NEWSLETTER

Suivez le JPV sur

© JPV 2016 | Tous droits réservés.

Réalisé par Centrech

Journal d'un Pigeon Voyageur | DE HANOI A SAIGON, MON RESUME DU VIETNAM EN VINGT MOTS
Un passeport virtuel pour découvrir le Monde hors des sentiers battus.
JPV, Voyages, Destinations, journal d'un pigeon voyageur, pigeon voyageur, le pigeon voyageur, Voyages en Afrique, Voyages en Europe, Voyages en Asie, Voyages en Amérique, gastronomie, îles, Art, Culture, Hôtels d'exception, Hôtes atypiques.
156
single,single-post,postid-156,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.1.2,vc_responsive
 

Blog

p1180432

DE HANOI A SAIGON, MON RESUME DU VIETNAM EN VINGT MOTS

  |   ARCHITECTURE, ASIE, GASTRONOMIE, HISTOIRE & DEVOIR DE MEMOIRE, HOTELS ATYPIQUES, HOTELS D' EXCEPTION, MOMENTS D EVASION, NATURE, PATRIMOINE DE L'UNESCO, TOUS, VIETNAM, VOS ENVIES   |   4 Commentaires
 
 
Pêcheur sur le Mékong. Cai Be
 

  

« GOOD MORNING VIETNAM » :)
 
 
   2014 est l’année du Vietnam, pays le plus visité d’Asie du Sud Est, en France.
 
 
Mais bien avant d’avoir connaissance de cela je nourrissais déjà le désir de visiter ce pays lequel n’avait de cesse de me fasciner.
 
 
Et franchement il y avait de quoi !
 
   Culture, ses sites inscrits, à titre naturel ou culturel, au patrimoine de l’Unesco, dont quelques uns que j’allais voir, ses paysages bucoliques ainsi que son incontournable gastronomie !
 
 
Oui, comme vous l’avez déjà compris, la définition du voyage chez moi englobe  également une découverte culinaire du pays dans lequel je me rends :)
 
 
On ne change pas une équipe qui gagne n’est ce pas ?
 
 
Vous avez dit PICTURES ??!!!
 
 
En tout état de cause, avant de rentrer dans le vif du sujet de ce présent article et en attendant de vous raconter, de façon plus exhaustive, chacune de mes pérégrinations à travers le Vietnam, j’aimerais déjà vous faire débuter ce voyage, qui a été pour moi magique, à travers quelques clichés.
 
Ceux ci vous donneront déjà un minuscule, mais vraiment infime, aperçu de la beauté de ce pays.
 
 
D’ailleurs, on comprend mieux pourquoi l’Unesco a été convaincu de la nécessité de classer certains de ses sites au patrimoine mondial de l’humanité !
 
 
Tout autant  que moi, j’espère que vous succomberez à la beauté de la Baie d’Along terrestre, puis à celle, plus connue mais tout autant magique, de la Baie d’Along, au charme inouï et préservé de la capitale Hanoi ainsi qu’à la beauté des nombreux temples, pagodes et palais de l’ancienne cité impériale Hué.
 
 
Vous ne devriez pas non plus rester de marbre devant les superbes vestiges de My Son, le plus grand sanctuaire du royaume Cham, considérée comme l’Angkor Vietnamien, exposés au musée éponyme de Danang  ou devant les vieilles demeures que vous découvrirez en flânant, le nez au vent, dans les ruelles de l’ancien port d’Hoi An.
 
 
Peut être serez vous déroutés par l’effervescente et plus moderne Saigon, désormais Ho Chi Minh ville , indéniablement aux antipodes d’Hanoi.
 
 
Cette dernière  a cependant beaucoup d’attraits pour qui prend le temps de la découvrir :)
 
Vous voilà prévenus.
 
 
Enfin, la découverte ici et   du Delta du Mékong, grenier à riz et verger du Vietnam, à travers ses canaux, rizières, vergers, marchés flottants et ses petites villes devrait vous laisser un souvenir impérissable !
 
   Allons, trêve de bavardage, il est déjà temps d’embarquer pour la première étape de notre voyage au Vietnam :)

 

Vue sur la Baie d’Along, classée au patrimoine naturel, depuis une grotte

 

les îlots de la baie

 

Passer une nuit dans la baie sur l’un de ses bateaux: WORTH IT !

 

Petite plage où se détendre dans la Baie d’Along
Cyclopousse dans les rues d’Hanoi
Mausolée de l’Oncle Ho, Hanoi
Pont rouge menant au temple Ngoc Son sur le lac Hoan Kiem, de nuit, Hanoi
Lampions dans un temple communal des bijoutiers, Quartier des 36 Corporations, Hanoi
Mur d’enceinte de la Citadelle , Hué (plusieurs monuments d’Hué sont classés au Patrimoine Culturel)
entrée de la Cité Pourpre, Citadelle, Hué
à l’intérieur du Mausolée Tu Duc, Hué
Dragon à l’entrée de la Cité Pourpre, Hué

Quelques pièces du Musée Cham à Danang

 

 

 
Pont japonais, entrée de la vieille ville (classée au patrimoine Culturel). Hoi An
les rizières d’Hoi An
la plage d’An Bang Beach. Hoi An
quais du port d’Hoi An
Entrée de Hoa Lu, ancienne capitale royale. Baie d’Along Terrestre

 

Pagode de Bich Dong. Baie d’Along Terrestre

 

en route pour le Grottes de Tam Coc. Baie d’Along Terrestre

 

Une des 3 grottes de Tam Coc. Baie d’Along Terrestre
Marché de Cholon, quartier chinois, Saigon
Tour la plus haute de Saigon, 68 étages, avec son héliport
Entrée du restaurant Temple Club (où Angelina et Brad Pitt ont diné) , Saigon
Musée des Vestiges de la Guerre, Saigon, Photo de « la fille au Napalm » prise par le photographe Nick Ut
Vinh Long, Delta du Mékong

 

Le Delta du Mékong est bien le verger du pays: bananiers, papayers et j’en passe
Temple Caodaiste à Cai Be, Delta du Mékong

 

Poisson grillé terminé, Vinh Long, Delta du Mékong

 

Marché flottant de Cai Rang, Delta du Mékong

LOVE AT FIRST SIGHT !

 

Début août 2014, 11 heures et demie de vol et 5 heures de jetlag plus tard, j’ai atterri à Hanoi, la capitale vietnamienne, d’où j’allais débuter un périple de deux semaines qui allait me mener jusqu’au Delta du Mékong, au sud du pays.

 

Je suis tombée amoureuse du Vietnam dès les premières heures passées à déambuler dans les rues d’Hanoï!

 

Ne vous avais je pas dit que j’étais une warrior ?

 

Oui il faut inévitablement l’être pour commencer à visiter une ville, sitôt descendue de l’avion, et alors même qu’on doit lutter pour ne pas tomber de sommeil.

 

    Mon attrait pour le Vietnam ne s’est pas démenti par la suite. 

 

Bien au contraire!

 

Il s’est même renforcé, au fil de ma progression vers le sud du pays, pour, les derniers jours, atteindre son paroxysme alors qu’assise, dans une petite embarcation en bois, je fendais les flots d’un des bras du Delta du Mékong.

 

Sur l’un des bras du fleuve Mékong, Vinh Long, delta du M2KONG
 
 Si deux semaines ne sauraient, à elles seules, suffire pour prétendre saisir la substantifique moelle d’un pays, je reste tout de même persuadée qu’elles permettent de ressentir l’essentiel.
 
 
C’est cela, ma perception du Vietnam en ce mois d’août 2014, que j’aimerais à présent partager avec vous.
 
 
Car d’Hanoï, au nord, à Saigon au sud, et en dépit des différences climatiques, gastronomiques et culturelles, certaines données restent intangibles.
 
 
DÉFINIR LE VIETNAM EN QUELQUES MOTS ….
 
 
Ainsi, et à titre d’article introductif à ma série consacrée au Vietnam, voici les 20 mots qui sont, à mon sens, suffisamment représentatifs du pays de l’Oncle Ho tel que je l’ai vu.
 
 
J’espère que cet avant propos saura suffisamment vous donner l’eau à la bouche pour vous inciter, à votre tour, à partir à la découverte de ce beau pays.
 
 
Ready ? Sin Chao (bonjour) VIETNAM !
 
 
 Vous avez dit CHALEUR ?
 
 
La canicule, un substantif qui prend tout son sens au mois d’août au Vietnam
 
 
   Note à moi même pour mon prochain voyage : ne pas sous estimez les informations climatiques indiquées dans les guides touristiques !
 
 
En préparant mon voyage j’avais pourtant bien lu que l’été n’est pas la meilleure période pour visiter ce pays : mousson et températures élevées oblige !
 
Mais que pouvais je faire ?
 
 
J’avais une irrépressible envie de découvrir ce pays d’Asie du Sud Est et mes contraintes professionnelles ne me permettaient pas de décaler mes dates de voyage.
 
Par ailleurs je me disais que la chaleur, ça me connaissait !
 
 Après avoir vécu 17 ans dans un pays tropical, où soleil et températures plutôt élevées règnent sans partage quasiment toute l’année, j’avais forcément acquis une résistance à la chaleur, avais je bien naïvement pensé.
 
 
Avec quelques jours de recul, je peux désormais, sans honte, avouer, que je me suis lourdement trompée !!
 
Dès ma sortie sur le tarmac de l’aéroport d’Hanoï, j’ai compris que, pour une fois, les bulletins météo  communiqués à bord étaient véridiques.
 
 
Il n’était que 7 heures du matin mais la température avoisinait déjà les 30 degrés.
 
Le temps de récupérer mes bagages je transpirais déjà à petites gouttes !
 
Cela promettait.
 
 
Plus tard et croyant me rassurer, une réceptionniste de l’hôtel m’a indiquée, tout sourire, que les températures à Hanoi étaient à présent douces (tout est vraiment relatif) car le thermomètre avait frôlé les 40 degrés les quelques jours précédents mon arrivée!
 
 
DOUX SEIGNEUR MARIE JOSEPHE :)
 
 
Le ton était donné, il n’y avait plus qu’à espérer que je résiste à ce temps qui s’annonçait suffocant !
 
 
J’ai finalement bénéficié, et ou subi selon les moments,  tout au long de mon séjour d’un climat tropical dont je me serais bien passée: soleil ardent dès 7 heures du matin, ne permettant même pas de petit déjeuner en extérieur, chaleur sans nom avec des températures oscillant entre 34 et 39 degrés (grâce auxquelles j’ai pu, naturellement et sans frais, augmenter mon bronzage naturel :) ).
 
A 23 heures il faisait encore 27 degrés à Hanoi ou à Saigon, c’est dire !
 
 
Hoi An, Hotel Victoria, Prévision météo à 10 heures du matin. Plutôt un  bon jour !
plage privée de l’hotel Victoria. Ciel bleu presque permanent durant tout mon séjour
 
 
Humidité et transpiration tu supporteras !
 
 
Mais, pour moi, le plus difficile à supporter a été sans conteste le taux  d’humidité record, oscillant entre 80 % (dans le nord du pays à Hanoi) et 60 % dans le sud, dont l’air était imprégné en ce mois d’août.
 
 
Corollaires de ce taux d’humidité : une transpiration, compagne de tous les instants, ainsi qu’une fatigue indescriptible, en fin de journée, après plusieurs visites.
 
 
J’ai même été prise de vertiges, pendant quelques minutes, lors de la visite de la cité impériale de Hoa Lu, qui se déroulait en fin de matinée en plein cagnard.
 
 
Je n’ai dû mon salut qu’à la présence d’un ventilateur, tournant à plein régime, dans une petite salle d’un des temples.
 
 
Je n’en revenais pas !
 
Même en Afrique je n’ai pas à ce point chaud !
 
 

Mousson or not Mousson ?

 

   L’été est également la saison de la mousson, ces pluies qui surviennent sans discontinuer et qui peuvent, à elles seules, gâcher un programme de visites!

 

C’est cela que je redoutais le plus.

 

Il n’y a, en effet, rien de pire que de visiter une ville sous une pluie battante, vêtue d’un k-way, en portant, d’une main, un parapluie et en tentant, de l’autre, d’immortaliser les paysages.

 

Pluie battante à 14 heures à Saigon
La Baie d’Along sous la pluie à 7 heures du matin
Découvrir les villages flottants de la Baie d’Along sous la pluie
 
Heureusement, j’ai plutôt été chanceuse de ce coté là et n’ai eu, en tout et pour tout, que 3 demi journées de pluie sur 15 jours de vacances.
 
Et encore!
 
 
La plupart du temps ces grosses averses, qui survenaient souvent dans l’après midi, ne duraient que d’une à trois heures, laissant ainsi la possibilité de reprendre ensuite une activité normale !
 
 
A vrai dire, ces pluies étaient plutôt salvatrices car elles avaient le mérite de rafraîchir l’atmosphère : à Saigon, notamment, j’ai vu le thermomètre chuter de 34 à 28 degrés après un épisode pluvieux de 2 heures !
 
 
Découvrir le Vietnam, au mois d’août, est donc une expérience à privilégier pour les résistants au soleil.
 
Pour les autres choisissez une autre saison!  
 
Vous voila prévenus :)
 
 
Gimme the LIGHT :)
 
S’il y’a bien une similitude entre le Japon et le Vietnam c’est cette propension à la lumière excessive une fois la nuit tombée !
 
 
Le Dieu Lumière dans tous ses états !
 
   En effet, les criards néons des nombreuses enseignes de restaurants, bars, boutiques, salons de massage, karaoké et rues touristiques, toujours très( voire trop bien) éclairées la nuit, rivalisent d’ingéniosité pour en mettre plein la vue, c’est bien le cas de le dire, aux passants !
 
Café à Saigon en début de soirée
tour et rues de Saigon vers 23 heures
les rues d’Hanoi éclairées de nuit.
Même la Tour de la Tortue sur le lac Hoan Kiem d’Hanoi est éclairée de nuit
enseigne d’un bar/boite à Saigon
restaurant rue Catinat (rebaptisée Dong Khoi) à Saigon à 18 heures
enseigne d’une boutique à Saigon à 17 heures
Intérieur d’une vieille demeure dans le quartier historique de Hoi An. Lanternes allumées à midi
Maison Phu Khong, Hoi An
lobby de l’hotel Esmeralda à Nin Binh, 18 heures
 
Cet excès de lumière change même la physionomie de certaines villes une fois la nuit tombée.
 
 
Ainsi la vieille ville d’Hoi An est éclairée à l’aide des nombreux lampions dont elle regorge.
 
 
lampion allumé à midi, Pont japonais, vieille ville Hoi An.
Hotel Victoria Hoi An, 21 heures
rue d’Hoi An. ces lanternes seront allumées à la tombée du jour
 
 
L’univers profane n’est cependant pas le seul à faire un usage excessif de la lumière.
 
 
La Lumière jusque dans les temples et les pagodes !
 
 
En effet, les lieux sacrés ne sont pas non plus en reste !
 
Combien de fois ai-je pénétré dans un temple où pendaient des lanternes diffusant une lumière blanche presqu’agressive ?
 
Hanoi, Temple de la Litterature
 
Hué, Mausolée Tu Duc
 

Je ne m’attendais pas du tout à être à ce point baignée de lumière au Vietnam.

 

   Toutefois, et par souci d’objectivité, je me dois tout de même de nuancer mon propos car cette luminosité n’atteint pas encore celle de certains quartiers de Tokyo by night à l’instar notamment de Shinjuku  (http://journaldunpigeonvoyageur.com/blog/2014/08/10/konnichiwa-edo-2-eme-partie/).

 

Un BREUVAGE auquel il est impossible d’échapper

 

Thé et compagnie …

 

   Comme au Japon, le thé est un breuvage auquel vous ne pourrez pas échapper lors de votre séjour au Vietnam.

 

Servi comme boisson de bienvenue, il se boit également tout au long de la journée.

 

Si le thé vert est celui que l’on vous proposera le plus souvent,  cette boisson chaude se décline également sous d’autres formes

.

Ainsi, j’ai pu goûter du thé parfumé au lotus ou encore du thé au jasmin, une spécialité typique du delta du Mékong.

 

thé vert dans une maison d’hôte de Vinh Long, Delta du Mékong
thé parfumé au Jasmin, Vinh Long, Delta du Mékong

 

 Je dois vous avouer que n’étant pas une grande adepte du thé vert, j’ai été davantage séduite par les services à thé dans lequel il est souvent servi.

 

Ces derniers, quelque fois en porcelaine, sont de toute beauté !

 

Version glacée, s’il vous plait !

 

   La culture du thé est si ancrée dans la tradition vietnamienne que plusieurs glaciers ont élaboré des sorbets, qui rencontrent un franc succès, à base de la précieuse feuille !

 

J’ai pu moi même apprécier, avec bonheur et pour la première fois, cette version glacée dans un teppanyaki de Saigon

.

   Ce parfum est également servi chez l’excellent glacier Fanny, l’équivalent de notre Berthillon Parisien, installé dans les villes d’ Hanoi et Saigon, dont je vous parlerais ultérieurement.

 

Adeptes du thé vert, vous ne serez donc pas décus au Vietnam !

sorbet au thé vert. restaurant Kobé, Saigon

 

L ONCLE HO, ça vous parle ?

 

L’omniprésence du très vénéré Père de la Nation !

 

   Qui dit Vietnam, dit Oncle Ho, les deux étant indissociables !

 

Ainsi, c’est à lui que le Vietnam doit la fondation du parti communiste dans les années 30 puis la proclamation de son indépendance le 2 septembre 1945.

 

Portrait de l’Oncle Ho. Poste de Saigon
 

    Descendant de la dynastie des Nguyen, qui fit de Hue la capitale royale, Nguyen Sinh Cung, surnommé Ho Chi Minh (c’est à dire celui qui éclaire), est toujours vénéré dans son pays.

 

Impossible de lui échapper car il est présent PARTOUT:)

 

A commencer par son effigie qui s’affiche, par les statues et affiches,  dans les villes du pays ou sur les billets de banque de dong, la monnaie nationale.

 

De même, le calendrier des fêtes nationales est en grande partie lié aux évènements marquants de la vie de l’oncle Ho.

 

 Ainsi le jour férié du 19 mai correspond à  son année de naissance tandis que celui du 2 septembre, permet tout autant de se remémorer la proclamation de l’indépendance du pays que la date de décès de son père fondateur.

 

En outre, en juillet 1976, après la réunification du pays postérieure à plusieurs années de guerre civile, une ville, précédemment appelée Saigon, a été rebaptisée Ho Chi Minh Ville en son honneur.

 

Les habitants de cette dernière lui préfèrent néanmoins l’ancienne appellation:)

 

billet de 100000 dong ou l’équivalent de 3.5 €

 

On ne compte  plus, dans tout le pays, les musées, lui étant dédiés, qu’il est possible de visiter.

 

Ainsi, l’on marche dans les pas d’Ho Chi Minh aussi bien au Palais de la Réunification qu’au sein du très émouvant Musée des Vestiges de la Guerre.

Palais de la Réunification. Saigon
déclaration d’indépendance lue par l’Oncle Ho. Musée des Vestiges de la Guerre. Saigon

 

Entrée du Musée des Vestiges de la Guerre. Saigon.
cour d’entrée du Musée des Vestiges de la Guerre

   Néanmoins Hanoi reste le véritable sanctuaire à ciel ouvert consacré à l’Homme.

 

En effet, une halte dans le quartier de Ba Dinh permet de se plonger dans la vie et l’oeuvre de l’oncle Ho en visitant, notamment, un musée lui étant dédié ainsi que des demeures où il a habité jusqu’à son décès.

 

Mais le véritable clou du spectacle reste l’imposant et ultra sécurisé mausolée, construit contre son gré, qui abrite sa dépouille et que l’on peut se visiter en se pliant à un protocole strict.

 

Mausolée de l’Oncle Ho, Hanoi
 
 
 

 

Un des policiers sécurisant le mausolée du Père de la Nation

 

Enfin, différentes routes, telles que la DMZ, la piste Ho, ou encore la route Mandarine, désormais route nationale n°1, tronçon que j’ai pu, en partie, emprunter durant mon séjour témoignent de son action dans le pays.

 

Une vie privée pourtant placée sous le sceau du secret

 

   En dépit du culte que ses concitoyens lui vouent, on ignore tout de sa vie privée.

 

Cette dernière, aujourd’hui encore, reste un sujet tabou pour beaucoup.

 

En discutant un peu avec quelques vietnamiens, j’ai fini par avoir un début d’explication.

 

Ainsi, beaucoup estiment qu’il a consacré sa vie à la cause du Vietnam, perçue comme étant trop noble pour être ternie par une quelconque vie privée !

 

 C’est  bien dommage car pour ma part j’aurais voulu en savoir un peu plus sur l’homme :)

 

La FAIM justifie les moyens

 

Une cuisine de tous les superlatifs.

 

La cuisine vietnamienne est renommée mondialement car elle est saine et peu calorique et se concocte, de surcroît, avec des produits frais et de saison.

 

Ainsi, les femmes vietnamiennes ont pris l’habitude de se rendre, quotidiennement, au marché, lesquels ouvrent souvent dès l’aube, pour faire leurs emplettes.

 

   D’ailleurs ces marchés pittoresques sont un régal pour les sens : que ce soit ceux de Dong Ba à Hué, d’Hanoi, de Cholon dans le quartier chinois de Saigon ou même les marchés flottants de Cai Be ou Cai Rang dans le Delta du Mékong.

 

C’est l’occasion rêvée d’y découvrir également des aliments inconnus ou plus inattendus pour nos palais occidentaux à l’instar notamment des ailerons de requins,  des galettes de riz au sésame ou encore des nids de salanganes, sortes d’ hirondelles, vendus à prix d’or pour préparer des soupes.

 

   La cuisine vietnamienne se caractérise aussi par son parfum et son extrême saveur, lesquels résultent de l’utilisation abondante d’herbes aromatiques et d’épices.

 

 Coriandre, ail, citronnelle, ciboule, gingembre, poivre noir de l’ile de Phu Quoc, lait de coco ou encore le très célèbre nuoc mam, cette saumure de poisson fabriqué traditionnellement dans la région du delta du Mékong, sont quelques uns des assaisonnements incontournables.

 

Qu’y a t’il au menu des entrées et des plats ?

 

   Passons aux choses sérieuses, que peut on concrètement manger au Vietnam ?

 

En dehors des nems, rouleaux de printemps , soupe pho et fried rice, la gastronomie vietnamienne offre une variété de bonnes choses à savourer!

 

Le repas en lui même est déjà une réjouissance visuelle dans la mesure où il se compose d’une succession de plusieurs petits mets.

rue du quartier des 36 Corporations, Hanoi
nems. Hanoi
fried rice aux légumes, poulet et crevettes. Hanoi
soupe pho au boeuf. Hué
rouleau de printemps au poisson. Vinh Long, Delta du Mekong

   Comme vous vous en doutez très certainement, le riz est l’aliment de base qui figure à tous les repas.

 

 Si  plusieurs variétés sont cultivées dans le pays, on peut quand même en distinguer trois essentielles: le riz gluant, le riz ordinaire et enfin le riz parfumé.

 

La culture du riz, par ses rizières, a également façonné les paysages du Vietnam comme j’ai pu moi même le constater, dans le centre du pays, vers Hoi An mais surtout dans le Delta du Mékong, véritable grenier du pays.

 

Il parait néanmoins que les plus beaux spectacles sont ceux que nous offrent les rizières en terrasses situées dans la partie la plus septentrionale du pays, soit à Sapa et ses alentours, région que j’espère pouvoir, un jour, découvrir également.

 

rizière. Hoi An
mère et filles dans les rizières. Hoi An

 

   Les viandes blanches, porc, canard et poulet, sont très consommées, au détriment de la viande rouge.

 

Dans le centre du pays, soit dans les régions côtières et le Delta du Mékong, l’on peut se régaler de nombreux fruits de mer et poissons dont certains sont endémiques à l’instar du poisson aux oreilles d’éléphants, un genre de carpe, spécialité du delta.

 

   Une part belle est également faite aux tubercules, notamment patate douce et manioc, et aux légumes, au rang desquels figurent les célèbres champignons noirs mais également d’autres légumes pour le moins surprenants.

 

Ainsi, on cuisine par exemple les graines, fleurs,  tiges et les tubercules de lotus en salade !

 

   On retrouve également des casse croûte d’inspiration française: des sandwichs faits à base de baguettes de pain fourrées avec du canard laqué et beaucoup d’herbes aromatiques.

 

Enfin, les plus pressés se contentent de réchauffer des noodles instantanées ou d’acheter un repas fastfood dans les enseignes Burger King et Kfc qui sont nombreuses dans le pays

 

Les « becs sucrés » trouveront aussi leur bonheur !

 

En ce qui concerne les desserts, il s’agit très souvent de fruits, le pays en produisant une grande diversité!

 

Les amateurs d’exotisme seront ravis tant l’offre est grande !

 

Je me suis, pour ma part, régalée de mangues, fruits de la passion, ou petites bananes qui m’ont rappelée les fressinettes françaises.

 

   Pour un petit encas sucré il est également possible de grignoter du coco ou du gingembre confit, ou  des bonbons au lait de coco, spécialité du delta, ou encore d’excellentes galettes de riz sucrées cuites au feu de bois.

 

Avez vous soif ?

 

   Si le thé accompagne généralement les repas, il est quand même possible de boire des jus de fruits frais, pressés minutes, à l’instar de la noix de coco, du jus de canne à sucre, du jus de fleurs d’hibiscus, appelé communément bissap en Afrique de l’ouest, ou alcool de serpent  pour les plus téméraires .

 

Surtout ne JAMAIS boire l’eau du robinet car elle n’est pas potable. 

 

Il faudra donc se rabattre sur les bouteilles d’eaux minérales.

 

Anytime, Anywhere, et servie de façon stylée !

 

   Une autre particularité de la cuisine vietnamienne c’est qu’il est possible de la déguster à toute heure du jour.

 

 On trouve partout de nombreux restaurants ambulants et des « Ca Phé » installés sur les trottoirs où l’on peut déguster soupe pho ou toute autre plat rapide à des tarifs défiant toute concurrence.

 

C’est également une cuisine qui a le souci du détail : les plats sont servis dans une jolie vaisselle et avec de belles baguettes, et leur présentation est généralement stylisée.

 

Poisson aux oreilles d’éléphant grillé. Vinh Long, Delta du Mekong
crevette d’eau douce et sa sauce au poivre, Vinh Long, Delta du Mékong
vendeuse. Marché d’Hanoi

 

différentes sauces, dont la fameuse nuoc mam, pour accompagner un repas
encas d’une vendeuse du marché de Cholon. Saigon
champignons noirs
on peut également manger dans le marché de Cholon à Saigon
piments, Marché de Cholon
nids de salanganes, très prisé pour les soupes
clémentines, marché de Cholon
papayer, Vinh Long, Delta du Mékong
 
ramboutan ou litchi chevelu

 

fruits de mer à la Baie d’Along
une jolie vaisselle pour un bon repas :)
rince doigt naturel: citron, thym, persil et eau
vaisselle impériale, Citadelle,Hué

 

marché flottant Cai Rang, Delta du Mékong
marché de Cai Rang, 9 heures du matin

 

 

gingembre confit, maison de l’Amant, Sadec
on peut faire beaucoup de choses avec une courge. Jonque Hotel, Baie d’Along
choisir ses fruits de mer, encore vivants, avant de les déguster. restaurant à Lang Co

 

quand la fleur de lotus orne un assortiment d’entrées. Baie d’Along terrestre
poulet sauté à l’ananas
salade de soja
alcool de serpent, Vinh Long, Delta du Mekong
jus de noix de coco pressé minute, Mausolée Tu Duc, Hué
 

Des TROTTOIRS qui ne servent pas qu’à marcher :

 

   Non vous n’avez pas mal lu ! 

 

Le pieton n’a ni la priorité sur les trottoirs ni d’ailleurs sur les passages cloutés comme je vous l’expliquerai un peu plus loin.

 

Les trottoirs sont envahis tout le temps, et encore davantage aux heures de repas, par des marchandes qui y installent leurs Ca Phés, comme je vous en parlais précédemment.

 

Ces derniers sont reconnaissables entre mille à leurs petites chaises et tables, semblant tout droit sortis des dînettes de notre enfance:) mais également aux nombreux clients, déjà assis, qui mangent leur soupe pho ou se désaltèrent d’une simple Saigon, une des bières locales.

 

Attablés dans ces cafés, l’on peut idéalement prendre le pouls de la ville et se fondre parmi les locaux !

 

   Si ce ne sont pas les cafés qui occupent les trottoirs, ce sont les étals des vendeuses de certains marchés, comme à Hanoi.

 

Ca Phé d’Hanoi
quartier routard d’Hanoi
quartier historique d’Hoi An
Hoi An
Hanoi 18 heures
rue d’Hanoi près de la cathédrale, 22 heures
Hanoi, 18 h 30

 

 A la recherche de LA NOUVELLE STAR

 

   Comme je vous l’indiquais déjà ds mon billet consacré à Tokyo,(http://journaldunpigeonvoyageur.com/blog/2014/08/10/konnichiwa-edo-2-eme-partie/) la sortie nocturne préférée des vietnamiens reste les karaokés.

 

 Ceux ci s’animent en général à la nuit tombée et sont reconnaissables grâce à leurs enseignes arborant fièrement KARAOKE dans des couleurs presque psychédéliques.

 

Si la plupart sont des établissements fermés, certains, plus rares, sont en plein air comme j’ai pu par exemple le constater à Hué.

 

 A vraie dire ceux là n’étaient pas à proprement parler des karaokés.

 

Ils se rapprochaient davantage de cafés diffusant une musique assourdissante que les clients s’époumonaient à chanter en cœur.

 

Il va s’en dire que ces établissements contribuent, en partie, à la pollution acoustique du pays !

 

Hoi An

 

 Sortez les BOULES QUIES et le MASQUE:

 

Bruit, Bruit et encore Bruit Autant d’ores et déjà vous prévenir : si d’une façon générale vous cherchez la quiétude auditive au Vietman, fuyez les grandes villes que j’ai traversées durant mon périple car ce n’est pas là que vous l’obtiendrez !

 

A contrario, si vous êtes en immersion, tout au nord du Vietnam, chez l’ethnie minoritaire Hmong vous serez certainement plus chanceux.

 

   Le bruit est permanent au Vietnam !

 

Outre celui occasionné le soir par la musique assourdissante des karaokés et autres cafés en plein air, comme je vous l’indiquais précédemment,  l’essentiel du bruit résulte de la circulation dense et infernale qui prévaut dans les villes !

 

Les coups de klaxons sont légions !

 

   La circulation est rythmée par les voitures, quelques vélos, cyclopousses, sauf à Saigon où ils sont interdits dans le centre historique, et les taxis.

 

Quand les MOTARDS font la loi Mais que serait la circulation vietnamienne sans ses innombrables motards et  ses nombreuses motos taxis ?

 

Leur nombre m’a véritablement sidérée car je ne pensais pas qu’il pouvait y en avoir plus qu’au Benin où les zémidjans, dont je vous parlerais également très bientôt, ont carrément envahi la chaussée sur laquelle ils règnent en quasi despotes !

 

Ces motards qui transportent souvent famille,  bébés ou jeunes enfants compris, et  ou marchandises, ne respectent pas le code de la route tel que l’on pourrait l’entendre !

 

Ils en ont établi un qui leur est propre et dont la règle principale m’a semblée être : forcer le passage pour avancer !

 

   Dès lors être piéton au Vietnam relève d’une véritable aventure et requiert une impressionnante dose de sang froid.

 

 Si l’on veut survivre il faut très vite intégrer les codes de l’art de traverser la route c’est à dire marcher sans ralentir le pas, en louvoyant entre les véhicules, même lorsque ceux ci et les motards semblent foncer directement sur soi.

 

Ce n’est en réalité qu’un leurre car vous voyant venir, ils se déporteront à la dernière minute, comme j’ai pu moi même le constater avec bonheur alors que je croyais frôler la mort!

 

Ne SURTOUT PAS tenter de traverser les artères en courant ! C’est aller inévitablement à sa perte :)

 

Cardiaques s’abstenir !

 

Au bal MASQUE !

 

Sans surprise, le corollaire de cette circulation dense est la pollution de l’air ambiant, même si cette dernière n’atteint pas les sommets qui prévalent en Chine actuellement.

 

Ainsi, qu’ils soient à pied, à moto, à vélo ou dans une voiture, les vietnamiens portent, pour la plupart, des masques pour ne pas absorber tous les gazs d’échappement vomis par tous les véhicules à moteur.

 

Ces masques, au design souvent très rigolos ou alors contrefaits, sont d’ailleurs vendus dans les marchés.

 

   Pourtant, au bout de quelques jours, on finit par s’habituer à ce brouhaha permanent, signe d’animation!

 

En tout état de cause, il se calme relativement tôt dans la nuit, hormis peut être à Saigon, ville plus festive de nuit que les autres.

 

Hanoi
Quartier des 36 corporations, Hanoi
artère principale d’Hanoi à 22 heures un dimanche
Hanoi
même les bébés ont une place sur la moto, Hanoi
entrée du marché de Cholon, Saigon
sur le pont français d’Hué le masque est toujours de mise
les masques « rigolos » anti poussière, marché de Cholon, Saigon
la version Louis Vuitton (contrefaite) des mêmes masques

 

Un pays encore un peu GAULOIS :)

 

Colonisation française oblige, le Vietnam a conservé une empreinte française que nul ne peut occulter.

 

Elle se ressent diversement.

 

Ce qui m’a tout d’abord frappée à été la présence, en très, voire trop grand nombre, de touristes français partout où j’ai fais une halte dans le pays !

 

Dans la cuisine

 

   La gastronomie française y est  aussi plutôt bien représentée : nombreuses pâtisseries et glaciers, notamment à Hanoi et Saigon, tenus par des pâtissiers français ainsi que de nombreux restaurants dirigés par des chefs français comme la Verticale à Hanoi ou la crêperie bretonne de Saigon.

 

Cette french touch se retrouve également dans la gastronomie locale, comme je vous l’indiquais dans le point y étant consacré.

 

En effet le traditionnel jambon-beurre français a été remplacé par une version plus exotique  qui allie baguette, viande grillée, souvent du canard laqué d’ailleurs, légumes et un florilège d’herbes aromatiques.

 

Le tout formant un délicieux et nutritif encas :)

 

Dans l’architecture

 

La présence française se remarque également dans l’architecture de plusieurs villes du pays.

 

Ainsi plusieurs monuments ont été construits par des architectes français, à l’instar notamment de la Poste de Saigon réalisée par Gustave Eiffel, le pont Long Bien, anciennement Paul Doumer, d’Hanoi ou le pont Clémenceau d’Hué.

 

D’autres, comme la cathédrale de Saigon ont été construits avec des matériaux tout droit importés de France, en l’espèce les briques roses/rouges de Toulouse, lesquelles ont d’ailleurs servi à la construction de la Basilique Saint Sernin !

 

De nombreuses rues portent aussi encore des noms français.

 

Saigon est la seule exception notable à ce postulat car seules 4 de ses artères ont conservé leur noms français, notamment la rue Pasteur, les autres ayant purement et simplement été débaptisées, comme la rue Catinat devenue Dong Khoi.

 

Par ailleurs, partout dans le pays, les quartiers coloniaux français sont désormais réhabilités, au point d’être devenus les quartiers les plus huppés, et des bâtiments au style colonial sont désormais des lieux de culture comme l’Opéra d’Hanoi, presque parfaite réplique de l’Opéra Garnier parisien.

 

Ainsi le Quartier des Français à Hanoi est très côté tout comme celui de la rue Catinat à Saigon

 

En outre, les anciennes résidences des gouverneurs français ont souvent été reconverties en de beaux hôtels : tels que l’établissement Résidence à Hué ou le Métropole à Hanoi.

 

Dans la littérature et l’économie mais un peu moins dans la langue

 

   A signaler également les souvenirs de l’écrivain française Marguerite Duras que l’on retrouve dans le sud du pays: à Saigon dans le lycée qu’elle a fréquenté et où l’attendait son amant, Le Chinois mais surtout à Sadec où il est toujours possible de visiter l’école où sa mère enseignait ainsi que la superbe maison de la famille de l’Amant.

 

   Signe des temps modernes, cette empreinte française ne serait pas complète sans la présence de marques françaises  dans les villes vietnamiennes.

 

Ainsi, Yves Rocher, Mango, Pierre Cardin mais également quelques marques de luxe telles que Dior ou Louboutin sont quelques unes de celles que l’on retrouve dans des centres commerciaux d’Hanoi ou de Saigon.

 

   Malgré tout, le français est de moins en moins parlé par les jeunes, lesquels se tournent plus volontiers vers l’anglais, et restent l’apanage des personnes âgées.

 

Il est tout de même encore possible de l’apprendre en langue étrangère à l’école.

 

délicieux restaurant tenu par une couple franco vietnamien  à Hanoi
meilleur glacier d’Hanoi
une partie des 40 parfums proposés chez Fanny
entrée de l’Hotel Majestic dans la rue Catinat (désormais Dhong Koi), Saigon
intérieur de la cathédrale Notre Dame de Saigon
 
poste de Saigon
le mot vietnamien ressemble à celui employé en français non ?

 

Palais du Gouverneur, Hanoi
Opéra, Hanoi
cathédrale de Saigon, vue de l’extérieur

 

magasin Louboutin, rue Catinat, Saigon
l’exquise crêperie bretonne de Saigon
Portraits de Marguerite Duras a 15,30,40 et 50 ans. Maison de l’amant. Sadec
Portrait de l’Amant et son épouse

 

 Une destination FAMILY FRIENDLY

 

Famille nous voila !

 

   Je ne m’attendais pas à rencontrer autant de familles avec enfants et ou grand parents surtout avec la canicule qui sévissait dans le pays en ce mois d’août !

 

Et pourtant celles ci étaient légions : que ce soit dans l’authentique Hanoi, la merveilleuse baie d’Along, dans les temples et mausolées de la culturelle Hué ou encore dans la trépidante Saigon!

 

Le Vietnam, victime de son succès !

 

   Dans le top 6 des nations les plus représentées : énormément de français, comme je vous le disais, mais également d’australiens (proximité géographique oblige), américains, italiens, coréens et espagnols au point de transformer chaque lieu de visite en une véritable tour de babel linguistique où des guides polyglottes s’évertuaient à réciter des explications à une assistance pas toujours attentive !

 

C’était donc une importante affluence touristique qui pouvait, par moments, devenir très vite suffocante !

 

Plusieurs familles attendent à l’embarcadère pour la Baie d’Along

 

Si vous êtes en quête de MOYENS DE TRANSPORTS PLUS ATYPIQUES, le Vietnam vous enchantera

 

Sur la terre ferme

 

   Vous aurez le choix entre principalement : les écologiques cyclopousses (néanmoins désormais interdits ds le centre de Saigon) les effrayantes, pour moi, motos, dont le nombre s’élève à 5 millions à Saigon pour une population totale de 9 millions, et le traditionnel vélo qui tend cependant à disparaître.

 

A Hoi An vous pourrez également goûter aux joies du side car lors d’une virée dans la campagne et près des plages.

 

Sur l’eau

 

La encore vous aurez l’embarras du choix entre préférer un sampan pour explorer les superbes grottes de Tam Coc dans la Baie d’Along terrestre, aller à la découverte des villages flottants de la Baie d’Along ou encore visiter les nombreux marchés flottants du delta.

 

Quoi de mieux également que les bateaux colorés et à tête de dragons de Hué pour explorer la Rivière des 5 parfums, laquelle en ce mois d’août portait plutôt malencontreusement son nom :)

 

Enfin la dernière expérience originale qu’il faut à tout prix tenter au Vietnam est la jonque hôtel , si possible privatisée, pour avoir le bonheur de se coucher et se réveiller dans la Baie d’Along.

 

Priceless !

side car à Hoi An
Hoi An
sampan sur la rivière des 5 parfums, Hué
Hué

 

Hué
gare de cyclopousses à la sortie de la Citadelle, Hué
embarcadère de sampans pour aller aux grottes de Tam Coc
jonque hotel, Baie d’Along
vue sur la Baie d’Along depuis la jonque hotel
sampan au retour des grottes de Tam Coc, Baie d’Along terrestre
Hanoi
le sampan que j’ai pris pour aller à Tam Coc
petit bateau, embarcadère de Cai Be, Delta du Mékong

 Une ARCHITECTURE diversifiée tout de même digne de LE VAU :)

 

Une architecture « profane » digne d’intérêt

 

    J’ai été charmée par les nombreux édifices coloniaux, aux charmes irrésistibles, qui ont été transformés  en hôtels, restaurants, lieux de service publics et divers lieux culturels.

 

Cependant, quelques rares maisons coloniales, restées dans leur « jus », existent encore notamment a Saigon.

 

 

Salon de l’hotel Métropole, Hanoi

J’ai également eu un coup de cœur pour les ponts : qu’ils soient d’inspiration eiffel à Hanoi, Can Tho (dans le delta) ou Hué ou d’inspiration japonaise à Hoi An.

 

pont Long Bien, Hanoi
pont entre Can Tho (dans le Delta du Mékong) et Saigon
architecture moderne de Saigon

 

 J’ai été également déconcertée par l’ architecture moderne de Saigon  et celle plus médiévale de la citadelle forteresse d’Hué

 

Enfin, l’architecture des maisons a aussi été une source de découverte importante pour moi : entre les traditionnelles maison tubes d’ Hanoi,  celles d’inspiration chinoise dans le quartier chinois de Phu Cat à Hue ou de Cholon à Saigon ou enfin celles d’inspiration sino vietnamienne japonaisepo à Hoi An.

une tour de Saigon
Maison tube, 37 rue Ma May, Quartier des 36 Corporations, Hanoi
Maison de l’Amant, Sadec, Delta du Mékong
une des plus belles demeures du quartier historique d’Hoi An

 

 Architecture des lieux sacrés

 

Celle des lieux consacrés à la religion bouddhique, la plus importante du pays, se rencontre dans les pagodes (ou l’on célèbre bouddha) et les temples (non consacrés à une divinité), les mausolées impériaux de la dynastie N’guyen à Hué mais aussi, en partie,dans le mausolée érigé en l’honneur de l’Oncle Ho qui a finalement le statut de quasi divinité dans le pays.

 

Quelques éléments clés y sont intangibles notamment : une importance donnée à la structure des toits, la présence de plusieurs cours, la prédominance des couleurs royales, rouge et or, dans la statuaire et l’architecture des lieux, la représentation de dragons.

 

On remarque également l’omniprésence de lanternes, nacre, bois laqué, encens, censés relier les morts aux vivants dans la culture vietnamienne, plantés en bâton ou alors suspendus sous formes de spirales.

 

On ne peut pas non plus occulter les nombreux autels sur lesquels sont posées des offrandes aux dieux ou aux ancêtres. Celles ci sont constituées, notamment, d’argent, de poulets, oui oui !, de lotus, de riz, de fleurs et j’en passe !

 

   L’architecture religieuse des édifices des autres religions est tout aussi intéressante !

 

Ainsi pour la religion catholique, seconde religion du pays en terme de fidèles, l’on peut citer la cathédrale néo gothique, presque toute noire,  d’Hanoi, mais aussi Notre Dame de Saigon en briques roses/rouges.

 

Je ne peux pas non plus passer sous silence les temples caodaistes, que l’on retrouve essentiellement, dans le sud du pays, dans la région du delta du Mékong.

 

Outre le coté très surprenant des dieux convoqués par cette religion, au rang desquels figurent notamment tout à la fois Jeanne d’arc, Victor Hugo, l’architecture de ces temples est très colorée !

 

Enfin, l’architecture cham, visible le long de la route nationale une, qui se caractérise notamment par sa couleur rouge, est aussi un grand moment de découverte. Pour ceux qui ne scruteraient pas le paysage en voiture, vous pourrez vous rattrapez au musée  d’art cham de Danang.

 

Temple Caodaiste, Cai Be, Delta du Mékong
dragon sur une colonne, Mausolée de Tu Duc, Hué
Temple des N’guyen, Citadelle, Hué
Pagode du Pilier Unique, Hanoi
l’autel de la pagode du Pilier Unique, Hanoi
Entrée du Temple de la Littérature, Hanoi
cathédrale d’Hanoi
offrandes temple de Ngoc Son, Hanoi
Maison Communale des Bijoutiers, Quartier des 36 Corporations, Hanoi
Eglise dans les environs d’Hanoi
encens, pagode de Bich Dong, Baie d’Along terrestre
pagode de Bich Dong, Baie d’Along Terrestre
entrée de l’ancienne capitale royale de Hoa Lu, Baie d’Along Terrestre
 
temple chinois à Cholon, encens au plafond, Saigon
un dieu du panthéon chinois, temple à Cholon, Saigon
temple chinois de Cholon
Pagode de la Dame Céleste, Hué
on se déchausse pour rentrer dans la pagode. une famille, en premier plan, en pleine cérémonie du culte des ancêtres
un bonze à la Pagode Céleste, Hué

 

Le ROUGE est mis

 

   Moi qui suis une fan inconditionnelle de la couleur rouge, j’ai été servie lors de mon voyage au Vietnam tant cette couleur est omniprésente dans le paysage !

 

Couleur royale, avec l’or, par excellence, symbolisant de plus la prospérité, on la retrouve dans tous les lieux sacrés dont elle pare les portes, les autels et les colonnes.

 

   Le rouge habille également quelques ponts du pays comme celui menant au temple de Ngoc Son à Hanoi ou encore un petit pont reliant le Delta du Mékong à la ville de Saigon.

 

   Enfin comment douter de l’importance de cette couleur quand le premier symbole du pays, à savoir son drapeau, est … rouge ?

palanquin dans l’ancienne cité royale de Hoa Lu, Baie d’Along terrestre
colonnes à l’intérieur du Temple de la Littérature, Hanoi
  
temple de la Littérature, Hanoi
Pont Ngoc Son, Hanoi
 
salle de projection privée du Palais de la Réunification, Saigon
drapeau national flottant au vent, Hoi An
un symbole signe de prospérité à la Pagode Céleste, Hué

 

Une FLEUR symbolisant le Vietnam

 

   Le lotus, plante qui pousse essentiellement en été, est omniprésent dans la culture mais aussi dans le paysage viétnamien , sans bien évidemment oublier la gastronomie locale.

 

Toujours revenir aux fondamentaux :)

 

Symbole de pureté, le lotus est assimilé à Bouddha dans la religion bouddhiste.

 

Ainsi il fait partie intégrante des plantes qui sont déposées sur les autels des lieux sacrés ou lors des cérémonies religieuses aux ancêtres.

 

Le lotus est également représenté dans l’architecture que celle ci soit boudhhique ou caodaiste.

 

  Il fait partie intégrante de la gastronomie vietnamienne car si tout est bon dans le cochon, tout l’est également s’agissant du lotus :)

 

Ainsi, comme je vous l’indiquais dans le point consacré à la gastronomie, ses tiges ainsi que ses graines, au goût de noisette, sont utilisés pour confectionner des salades

 

Ses feuilles servent à emballer le riz gluant. Ses fleurs permettent de décorer les plats ou sont utilisées dans la pharmacopée locale, à titre d’infusions, pour réparer les troubles du sommeil.

 

   Enfin, le lotus est le symbole de la compagnie aérienne nationale Vietnam Airlines.

 

graines de lotus, mausolée Tu Duc, Hué
Fleur de Lotus, Pilier Unique, Hanoi
fleur de lotus, temple cao daiste delta du mékong
bassin de lotus, Temple de la Litterature, Hanoi
lotus et fleur de lotus près de la pagode de Bich Dong, Baie d’Along terrestre
bassin de nénuphars et de lotus à l’entrée de l’ancienne capitale Hoa Lu
enfant ceuillant des graines de lotus, à l’entrée du site de Bich Dong

 

Bassin à la sortie de la Citadelle à Hué
le lotus comme motif pour habiller les sièges de la compagnie nationale Vietnam Airlines
la compagnie aérienne nationale

 

Quand le MASSAGE est érigé en véritable art de vivre

 

   Si vous êtes à la recherche du bien être physique, en addition du spirituel que pourrait vous procurer le bouddhisme, vous avez trouvé la bonne destination !

 

 N’importe où dans le pays, aussi bien dans des petits établissements se trouvant dans la rue ou alors dans les spas plus chics, des massages s’offrent à vous !

 

Vous avez donc l’embarras du choix entre opter pour un massage du corps, du visage ou des pieds ou les trois à la fois.

 

La fourchette de prix variera donc en fonction du lieu de la prestation !

 

Ce qui est certain c’est que se faire masser dans un spa magnifique ou dans une ruelle de la cathédrale d’Hanoi reste une expérience fabuleuse.

 

J’ai moi même succombé à l’appel d’un foot massage, dans une ruelle d’Hanoi, un soir après le dîner. Pur moment de relaxation, alors que je ne suis à priori pas une grande fan des foot massages.

 

Près de la cathédrale Hanoi
enseigne d’un spa à Saigon

 

spa de l’hotel Victoria à Hoi An

 

A chacun son COUVRECHEF

 

   A l’instar de notre béret basque national, le chapeau conique, fait de  feuilles de latanier et fabriqué traditionnellement dans la région de Hué, est le digne représentant du Vietnam.

 

Porté, à l’origine, par les paysans travaillant dans les rizières pour se protéger de l’eau et de la pluie, car il est imperméable, il a depuis, et pour les mêmes raisons, été adopté par les citadins.

 

Désormais il est aussi l’accessoire des touristes qui veulent se protéger des éléments, soleil écrasant, surtout durant l’été, en tête !

 

C’est aussi le souvenir par excellence, que ces derniers rapportent du Vietnam, bien que je le trouve personnellement plutôt encombrant et pas très facile à porter pour se balader sur les avenues françaises.

 

Enfin, le goût est quelque chose de relatif !

 

dans les vergers d’Hoi An
Marché flottant de Cai Rang, Delta du Mékong
Hanoi
Hanoi
Quartier des 36 Corporations, Hanoi
stand de chapeaux coniques, Mausolée de Tu Duc, Hué
quai d’Hoi An
touristes près du marché d’Hoi An
Hoi An

 

Une ÉTOFFE renommée

 

    Le Vietnam est incontestablement le pays de la soie, cette étoffe dont se paraient  autrefois rois et  mandarins.

 

   Il demeure à Hanoi, encore aujourd’hui, une rue, Hang Gai, située dans le quartier des 36 corporations, qui est consacrée à la vente de cette étoffe.

 

La ville de Hoi An est également un haut lieu pour en acheter.

rue dédiée au commerce de la soie dans le quartier des 36 corporations, Hanoi
 

 

 

magasins de soieries, rue Catinat, Saigon
magasin vendant des tableaux réalisés avec de la soie brodée, rue Catinat, Saigon

 

Du SUR MESURE? That’s possible  !

 

   L’un des privilèges du Vietnam est la possibilité de s’y faire coudre en 24h un vêtement dont on rêve depuis longtemps.

 

Si traditionnellement Hoi An semble s’être spécialisée dans ce type de confection, il reste possible d’avoir accès à ce service dans d’autres villes du pays à commencer par Hanoi !

 

A vous donc les célèbres ao dai, tenues traditionnelles portées par nombre de vietnamiennes.

 

   Par mesure de sécurité, il vaut mieux, pour parer à toute défaillance du couturier,apporter son modèle.

 

Prudence est toujours mère de sûreté !

 

    J’ai néanmoins ouïe dire que tous les couturiers ne se valent pas à Hoi An et que nombre de touristes sont repartis frustrés après avoir réceptionné des vêtements mal coupés ou mal cousus.

 

Alors à moins de s’en faire recommander un par des locaux, il est préférable de les faire coudre dans la rue Hang Gai d’Hanoi dont le sérieux et la compétence des couturiers ne sont visiblement plus à démontrer !

 

couturier, Saigon
 
femme portant un ao dai rouge et blanc, aéroport de Saigon
une guide touristique en ao dai, Citadelle, Hué

 

  Une vie sur L EAU

 

   L’eau a indubitablement façonné le Vietnam !

 

Marqué par un littoral d’exception où se succèdent de belles plages (celles de Danang, d’Hoi An ou encore de Lang Co), le Vietnam doit également beaucoup à ses lacs (Hoan Khiem à Hanoi), ses fleuves (rouge à Hanoi) et rivières (celle des 5 parfums à Hué)

 

L’eau a aussi contribué à modeler le paysage comme  aux baies d’along terrestre et maritime.

 

L’importance de l’eau s’apprécie également dans le sud du pays où le Delta du Mékong et ses nombreux bras constitue le grenier à riz du pays ainsi que son verger.

 

On y cultive donc riz, fruits et légumes et on y pratique également pisciculture, ostréiculture et élevage de crevettes.

 

Les étendues d’eau ont également un attrait touristique car y sont organisées de nombreuses promenades en sampan ou en bateau, notamment pour visiter les baies ou le Mékong.

 

 Cela constitue donc une source importante de revenus pour le tourisme

 

   C’est aussi sur l’eau qu’ont toujours été organisés les spectacles de marionnettes qui continuent, encore d’aujourd’hui et notamment à Hanoi, de faire le bonheur des petits et grands. Je vous en dirai davantage lors de mon article sur la capitale vietnamienne).

 

   Le pays est également baigné d’eau, lors de la mousson, durant l’été.

 

 Si cela perturbe grandement les touristes, les vietnamiens s’en accommodent  plutôt bien car ils sont équipés pour ne pas trop en souffrir.

 

Si je vous ai déjà parlé des chapeaux coniques, imperméables aux éléments, il existe également des k way à usage unique que l’on enfile pour se protéger des averses.

 

   Enfin et aussi étonnant que cela puisse paraître, l’eau du robinet n’est pas potable au Vietnam.

 

mieux vaut prévénir que guérir, Hotel Victoria Can Tho, Delta du Mékong
spectacle de marionnettes sur l’eau, Hanoi
Tam Coc, Baie d’Along Terrestre
un des bras du Mékong
les rochers karstiques de la Baie d’Along
 
sur le Mékong
Tour de la Tortue sur le lac Hoan Kiem, Hanoi
Delta du Mékong
lac Hoan Kiem et pont rouge du temple Ngoc Son, Hanoi
 
buffle d’eau dans les rizières d’Hoi An
le pont rouge du lac Hoan Kiem
pêcheur de crevette, Hoi An
buffle d’eau, Hoi An
plage privée hotel Victoria Hoi An
rizières d’Hoi An
quai  du port d’Hoi An
vue sur la mer Hotel Victoria, Hoi An
ostréiculture à Lang Co
k-way à usage unique
 
rivière des 5 parfums, Hué
 
plage d’An Bang, Hoi An
Lang Co, élevage d’huîtres
Delta du Mékong
une des 3 grottes de Tam Coc, Baie d’Along Terrestre
à quelques mètres de l’embarcadère pour Tam Coc

 

  Un monde tout SOURIRE

 

   Les Vietnamiens sont un peuple aimable et très souriant.

 

Le sourire prévaut également dans le service, hyper efficace, partout dans le pays et notamment  dans les hôtels. 

 

Comme au Japon, on reçoit dans les 5 minutes de sa requête ce que l’on attendait !

 

   Les vietnamiens sont également très curieux des autres!

 

Je ne compte plus le nombre de personnes qui m’ont demandée d’où je venais ou si elles pouvaient prendre des photos avec moi.

 

Je n’ai pas davantage essuyé de refus lorsque je souhaitais prendre une personne en photo et ce, même lorsqu’il s’agissait de mineurs, le Vietnam étant un pays très jeune.

 

Au contraire les enfants et les jeunes gens « posaient » même pour moi !

 

grands parents et petit fils, Vinh Long, Delta du Mékong
marché de Cai Rang, Delta du Mékong
groupe de collégiennes, Temple de la Littérature, Hanoi

 

Hoi An
Hoi An
Hoi An
Pagode de la Dame Céleste, Hué
 
Mausolée Tu Duc, Hué
Restaurant KoBé, Saigon
sur la route des grottes de Tam Coc, Baie d’Along terrestre
 
vendeuse sur la Baie d’Along Terrestre
Baie d’Along Terrestre
vendeuse prenant son petit dejeuner dans le marché de Cholon, Saigon
rue de Saigon
élèves du primaire, Temple de la Littérature, Hanoi
 
  
 
marché de Cai Rang, Delta du mékong
une des guides de la Maison de l’Amant à Sadec, Delta du Mékong
Sadec

 

Alors êtes vous à présent attirés par le Vietnam ?

Le Pigeon Voyageur

AUTEUR - Le Pigeon Voyageur

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez également partager avec moi vos impressions, émotions et pourquoi pas interrogations après lecture de cet article et découverte de ces photos (toutes prises par mes soins). Alors à vos plumes !

4 Commentaires
  • Anne-L'Or JEUNE NOZIER | Sep 9, 2014 at 14 h 15 min

    Encore une fois du rêve à porté de clic… C'est vraiment généreux de partager tout ça avec nous! Et quand je serai "grande", je vais faire comme toi: aller découvrir le monde!!! LOL! MERCI!

    • Le Pigeon Voyageur

      Le Pigeon Voyageur | Sep 9, 2014 at 15 h 47 min

      looooooooooool ! Mais tu es déjà grande :) !
      Mille mercis pour ce sincère feedback !
      Il n'y a pas meilleur encouragement que celui de ses lecteurs :)

  • Anonyme | Sep 25, 2014 at 16 h 26 min

    Je trouve ce blog très intéressant, une vraie invitation au voyage,
    avec de jolies photos et des textes très bien écrits !
    Ce blog nous permet de découvrir des endroits sortant des « sentiers battus » et cela me donne
    vraiment envie de partir à la découverte de nouveaux horizons !

    Bonne soirée,

    Véronique

    • Le Pigeon Voyageur

      Le Pigeon Voyageur | Sep 25, 2014 at 16 h 49 min

      Merci Véronique pour ce message qui me va droit au cœur ! Je suis ravie que le JPV vous donne envie d'explorer de nouveaux horizons, comme vous le dites si justement, car c'est vraiment le but poursuivi !
      J'espère que vous aimerez tout autant les prochaines aventures de notre très cher pigeon :)
      Bonne soirée à vous également !

Faire un commentaire