NEWSLETTER



Suivez le JPV sur

© JPV 2016 | Tous droits réservés.

Réalisé par Centrech

Journal d'un Pigeon Voyageur | OSLO OU L’ENVOÛTANTE CAPITALE NORVÉGIENNE AUX MULTIPLES FACETTES
Un passeport virtuel pour découvrir le Monde hors des sentiers battus.
JPV, Voyages, Destinations, journal d'un pigeon voyageur, pigeon voyageur, le pigeon voyageur, Voyages en Afrique, Voyages en Europe, Voyages en Asie, Voyages en Amérique, gastronomie, îles, Art, Culture, Hôtels d'exception, Hôtes atypiques.
27749
post-template-default,single,single-post,postid-27749,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,qode-theme-ver-3.10,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
 

Blog

OSLO OU L’ENVOÛTANTE CAPITALE NORVÉGIENNE AUX MULTIPLES FACETTES

  |   ARCHITECTURE, ART & CULTURE, EUROPE, GASTRONOMIE, HISTOIRE & DEVOIR DE MEMOIRE, HOTELS, HOTELS ATYPIQUES, HOTELS D' EXCEPTION, NATURE, NORVEGE, TOUS, VOS ENVIES   |   No comment

Smoking Gun, Pushwagner

Pushwagner Gallery, Oslo

 

 

Ultime escale de mon récent road trip norvégien , la pluriséculaire Oslo m’a, comme Bergen avant elle, immédiatement séduite.

 

 

 

 Nonobstant les températures négatives, le vent glacial et les flocons de neige automnaux qui, en cette fin du mois d’octobre,  annonçaient pourtant déjà l’ imminence de l’hiver.

 

 Faisant fi des contingences climatiques, l’irrésistible charme de cette capitale, nichée au cœur du fjord éponyme, opère, en effet, à mesure qu’on la découvre. 

 

Car comment nier la singularité plurielle d’Oslo  ?

 

A la fois Haut-lieu d’Architecture & de Design,  bouillonnante scène artistique scandinave, ville Green par excellence et théâtre, contre toute attente, d’une indiscutable effervescence culinaire .

 

Autant de prismes, ayant guidé mon immersion, qu’il me tardait donc de partager ici avec vous.

 

 

OSLO, VILLE D’ARCHITECTURE & DE DESIGN :

 

Damstredet

 

 

Déambuler à travers les quartiers d’Oslo permet de mesurer à quel point l’architecture de la cité témoigne tant d’une volonté de préserver les traces du passé que de s’inscrire dans une absolue modernité.

 

Ainsi, les photogéniques ruelles pentues de Damstredet, Telthusbakken

 

Damstredet

 

 

et  Kampen offrent, avec leurs petites maisons colorées en bois, une fascinante remontée temporelle. 

 

Kampen

 

Ailleurs, les immeubles, plus imposants, de l’ancien quartier ouvrier, aujourd’hui en pleine métamorphose, de Grunerlokka révèlent une esthétique, non dénuée de charme,

 

 

 

dont l’élégance atteint néanmoins son paroxysme dans les enclaves de Frogner et Bygdoy Allé, situées à l’ouest de la ville,  où les propriétés cossues sont légion.

 

Mais c’est à travers d’ ultra contemporaines constructions que le second visage architectural d’Oslo se révèle.

 

au cœur de l’Opéra

 

 

Qu’il s’agisse  :

 

 

. de quartiers branchés, abritant entreprises, immeubles d’habitation, hôtels et restaurants, tels les iconiques Barcode 

 

 

 

, Akkerbrygge et Tjuvolmen (anciens docks, entrepôts et chantiers navals désormais réhabilités)

 

horloge du quai d’Aker Brygge

 

marina d’Aker Brygge

 

immeubles à Tjuvholmen

 

 

 

. d’hôtels atypiques, avec un coup de cœur pour l’emblématique The Thief, un cocon conjuguant de la plus belle manière luxe discret, Art, extraordinaires panoramas, bien être, design léché, haute gastronomie,

 

 

et l’insolite Oslo Guldsmeden.

 

 

 

. de boutiques aménagées avec goût

 

Luck Oslo

 

. de  ponts,

 

pont Nordenga

 

pont piétonnier d’Akrobaten

 

 

. de musées ,

 

tremplin de saut à ski d’ Holmenkollen, musée du Ski

 

Musée Astrup Fairnley

 

 

ou de monuments iconiques.

 

A ce titre, le Radhus (Hotel de Ville) et l’Opéra font figure d’incontournables escales. 

 

Radhus

 

Opéra

 

 

Au-delà de son architecture et de ses fresques rappelant les épisodes clés de la nation, l’attrait du premier tient aussi, en effet, au statut de lieu particulièrement symbolique qui lui a été conféré.

 

Car tous les 10 décembre  s’y déroule, en présence de la famille royale norvégienne, la grandiose cérémonie de remise de prix rendant hommage au( x) lauréat (s) ( en cas d’attribution conjointe comme ce fut par exemple le cas, en 1993, avec Nelson Mandela & Frederik de Klerk, ou, en octobre 2018, avec Denis Mukwege et Nadia Murad) s’étant, deux mois auparavant, vu décerner  le Prix Nobel de la Paix par un comité nommé par le parlement norvégien.

 

 Pénétrer au cœur de l’Hotel de Ville revient donc à toucher du doigt une part de l’Histoire universelle.

 

Radhus

 

salle des banquets

 

the city council assembly room

 

fresque Human Rights, Storstein Room

 

fresques dans le hall central de l’hôtel de ville

 

 

Quant au superbe Opéra, inauguré en 2008,

 

 

 

l’explorer, lors d’une visite obligatoirement guidée, réserve de bien belles surprises.

 

Difficile, ainsi, de choisir entre la beauté de son extraordinaire structure, imaginée par le cabinet d’architecture norvégien Snohetta, mêlant avec brio marbre de Carrare, bois, aluminium et verre ,

 

foyer de l’Opéra avec ses immenses baies vitrées et son mur en chêne tout en courbes

 

The Other Wall, oeuvre d’Olafur Eliasson, foyer d’ l’Opéra

 

les incomparables perspectives offertes depuis son toit, la magnificence de son auditorium (qu’il est cependant interdit de photographier) accueillant représentations d’opéras et ballets sans oublier la découverte des ateliers de confection de costumes, celle des scènes mais également des maquettes des décors conçus.

 

Croyez moi, l’immersion vaut le détour !

 

OSLO, BOUILLONNANTE SCÈNE ARTISTIQUE :

 

The Couple, Louise Bourgeois, Ekerbergparken

 

Loin de se circonscrire à l’unique célébration, débutant pourtant dès les couloirs de l’aéroport, de l’acclamé peintre expressionniste norvégien Edvard Munch,

 

portrait de Munch  visible au musée Munch d’Oslo

 

la Séparation, oeuvre de Munch visible à l’aéroport d’Oslo

 

 

l’offre culturelle osloite atteste d’une diversité dont les Musées, Galeries d’art, œuvres de Street Art et sculptures installées dans l’espace public rendent indiscutablement compte.

 

Parmi mes institutions muséales coup de cœur figurent  :

 

. La Galerie Nationale

 

 

 

Où les plus emblématiques chefs-d’œuvres d’Edvard Munch 

 

La Madone

 

Rue Lafayette

 

Death in the Sickroom

 

Le Cri

 

côtoient ceux d’autres talentueux artistes.

 

Fussent ils norvégiens, scandinaves , européens ou américains.

 

Struggle for survival, Christian Krogh

 

Albert’s son, Andrew Wyeth

 

The Last Shots, Arne Ekeland

 

In the month of june, Laurits Andersen Ring

 

At the night bar, Emil Nolde

 

Poor couple in a cafe, Pablo Picasso

 

Autoportrait, Vincent Van Gogh

 

Modigliani

 

Merveilles picturales auxquelles viennent, de surcroît, s’ajouter sculptures, pour certaines antiques,  et  icônes médiévales russes particulièrement bien conservées.

 

Woman in the guise of Isis, 1 st century BC, unknown artist

 

The presentation of Christ in the temple, Novgorod school

 

 

. Le Musée Munch

 

Self portrait with bottles, Munch

 

 

Dans cet antre dédié à Edvard Munch, les aquarelles, tableaux, dessins, gravures et lithographies, constituant la collection léguée par l’artiste à la ville d’Oslo, se laissent découvrir au gré d’ expositions temporaires. 

 

Lesquelles plongent, inévitablement, le spectateur dans un univers, entre autre, régit par les thèmes de l’enfance, la nature, la mort, la sexualité , l’angoisse et la solitude. 

 

Me laisser happer par l’émotion se dégageant de ses expressifs portraits n’aura, en conséquence, été qu’une affaire de quelques instants.

 

Separation

 

Nude with long red hair

 

Jealousy

Melancholy, Munch

 

Alpha & Omega, Munch

 

 

Jusqu’au 13 janvier 2019, les tableaux d’Edvard Munch dialoguent, par ailleurs, avec le travail de Marlène Dumas, pour qui il demeure  une importante source d’inspiration , au sein de l’irrésistible exposition Moonrise.

 

Evil is banal

 

La non moins  célèbre artiste contemporaine sud-africaine y réinterprétant, avec force sensibilité et parfois sensualité, plusieurs toiles, telles The Kiss ou la Mort de Marat, du maître norvégien.

 

The Kiss, Marlène Dumas (écho à The Kiss d’Edvard Munch)

 

Against History, Marlène Dumas

(écho à la Mort de Marat de Jacques-Louis David et aussi d’Edvard Munch)

 

 

. Musée historique des bateaux Vikings

 

bateau d’Osberg

 

 

A une dizaine de kilomètres en voiture du centre d’Oslo, plusieurs musées ayant pris leurs quartiers sur la bucolique presqu’ile de Bygdoy proposent une fascinante immersion dans l’ère Viking.

 

Celui consacré à 3 millénaires drakkars, transformés en embarcations funéraires après avoir vogué sur les mers, m’a littéralement époustouflée.

 

bateau d’Oseberg, datant du 9 eme siècle

 

Mais à vrai dire comment aurait il pu en être autrement face aux incroyables pièces exposées,  en grande partie découvertes intactes dans des tombes situées près du fjord d’Oslo, racontant la culture de ce peuple scandinave depuis disparu ?

 

bateau de Gokstad, datant du 10 eme siècle

 

poteau à tête animale retrouvée sur le site d’Oseberg

 

. le Centre Nobel de la Paix

 

Alfred Nobel

 

Aussitôt le seuil de la fondation franchi, la finalité poursuivie par le Centre Nobel de la Paix s’affiche aux yeux de tous grâce à :

 

l’installation The Piece Cloud qui dévoile le visage de l’ensemble des récipiendaires de cette illustre distinction , 

 

 

 

et Make Peace Great Again, un mantra détournant le slogan électoral du président américain Donald Trump.

 

 

 

Escale phare de l’édifice, la salle des Nobels permet ensuite, via un instructif et interactif dispositif permanent, d’en apprendre davantage sur chacune des 128 personnalités ou organisations internationales ayant, depuis la création du prix en 1901, été récompensées :

 

Martin Luther King (1964), Amnesty International (1977), Mère Térésa (1979), Ellie Wiesel (1986) , Nelson Mandela (1993) ,   Koffi Annan (2001), Wangari Maathai (2004), Barack Obama (2009) , Ellen Johnson Sirleaf (2011) ou encore, la plus jeune récipiendaire,  Malala Yousafzai  (2014) pour ne citer qu’eux .

 

 

Lauréats 2018 et ayant précédemment reçus le prix Sakharov, Nadia Murad et Denis Mukwege voient ainsi leur combat dénonçant l’emploi de violences sexuelles, comme armes de guerre, à l’encontre des femmes davantage mis en lumière.

 

Autant de brutalités que tous deux connaissent, malheureusement, bien :

 

Nadia Murad pour les avoir vécues dans sa chair, après avoir, en tant que membre de la minorité irakienne chrétienne yazidie, été réduite en esclavage sexuel par les djihadistes de l’Etat Islamique

 

 

et le gynécologue Denis Mukwege parce qu’il « répare » depuis près de 20 ans, au sein de l’hôpital de Panzi qu’il a ouvert, le corps des femmes victimes de viols dans le Kivu.

 

Province située à l’est de la République Démocratique du Congo, son pays natal,  en proie, depuis des décennies, à de violents conflits armés. 

 

 

 

 

Mais le Centre Nobel de la Paix se distingue également par la qualité de ses expositions temporaires.

 

 « Tell the World about us », en cours jusqu’au 1er avril 2019,  en est une poignante illustration :

 

Des prisons d’Asie à celles d’Afrique, d’Europe ou d’Amérique Latine ;  des lieux d’exil à ceux où l’on est contraint de se cacher pour ne pas exposer  » sa différence », les émouvants clichés en noir et blanc du photographe Rune Eraker dévoilent le visage de celles et ceux, victimes d’injustices et privés de liberté, dont on ne parle pas.

 

 

 

. Le Musée d’Art Contemporain Astrup Fairnley

 

Eulogy, Damien Hirst

 

Architecture  à couper le souffle, évoquée plus haut dans ce billet, signée Renzo Piano, possession d’une riche collection permanente abritant des œuvres d’ artistes d’exception, le musée privé d’Art contemporain Astrup Fairnley peut

 

Gilles Aillaud looking at reality through a hole next to an indifferent  colleague, Eduardo Arroyo

 

The High Priestess, Anselm Kiefer

L’orage & l’ouragane, Germaine Richier

 

aussi se targuer d’organiser de superbes expositions temporaires.

 

Dévoilant œuvres érotiques et réalisations plus emblématiques, à l’instar d’Hulk et Michael Jackson with Bubbles , celle mettant en ce moment à l’honneur Jeff Koons ne pourra que vous ravir. 

 

Three ball total equilibrium Tank

 

Triple Hulk Elvis III

 

Michael Jackson and Bubbles

 

Mémorial Cobblestone

 

 

Sous l’impulsion de l’artiste allemand Gunter Demning, le musée Juif d’Oslo a, en 2010, choisi  d’inaugurer un inédit  mémorial voyant son itinéraire se dessiner au cœur de l’espace public osloite.

 

Où plus de deux cents pavés, insérés dans les trottoirs situés à proximité des adresses qui furent les leurs avant d’être arrêtées, font renaître  le souvenir des membres de la communauté juive ayant été victimes de la Shoah .

 

 Nom, date de naissance, date et lieu de déportation ainsi que date de décès  témoignant , en effet, du destin brisé d’hommes, femmes, enfants et nourrissons, coupables, en vertu de l’ idéologie nazie, d’être nés juifs.

 

Complémentaires des musées, les galeries proposent, ensuite,  d’autres mémorables immersions.

 

Rien de mieux pour s’en convaincre  que de faire escale à la Pushwagner Gallery exposant, dans le quartier arty de Tjuvholmen, le travail pop art de Terje Brofos, dit Hariton Pushwagner, peintre  majeur de la scène artistique contemporaine norvégienne .

 

Cadillac

 

Bingo

 

Un univers particulièrement coloré qui s’affiche également, non loin de la galerie précitée, sur les façades de Skur 13,  ancien entrepôt accueillant dorénavant un skate park .

 

 

Kings Cross

 

Subway Kid

 

Car oui, le développement du street art concourt aussi à l’effervescence culturelle d’Oslo.

 

 Révélant à travers les œuvres imaginées par des artistes locaux et étrangers un tout autre visage de la ville.

 

Urban Zebra, Martin Whatson

 

Keep Dreaming, Zone

 

Roekoe, Super-A

 

Munch, Steffen Kverneland et Monica Tellnes

 

The Treasure Hunter, Inti

 

Alice Pasquini

 

C215

 

L’omniprésence de l’Art à Oslo se lit, enfin, dans un paysage urbain marqué par d’imposantes sculptures exposées aux yeux de tous.

 

Qu’elles le soient dans le port , les parkings,  les rues 

 

She lies, Monica Bonvicini, port d’Oslo face à l’Opera

 

 

Le Tigre, Elena Engelsen, gare d’Oslo

 

One foot in the grave, parking de Tjuvholmen

 

Fearless Girl,  Karl Johans Gate , Kristen Visbal

 

Fist & Rose

 

place  Christiana Torv, quartier de Kadvaraturen , fontaine-sculpture de la main qui désigne.

 

 

ou au sein des trois jardins, accessibles gratuitement, spécialement aménagés à ce titre.

 

Face au fjord d’Oslo, le parc de Tjuvholmen,  jouxtant le musée Astrup Fairnley, rassemble ainsi neuf œuvres d’art que l’on doit à plusieurs artistes contemporains d’envergure internationale.

 

Eyes, Louise Bourgeois

 

Splat, Franz West

 

Untiltled, Anish Kapoor

 

Moonrise, East November, Ugo Rondinone

 

Avec ses 200 statues, en bronze, granit ou fer forgé, l’atypique parc de Vigeland , abrité depuis le milieu du 20 eme siècle au sein du parc de Frogner, offre, ensuite, une inoubliable échappée dans l’univers du sculpteur norvégien Gustav Vigeland.

 

Dont les hommes, femmes, jeunes enfants et bébés, représentés à tous âges et en perpétuel mouvement, sont d’un réalisme pour le moins troublant.

 

sculptures installées sur le pont

 

Dancing young woman before june 1930

 

Running man with boy on his back

 

 

Man Liftin woman in front of himself

 

Man Lifting elderly man

la fontaine

 

en arrière plan le monolithe de granit où se dessinent 121 corps

 

porte en fer forgé menant au monolithe

 

Mais ce n’est que lors de l’exploration du magnifique parc public d’Ekerberg que j’ai finalement pris toute la mesure de cette exclusive symbiose entre Art et Nature mise en place par les autorités municipales.

 

Impossible, en effet, de rêver meilleur écrin où contempler,  tout en dominant la photogénique baie d’Oslo, les sculptures de Paul McCarthy, Aristide Maillol, Auguste Rodin, Salvador Dali, Louise Bourgeois, Gustav Vigeland ou encore des frères Chapman issues de la collection du riche homme d’affaires norvégien Christian Rignes .

 

 

Reclining woman, Fernando Botero

 

Vénus de Milo aux tiroirs, Salvador Dali

 

Dilemma, Elmgreen & Dragset

 

Ekeberg Pavillion, Dan Graham

 

Nue sans draperies, Aristide Maillol

 

Walking Woman, Sean Henry

 

Sturm und Drang, Jake and Dinos Chapman

 

Reflections, Guy Buseyne

 

OSLO, UNE CAPITALE OU LA NATURE EST REINE

 

 

 

Entourée d’un fjord ainsi que d’une multitude d’îles, cernée de plages, lacs, forets, collines et possédant plusieurs parcs outre jardins, Oslo, désignée capitale verte européenne 2019, jouit d’un environnement préservé où la nature est absolument reine.

 

Un atout dont touristes et habitants profitent avec bonheur quelque soit la saison.

 

 

 

 

vue depuis vippa

 

 

 

points de vue offerts depuis le parc d »Ekeberg

 

 

lac Sognsvann

 

 

OSLO, UNE VILLE GASTRONOMIQUE

 

The Thief Food Bar, restaurant de l’hotel The Thief

 

 

Le vent de renouveau gastronomique qui souffle sur Oslo ne souffre pas la discussion.

 

En attestent les nombreuses adresses trendy qui, partout dans la capitale, contentent petites et grandes faims ou permettent de faire une pause salvatrice autour d’un délicieux café ou de savoureux cocktails.

 

Véritable institution , tenue par un barista et torréfacteur renommé, le café Tim Wendelbow fait figure d’intimiste cocon où le café ainsi que toutes ses variantes sont préparés avec doigté.

 

 

A l’heure de l’apéritif, mettez ensuite le cap sur deux magnifiques bars.

 

Le premier, installé, dans un cadre feutré, au rez-de-chaussée de l’hôtel The Thief , sert d’inoubliables créations trouvant leur inspiration dans les œuvres d’Art aussi bien exposées au sein de l’établissement qu’à l’adjacent musée Astrup Fairnley.

 

 

 

Quant au Himkok, désigné 20 ème meilleur bar du monde, en 2017, après seulement deux ans d’existence,  il rappelle dans ses moindres détails les speakeasy américains  :

 

De l’atmosphère intimiste aux lumières tamisées. De l’atelier de distillation où aquavit et gin, entrant dans la composition des breuvages concoctés, sont élaborés, aux  mixologues démontrant toute l’étendue de leurs talents derrière le bar .

 

Y prendre place c’est donc avoir l’assurance de vivre une inoubliable expérience . 

 

 

 

Investi par différents stands proposant quelques classiques de la cuisine norvégienne outre de délicieuses spécialités venues d’Ailleurs (Syrie, Ethiopie, Mexique, Inde, Italie), Vippa, l’insolite entrepôt réaménagé sur les anciens docks du port, constitue, ensuite, une autre séduisante escale.

 

 

 

Bénéficiant, qui plus est, des services d’un DJ et d’une vaste terrasse depuis laquelle Oslo se laisse, avec bonheur, embrasser du regard.

 

Mais autant d’ores et déjà le savoir, l’adresse reste, en dépit d’une ouverture remontant au printemps 2017, toujours très courue.

 

A raison.

 

 

 

Reste qu’ un autre entrepôt industriel attire inexorablement les foodistas vers l’est de la ville : le marché couvert de Mathallen.

 

Où, sur plusieurs niveaux, stands de producteurs locaux, poissonnerie, boucherie, pâtisserie, boulangerie, bars et multiples restaurants, promouvant aussi bien le terroir norvégien que les cuisines internationales, se succèdent dans un joyeux brouhaha.

 

Installés à l’une ou l’autre des tablées en bois réparties sur l’ensemble du site céderez vous à la tentation de goûter à tous les mets répandant dans l’air leur alléchant fumet ? 

 

Hitchhiker café

 

 

 Néanmoins toutes ces adresses ne sauraient conduire à occulter l’existence d’établissements ayant à cœur de sublimer les produits régionaux de façon moderne.

 

Je pense tout d’abord au restaurant-bar Brutus.

 

Un repaire d’habitués et de gourmets avertis qui, au cœur du quartier alternatif de Toyen,  bouleverse les papilles avec ses inattendues assiettes-tapas contemporaines réalisées à partir de produits locaux.

 

 

Huître, poisson, légumes, flatbaka (pain sans levain) ou encore astarpungar (beignet sucré) sont, en effet, réinventés, dans une simplicité qui n’est qu’apparente, au sein d’une cuisine ouverte où le chef islandais et sa mini-brigade opèrent en toute décontraction. 

 

 

 

Puis, changement d’atmosphère chez :

 

. Tophhem, une élégante brasserie qui séduit autant par son cadre très cosy que par les mets ( tacos au porc et épaule d’agneau notamment ) à partager qui ont contribué à sa renommée.

 

 

 

. et à l’élégant Thief Food Bar, la table prisée de l’ hotel The Thief.

 

Plus classique, la cuisine n’en demeure pas moins, ici, parfaitement exécutée et dressée avec soin. 

 

Se régaler papilles et pupilles, what else ? 

 

St jacques, pommes, chou fleurs et truffe

 

tarte mangue-chocolat blanc et sorbet mangue

 

 Enfin, avec 6 établissements étoilés au Guide Michelin, dont un trois étoiles, Oslo confirme, si besoin encore était, son statut de scène gastronomique scandinave sur laquelle compter.

 

Distingué en 2016, le très cosy restaurant Kontrast assure donc un mémorable voyage des papilles auquel j’ai succombé avec délice.

 

 

 

Car ici l’ode aux produits saisonniers norvégiens, que les menus quotidiennement imaginés par le Chef  magnifient avec originalité  , est permanente.

 

Et pour tout vous dire jamais noix de saint jacques, betterave, agneau ou langoustines ne m’auront, à ce point,  fait atteindre le nirvana culinaire.

 

  Bonheur !

 

Un substantif qui, à bien y réfléchir, reste le maître mot de mon escapade à  Oslo.

 

quelques mets servis au Kontrast

poisson blanc cru

 

saint jacques et pommes

langoustines et champignons

 

 

Le Pigeon Voyageur

AUTEUR - Le Pigeon Voyageur

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez également partager avec moi vos impressions, émotions et pourquoi pas interrogations après lecture de cet article et découverte de ces photos (toutes prises par mes soins). Alors à vos plumes !

Aucun commentaire

Faire un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.