NEWSLETTER
Suivez le JPV sur

© JPV 2016 | Tous droits réservés.

Réalisé par Centrech

Journal d'un Pigeon Voyageur | RIAD DAR ZYNE OU LE NOUVEAU DESTIN D’UN ANCIEN PALAIS NICHE AU CŒUR DE LA MÉDINA DE TUNIS
Un passeport virtuel pour découvrir le Monde hors des sentiers battus.
JPV, Voyages, Destinations, journal d'un pigeon voyageur, pigeon voyageur, le pigeon voyageur, Voyages en Afrique, Voyages en Europe, Voyages en Asie, Voyages en Amérique, gastronomie, îles, Art, Culture, Hôtels d'exception, Hôtes atypiques.
34044
post-template-default,single,single-post,postid-34044,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,qode-theme-ver-3.10,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
 

Blog

RIAD DAR ZYNE OU LE NOUVEAU DESTIN D’UN ANCIEN PALAIS NICHE AU CŒUR DE LA MÉDINA DE TUNIS

  |   AFRIQUE, ARCHITECTURE, ART & CULTURE, GASTRONOMIE, HOTELS, HOTELS ATYPIQUES, TUNISIE, VOS ENVIES   |   No comment

 

patio, riad Dar Zyne

 

 

Au cœur de la médina de Tunis, jouxtant le pittoresque souk El Blat, devenu le pré-carré des herboristes, la rue du Trésor porte assurément bien son nom.

 

Elle qui, derrière le magnifique portail jaune ouvragé sis au numéro 11, cache le pluriséculaire palais Dar Khojet El Khil.

 

 

Joyau patrimonial tunisois que les époux Zayani ont, aux termes de minutieuses restaurations, choisi de métamorphoser en une irrésistible maison d’hôtes baptisée Dar Zyne.

 

 

Ouverte au cours de l’été 2019, l’adresse fait contre attente, si l’on se réfère à son emplacement au milieu des marchés, figure de confidentiel havre de paix où passé et présent coexistent avec harmonie.

 

 

 

Puisque non content de mettre à l’honneur l’Histoire, la Culture, l’Art et les savoir-faire tunisiens,

 

 

 

Dar Zyne s’ancre aussi, par le biais d’une décoration pensée avec goût, dans une élégante, mais non ostentatoire, esthétique contemporaine.

 

 

 

De cet audacieux parti pris découle donc l’incroyable cachet signant tout le charme du riad.

 

Comment, en effet, ne pas se laisser subjuguer par l’architecture des lieux, héritage préservé d’un 16 ème siècle témoin de leur érection ?

 

 

 

Puis par celle des 4 confortables chambres aménagées, sur deux niveaux,

 

 

autour d’un patio intérieur investi par les plantes et entièrement baigné de lumière ?

 

 

 

Possédant chacune une identité propre,

 

oeuvre de Zied Lasram

 

dessin d’Hedi Turki

 

 

celles-ci sont autant d’îlots de quiétude.

Où l’on revient, avec bonheur, se ressourcer après avoir arpenté l’envoûtant dédale constitué par les ruelles de la vieille ville.

 

 Avant de les quitter à nouveau, en l’absence de table d’hôtes au sein du riad, pour aller déjeuner ou dîner dans l’un des établissements que le très serviable personnel (avec une mention spéciale pour Aziz et Cyril) vous aura conseillé et, au besoin, réservé.

 

A l’inverse, il en est autrement quand sonne l’heure, au préalable déterminée par chaque hôte, du petit-déjeuner.

 

Servi individuellement sur les tables installées dans la cour ou celles dressées, le long de la balustrade, à proximité des chambres situées à l’étage, il offre une pantagruélique escale gustative.

 

 

Mêlant saveurs occidentales et délices culinaires tunisiens.

 

 

En toute simplicité.

 

Notion, allant de pair ici avec une indéniable authenticité, qui à mon sens définit l’expérience que les propriétaires de cette véritable maison de caractère ont souhaité faire vivre aux voyageurs.

 

Car en leur donnant toute latitude pour s’approprier l’espace, ils instillent non seulement en eux la conviction que cette demeure serait bel et bien un autre home way from home mais contribuent également à leur faire toucher du doigt, sur place ou via les visites guidées de la médina organisées, toute la richesse de la Culture tunisienne.

 

Une philosophie, rompant avec celle prévalant dans les grands complexes hôteliers pour lesquels le pays du Jasmin était jusque là connu, à laquelle j’ai été sensible lorsque le temps du choix de mon hébergement à Tunis fut, il y a quelques semaines, venu :

 

Prendre mes quartiers dans un lieu ayant une âme;

 

Un lieu dont l’Histoire pourrait se lire à travers ses murs, un lieu enveloppé de sérénité, un lieu qui donnerait de l’importance à la rencontre avec l’Autre;

 

Un lieu qui, enfin, se dresserait au cœur de cet ensemble urbain classé, en 1979, au Patrimoine de l’Unesco : tels étaient mes critères de recherche.

 

Autant de desiderata auxquels, force est de constater, le magnifique riad Dar Zyne, où j’ai fin décembre passé un séjour enchanteur, a parfaitement répondu.

 

 

 

Le Pigeon Voyageur

AUTEUR - Le Pigeon Voyageur

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez également partager avec moi vos impressions, émotions et pourquoi pas interrogations après lecture de cet article et découverte de ces photos (toutes prises par mes soins). Alors à vos plumes !

Aucun commentaire

Faire un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.