de vous retracer brièvement, celle qui sera l’objet de mon article d’aujourd’hui.
 
 
Il s’agit d’Hué, cité paisible et culturelle, située au centre du Vietnam.
 
 
J’ai choisi, par gain de temps, d’y atterrir, plutôt que de m’y rendre en empruntant la route mandarine.
 
 
Ainsi,  un soir du mois d’août, après 3 jours de ballade à Hanoï (qu’il me tarde d’ailleurs de vous raconter), j’ai enfin foulé le sol de l’ancienne capitale vietnamienne.
 
 
A peine arrivée et alors que la voiture dans laquelle j’avais pris place depuis l’aéroport se faufilait dans les rues moyennement éclairées de Hué, le visage de cette ville, en partie classée au patrimoine de l’Unesco, m’est apparue comme celui du véritable Vietnam.
 
Celui d’antan.
 
Je ne saurais vous expliquer objectivement ce sentiment diffus que j’ai ressenti à ce moment là..
 
 
Il devait cependant être quelque peu fondé puisque ce dernier s’est ostensiblement renforcé durant mon séjour.
 
 
Était ce dû à la pérennité, de 1802 à 1945, de son ancien statut de capitale impériale sous la dynastie des N’guyen ?
 
 
Je le crois. 
 
 
Mais ne vous méprenez pas !
 
 
Car à côté de la Hué Impériale, au charme presque suranné mais toujours envoûtant, s’est également construite une autre Hué, plus moderne, où se côtoient restaurants, bars, hôtels renommés, plusieurs ponts, musée de l’oncle Ho ou Fondation d’art moderne installée dans une ancienne bâtisse coloniale.
 
 
De quoi permettre finalement d’ alimenter, sans forcer, deux voire trois jours de visites !
 
 
Avec quelques mois de recul, je suis persuadée que c’est ce mélange des genres, auquel je ne m’attendais pas, que j’ai apprécié.
 
 
Forte de ma halte de 48 heures à Hué,  voici donc les 5 incontournables que vous ne devrez manquer, à mon sens et pour rien au monde, si vous y faites escale.
 
 
ARRÊTEZ VOUS A LA PAGODE DE LA DAME CÉLESTE
 
tour octogonale en arrière plan et cérémonie liée aux ancêtres à l’entrée de la Pagode de la Dame Céleste
 
 
 Situé à quelques kilomètres au sud de la ville, ce site regroupant pagode bouddhique, bâtie au 17 ème siècle, mais aussi d’autres édifices, est le premier des 5 lieux que j’ai visité à Hué.
 
 
J’ai tout de suite été séduite par son emplacement offrant un panorama tout à la fois apaisant et majestueux.  En surplomb de la Rivière des 5 parfums, sur les berges de laquelle attendent les sampans  dont je vous parlerai un peu plus loin.
 
 
Cela n’augurait que de bonnes choses !
 
 
Avant d’atteindre la pagode principale, après avoir franchi un portique  à 3 entrées, mon regard a tour à tour été hypnotisé par les jolis pylônes se trouvant en haut des vertigineuses marches donnant accès au site.
 
 
Puis par la tour octogonale, édifiée quant à elle au 19 eme siecle, d’une vingtaine de mètres de haut et à 7 niveaux ( représentant les 7 réincarnations de bouddha) qui se trouve peu après cette entrée.J’ai aussi été émerveillée par les 2 pavillons latéraux cachant pour l’un une gigantesque cloche en bronze gravée de signes et pour l’autre une sculpture de tortue, de mémoire, en marbre.
 
 
   Je me suis ensuite dirigée vers la fameuse pagode principale où m’attendait, pour la première fois, une scène à laquelle j’allais de nouveau assister plus tard durant mon séjour.
 
 
En effet, devant cette dernière, et en plein soleil,  toute une famille ( hommes, femmes, personnes âgées, adolescents et une petite fille) priait religieusement et célébrait, avec ferveur, le culte de ses ancêtres.
 
 
 Pour se faire, des offrandes avaient été apportées et un homme allumaient des bâtons d’encens.
 
 
Je n’arrivais pas à détacher mon regard de cette famille qui, bien qu’entourée de nombreux touristes ne manquant pas de l’observer avant de pénétrer dans la pagode, ne semblait pas faire grand cas de notre présence.
 
 
Au contraire, elle poursuivait l’accomplissement des rites en toute sérénité,  solennité et sans se départir de sa concentration.
 
 
Un exploit dont j’étais admirative !
 
 
 
Après quelques minutes, je me suis enfin résolue à entrer dans la pagode.
 
 
J’avais au préalable laissé mes sandales à l’entrée
 
( vous n’avez pas oublié comme je vous le disais déjà ici que la règle numéro un est de se déchausser avant de pénétrer dans tout lieu sacré au Vietnam et en Asie d’une façon générale)
 
 
   Ma toute première vision a été celle d’une statue d’un Bouddha en bronze plutôt rond et presque hilare, se dressant devant moi.
 
 
Tout autour, les traditionnelles lampes blanches et les fondations rouges de la pagode ne manquaient pas non plus à l’appel .
 
 
Derrière ce Bouddha se trouve « le saint des saints » ou j’ai pénétré par mégarde, n’ayant pas vu le panneau indiquant « prayers only » qui se trouvait à l’opposé.
 
 
Le lieu est, en effet, réservé à la prière des fidèles et aux bonzes.
 
 
Me rendant compte de ma méprise, j’en suis très vite ressortie tout en ne quittant pas du regard l’autel où là encore s’étalaient de nombreuses offrandes.
 
 
Bientôt un bonze vint sonner à intervalle réguliers un gong.
 
 
C’était tout simplement fascinant.
 
 
Après quelques minutes, je suis ressortie de la pagode et je l’ai contournée.
 
 
Un peu plus loin sur ma gauche, je suis passée devant une Austin bleue, ayant appartenu à un bonze.
 
 
C’est à bord de celle-ci qu’il s’était rendu, en 1963,  à Saigon où il s’est immolé pour protester contre la répression menée alors par le régime sudiste, pro américain, contre les bouddhistes.
 
 
Une photo de cette épisode est d’ailleurs accrochée au dessus de la voiture.
 
 
Impossible de  rater, par ailleurs et sur la droite, le jardin, lequel confère au site son aspect parfaitement bucolique.
 
 
A côté de la kyrielle de fleurs, de différentes espèces, qui y croissent, on y retrouve également  de nombreux  bonsais, quelques bassins et un autre joli monument.
 
 
 
Malgré la chaleur accablante, à l’origine des ruisseaux de sueur qui perlaient sur les fronts et trempaient les vêtements de tous les touristes qui y déambulaient, au moment ou j’ai découvert cette pagode, j’ai vraiment apprécié la quiétude qui se dégageait de ses lieux.
 
 
Etais – je en train de devenir bouddhiste ?
 
 
Time will tell 🙂
 
 
l’entrée du site

 

 

la tour octogonale
la tortue
la cloche le portique menant à la pagode principale
 

 

 

la pagode dans toute sa splendeur

 

 

 

 

 

 

la famille en pleine cérémonie devant le temple

 

l’entrée du temple, remarquez les chaussures 🙂

 

 

 

le fameux Bouddha

 

 

le Saint des Saints

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le bonze
 

 

 

le bonze et l’Austin bleue les jardins

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
OPTEZ POUR DES MOYENS DE TRANSPORT INSOLITES
 
 
sampan berges de la Rivière des 5 Parfums, au pied de la Pagode Céleste
calèche à la Citadelle
motos sur le pont d’Avignon, euh non d’Hué
 
Le SAMPAN
 
Rivière des 5 Parfums
 
 
  C’est l’embarcation idéale pour une ballade sur la Rivière des 5 Parfums, qui soit en dit en passant, en ce mois d’août, n’en avait que le nom.
 
 
 Stationnant le long de la berge, au pied de la Pagode de la Dame Céleste, il est IMPOSSIBLE de rater ces bateaux, hyper colorés, à tête de dragons !
 
 
   A défaut de pousser la promenade jusqu’aux mausolées impériaux ( sur lesquels je m’étalerai davantage un peu plus loin), vous pouvez  vous contenter d’une demie heure ou d’ une heure de sampan au fil de l’eau.
 
 
 
Une pause qui est encore plus agréable lorsque le soleil estival est au zénith ! J’en parle en connaissance de cause.
 
 
A vous donc la contemplation de la rivière, de ses beaux ponts mais aussi des habitants  s’affairant sur les rives.
 
 
   Quant à moi, le sampan sur lequel j’ai embarqué appartenait à une famille qui vivait à bord et proposait, en outre, à ses clients la vente de divers objets fabriqués localement.
 
 
C’est ainsi que j’ai rapporté de cette tranquille échappée un joli petit cochon sculpté en bois qui a depuis trouvé sa place dans mon salon :).Allez, je vous montre tout cela en images 🙂

 

embarcadère de sampans au pied de la Pagode Celeste
 

 

 

le sampan sur lequel j’ai embarqué
 

 

 

 

 

des riverains s’affairant au bord de la rivière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Motos vs Tuk Tuk vs Calèche
 
dans les tuks tuks d’Hué

 

 
Un autre moyen de découvrir la ville consiste à prendre un taxi moto, pour les plus courageux, ou, pour les autres, à monter à bord d’un tuk tuk.
 
 
Pour un voyage plus romantique, je vous conseille les calèches 🙂
 
 
Vous en trouverez d’ailleurs dans l’enceinte de la Citadelle !
 
  En tout état de cause, un seul mot d’ordre: n’omettez pas de porter votre masque anti poussière puis profitez des charmes, certes un peu bruyants, de la ballade à travers les ponts et les ruelles de la ville.
 
Une agréable découverte je vous assure !
 
 
Si si !
 

 

 

 

 

instants volés dans les rues lors de ma promenade en tuk tuk
 

 

 

 

 

NE MANQUEZ PAS LA CITADELLE IMPÉRIALE
 
 
 
urne dynastique, Citadelle

 

 
 
J’ai découvert cette impressionnante forteresse le lendemain de mon arrivée à Hué.
 
 
Inspirée par la Cité Interdite chinoise, sa construction a débuté au 19 ème siècle sous la houlette de l’empereur Gia Long,fondateur de la dynastie des Nguyen.
 
 
   L’arrivée en tuk tuk, après le franchissement d’une magnifique porte perçant le premier mur d’enceinte, n’en a été que plus mémorable !
 
 
Un peu plus loin, face à la porte du Midi, entrée principale de la citadelle divisée en plusieurs portes (dont celle du milieu était réservée à l’usage exclusif de l’empereur tandis que les autres servaient aux mandarins, aux soldats et aux bêtes) se dresse la tour du Drapeau, laquelle est surmontée par celui du Vietnam (bien évidemment).
 
Il était désormais  temps pour moi d’aller découvrir de plus près les autres enceintes de la cité impériale.
 
 
 
A ce stade, je me dois de vous indiquer que ses bâtiments  ont souffert des incessants bombardements ayant eu lieu durant la guerre américaine et notamment au cours de l’offensive du Tet au début de l’année 1968 .
 
 
Beaucoup sont donc encore en ruine malgré l’effort de restauration mis en place depuis l’inscription des lieux au patrimoine de l’Unesco.
 
 
Passée la porte du midi puis le pont, je me suis retrouvée sur l’esplanade des salutations  précédant le palais de la Suprême Harmonie.
 
 
Ce dernier, où se tenaient les cérémonies officielles, abrite le trône de l’empereur.
 
 
Là j’ai pu visionner un film en 3D, superbement réalisé, reconstituant l’architecture de la Cité puis scruter une maquette géante ayant la même finalité.
 
 
Puis j’ai rejoins l’esplanade, au dragon et aux chaudrons en bronze,  menant à la Cité Pourpre.
 
 
Celle ci, où résidaient l’empereur et sa famille, était le lieu le plus sacré de la cité. Dès lors, seuls ces derniers ainsi que leurs eunuques pouvaient y pénétrer.
 
 
   Même si les lieux sont désormais envahis par la végétation, j’ai pu néanmoins jeter un œil au théâtre royal  avant de me diriger, toujours sous une chaleur accablante, vers le temple Te Mieu, lequel est consacré à la dynastie des empereurs N’guyen.
 
 
Là encore, j’ai pu apprécier cet environnement rouge et or, les différents autels ainsi que l’arbre généalogique s’arrêtant au dernier empereur décédé, à la fin des années 97, en exil en France après son abdication en 1945.
 
 
Depuis ce temple, j’avais une très belle vue sur la cour précédant le Pavillon des Splendeurs, l’édifice le plus haut de la citadelle, où se trouvent 9 gigantesques urnes en bronze, gravées de différents symboles, symbolisant le règne de chacun des empereurs de cette dynastie.
 
 
Après une exploration de près de deux heures, je suis ressortie de la Citadelle par la porte de l’Est, impatiente à l’idée de découvrir de nouveaux attraits touristiques de la ville d’Hué.
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VISITEZ AU MOINS L’UN DES 7 MAUSOLÉES IMPÉRIAUX
 
 
Ming Mang
 
theâtre au mausolée de Tu Duc

 

  
 
Au sud d’Hué, 7  beaux mausolées impériaux ont été construits, pour la plupart au 19 ème siècle, qui méritent que l’on s’y arrête et que l’on s’y attarde si l’on dispose d’un peu de temps.
 
 
Il s’agit de ceux de Duc Duc, Dong Khanh,Thieu Tri, Khai Dinh, Gia Long, Ming Mang et Tu Duc.
 
 
En effet, ces derniers ont été édifiés, à la campagne et de leur vivant, par les empereurs de la dynastie N’guyen, dont je vous parlais en introduction, qui désiraient y reposer.
 
 
Mais, pour moi, leur attrait réside dans leur agencement architectural commun  à savoir : un mausolée situé au cœur d’un parc, un temple, des stèles évoquant la vie de l’empereur, un jardin luxuriant, des plans d’eau ainsi qu’une grande cour des salutations comprenant des statues d’animaux( chevaux et éléphants) ainsi que des serviteurs ( mandarins civils et militaires) prêts à servir le disparu dans l’au-delà.
 
 
Faute de temps je me suis résolue à n’en visiter que 2, les plus aboutis si je m’en réfère aux guides touristiques que j’avais emporté avec moi, dont je vais à présent vous parler.
 
 
Pour y accéder, deux options s’offrent à vous selon le temps de visite dont vous disposez.
 
 
Ainsi, les plus pressés, comme moi,  s’y rendront en voiture ( ce ne sera alors qu’une affaire d’une dizaine de minutes), pour les autres ces visites pourront constituer les étapes de votre croisière en sampan sur la rivière des 5 parfums comme je vous l’indiquais ci-dessus
 
 Attendez vous dès lors à une expédition de plusieurs heures.
 
 
Mausolée de MING MANG
 
 

 

  
 

C’est par celui- là, construit au cours de la première moitié du 19 ème siècle et l’un des plus éloignés, de part sa situation géographique, d’Hué, que j’ai entamé ma découverte de ces édifices.

 
 
Autant vous dire tout de suite que le mausolée, construit sur un axe unique, du deuxième roi de la dynastie des Nguyen, en impose !
 
 
Une très grande enceinte, des cours d’eau, une abondante végétation, de nombreuses statues de pierres et plusieurs cours. Mais aussi des pavillons, dont celui contenant des stèles ou celui dit de la lumière, des temples, des ponts et enfin une butte, néanmoins inaccessible aux visiteurs, abritant la sépulture de l’empereur.
 
 
Une jolie ballade d’une heure au terme de laquelle j’étais toutefois exténuée, 37 degrés affichés au thermomètre en ce début d’après midi, oblige.
 
 
Une halte rafraîchissante s’imposait donc !
 
 
 
C’est donc avec beaucoup de joie que je me suis installée dans ce petit café improvisé ayant pris ses quartiers à quelques mètres seulement de la dernière sépulture de l’empereur Ming Mang.
 
 
Quel kiff  que celui de pouvoir enfin se désaltérer avec notamment du jus de canne tout juste pressé.. !
 
 
Je disposais désormais de tout le carburant nécessaire pour poursuivre mon itinéraire en allant à la découverte du second mausolée impérial.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Mausolée de TU DUC
 
 

 

   Construit sur deux axes, dans la seconde moitié du 19 ème siècle  par le 4 ème empereur de la dynastie N’guyen et le seul n’ayant pas eu de descendance, Tu Duc est le second mausolée que j’ai visité.
 
 
Et je crois que malgré la beauté indéniable du premier, j’ai eu un coup de cœur pour celui là. 
 
 
Le premier axe concentre le parc fleuri, les temples, le palais et le lac.
 
 
Ainsi, j’ai adoré me retrouver,  à l’entrée du site , devant le pavillon sur pilotis construit au dessus d’un plan d’eau où les nénuphars règnent en maître (comme d’ailleurs partout dans le pays en ce mois d’août).
 
 
Goûter aux graines de lotus, au goût de châtaigne, offertes par une vietnamienne assise sur les marches de l’escalier menant au Palais de la Modestie, situé à gauche du pavillon des pilotis et transformé en temple après la mort de l’empereur, est aussi un souvenir qui ne me quittera pas de sitôt.
 
 
Tout comme découvrir dans une autre cour, l’autre particularité des lieux, à savoir un théâtre impérial à la couleur rouge dominante, aux sièges or et couleur sang ainsi qu’ au plafond orné de constellations.
 
 
J’ai ensuite erré, quelques minutes, dans l’ancien quartier réservé aux concubines et aux eunuques où un groupe de français achevait sa visite guidée.
 
 
    Je ne pouvais pas quitter le mausolée sans me rendre sur la tombe de l’empereur, se trouvant quant à elle sur le deuxième axe que j’évoquais précédemment.
 
 
Mais avant d’y accéder j’ai du franchir plusieurs enceintes ainsi qu’une cour des salutations pour ne finalement découvrir qu’un ensemble austère.
 
 
Tout ça pour ça me suis-je alors dit !
 
 
Même si le site de Tu Duc est celui que j’ai préféré, j’ai moins apprécié la présence, plus significative,  (comparativement à Ming Mang) des marchands qui s’y sont installés.
 
 
Ils vendent un peu tout, dont notamment des chapeaux coniques, l’un des symboles du pays comme je vous l’expliquais déjà ici et dont le berceau de création est à Hué, et n’importe quoi (ainsi des poupées à l’effigie de Psy, le créateur coréen de Gangnam Style côtoient notamment des bonbons à la menthe).
 
 
J’ignore si la présence de nombreux touristes coréens au Vietnam y est pour quelque chose 🙂

 

entrée du site
les stands des marchands à l’entrée du mausolée
 

 

 

le pavillon sur pilotis
 

 

 

 

la cour des Salutations
 

 

 

 

 

décorations de pylônes

 

 

 

 

 

l’accès au tombeau
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

un petite soif ?
vente de chapeaux coniques sur le site
graines de lotus
palais de la Modestie

 

 

 

 

 

 

 

 

arbre en feuille d’or
 

 

le théâtre
 

 

 

 

 

 

plafond constellé

 

 

 

quartier des eunuques et des concubines
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

ART DE VIVRE
 
rouleaux de printemps crus
bar de l’hôtel la Résidence
Une gastronomie  à se pourlécher les babines
incontournable soupe pho avec un ingrédient inédit : des tripes..on aime ou pas 🙂

 

   Comment pourrais je clôturer cet article sans un traître mot pour la gastronomie et les hôtels ?
 
Impossible.
 
 
A Hué, je me suis encore une fois régalée (mais il faut avouer que la cuisine vietnamienne compte de succulents plats).
 
   Je n’ai pas regretté mon escale dans le restaurant La Carambole, dans lequel je me suis rendue, en tuk tuk,  en début de soirée alors que la température dans la ville s’était  désormais rafraîchie  !
 
 
Signe de la qualité de sa cuisine, le restaurant était, à 20h30, déjà plein.
 
 
Touristes, étrangers vivant sur place mais également locaux y dégustaient de savoureux plats vietnamiens et ce, jusque dans l’arrière cour !
 
 
La Carambole propose un savoureux menu « dégustation », bon rapport/qualité prix, permettant de goûter à tous les grands classiques de la cuisine du pays.
 
 
Cela devrait vous plaire 🙂
 
   Si vous le pouvez, ne manquez pas, par ailleurs, d’aller « à la source »  en visitant le marché Dong Ba
 
 
Un marché couvert, situé à quelques encablures de la Citadelle, où restaurateurs et particuliers s’approvisionnent en produits d’une extrême fraîcheur !
 
 
Malheureusement je n’ai pas pu le visiter car j’y suis parvenue en début d’après-midi alors que son activité commerciale tournait déjà au ralenti.
 
 
C’est bien connu, le meilleur moment pour prendre le pouls d’un marché c’est de s’y rendre en tout début de matinée.
 
 
Tant pis, cela ne valait donc plus le coup que je m’y arrête.
 
Même si j’étais un peu déçue, je me suis consolée à l’idée d’avoir pu, quelques jours auparavant, arpenter celui d’Hanoï.
 
 
Et en tout état de cause, je savais pertinemment que  ceux de Saigon et du  Mékong  allaient me réserver quelques jolies surprises !
 
 
Mais ça on reparle dans quelques semaines 🙂
 
 
L’escale Dong Ba étant tombée à l’eau,  j’ai décidé d’improviser un rapide crochet par Phu Cat, ce quartier habité majoritairement pas la population chinoise et se situant à proximité du marché.
 
 
Je ne fus donc pas étonnée d’y trouver, comme j’allais également plus tard le découvrir à Hoi An ou à Saigon, des temples et des maisons communes, emblématiques de cette communauté.
 
 
C’est au moment précis où j’ai pénétré dans Phu Cat que mes deux appareils photo numériques ont décidé, de concert, de se décharger.
 
  Je n’ai donc pas d’images de ces jolis demeures et temples à vous présenter.
 
 
Sorry !
 
 
J’ espère avoir plus de chance la prochaine fois 🙂
 
marché
 
fried rice
 
nem

 

Le kiff de dormir dans l’ancien palais du Gouverneur
tableau dans l’aile nouvelle de l’hôtel La Résidence
 
Si vous désirez revivre un peu de l’atmosphère prévalant au début des années 30, La Résidence, l’ancienne villa coloniale du gouverneur aujourd’hui reconvertie en un très bel hôtel appartenant au groupe français Accor, sera le lieu idéal.
 
 
Je retiens de cet établissement son magnifique bar, situé à l’entrée de l’hôtel, à l’atmosphère feutrée et qui plus est  …rouge, ma couleur préférée !
 
 
Mais aussi l’élégant jardin, les jolies chambres, les nombreuses photos accrochées au mur, la piscine ou encore les expositions de tableaux dans plusieurs parties communes de l’hôtel.
 
 
De plus, cet établissement, à l’écart du brouhaha de la ville et aux abords de la Rivière des 5 Parfums, permet de se requinquer le plus sereinement  possible.
 
 
l’entrée de l’hôtel

 

 

le bar
 

 

 

 

art dans les couloirs
 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voila vous savez désormais tout de mes coups de cœur à Hué !
 
 
A bientôt pour de nouvelles aventures en terre vietnamienne 🙂
 
 
Le Pigeon Voyageur

AUTEUR - Le Pigeon Voyageur

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez également partager avec moi vos impressions, émotions et pourquoi pas interrogations après lecture de cet article et découverte de ces photos (toutes prises par mes soins). Alors à vos plumes !

4 Commentaires
  • Avatar

    LadyMilonguera@Talons hauts et sac a dos | Jan 15, 2015 at 13 h 30 min

    C'est vrai qu'on se croirait un peu à une autre époque…

    • Le Pigeon Voyageur

      Le Pigeon Voyageur | Jan 15, 2015 at 20 h 06 min

      je ne te le fais pas dire LadyMilonguera 🙂

  • Avatar

    eatraveling | Fév 7, 2015 at 11 h 48 min

    Superbe ! Ca me rappelle mon voyage au Vitenam avec quasiment les mêmes étapes. Sauf Danang (on avait fait Dien Bien Phu et Sapa)

    • Le Pigeon Voyageur

      Le Pigeon Voyageur | Fév 7, 2015 at 14 h 02 min

      Merci beaucoup Eatraveling ! J'ai encore quelques autres articles sur le Vietnam à publier mais j'aurais bien aimé faire une escale dans le nord du Pays, et notamment à Sapa, et dans la cuvette de Dien Bien Phu par souci historique. Malheureusement il fallait faire un choix. Ce sera pour une autre fois 🙂
      Le Vietnam est si beau 🙂

Faire un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.